Le simracing n'intéresse pas Lewis Hamilton

La crise du coronavirus ayant mis le monde du sport automobile à l'arrêt depuis deux mois, le simracing est mis sous le feu des projecteurs, mais Lewis Hamilton est un absent de marque des épreuves organisées en ligne.

Le simracing n'intéresse pas Lewis Hamilton

Les initiatives se multiplient pour permettre aux pilotes mais aussi célébrités et influenceurs de s'affronter sur des plateformes telles que F1 2019, iRacing et rFactor, où la jeune génération est très active, à l'image de Lando Norris. Les Grands Prix virtuels n'ont toutefois pas d'intérêt pour Lewis Hamilton qui, quand il n'est pas occupé à affronter Charles Leclerc et Pierre Gasly sur Call of Duty, préfère s'adonner à Gran Turismo Sport en solo.

"Participer à de nombreuses courses simulées ne m'intéresse pas, mais Gran Turismo et Sony viennent de m'envoyer tout ce matériel", explique le sextuple Champion du monde dans une vidéo publiée par Mercedes. "Je jouais à Gran Turismo quand j'étais petit, j'ai passé des heures à gagner l'argent nécessaire pour acheter toutes ces voitures, et c'était vraiment une super opportunité de faire quelque chose avec eux. Cela fait quelques années que je travaille avec eux, et j'ai pu relever ce défi, du genre de battre mon chrono. J'ai fait la course contre moi-même en essayant de battre mes propres tours. C'était extrêmement frustrant, car mes tours étaient très bons, je trouve !"

Lire aussi :

Hamilton apprécie tout particulièrement l'opportunité de pouvoir piloter dans ce jeu sa Mercedes W08 de 2017, avec laquelle il a remporté son quatrième titre mondial. "Franchement, c'est l'une des choses les plus cool qui soient. Naturellement, quand j'étais petit et que je jouais à des jeux de F1, j'avais hâte d'y avoir ma voiture, et une fois que je suis arrivé en F1, j'ai arrêté de jouer aux jeux de course, surtout ceux de F1 ; je ne sais pas pourquoi. Mais dans ce jeu, heureusement, je n'ai pas dû travailler pour gagner ma voiture, car cela m'aurait pris [longtemps]. Ils m'ont envoyé des crédits et j'ai acheté la voiture. C'est incroyable de penser au chemin parcouru ; la voiture que mon équipe et moi avons construite et fait évoluer au fil des années, les gens peuvent la gagner et la piloter dans ce jeu."

Hamilton ne cache en tout cas pas qu'il n'a jamais apprécié les simulateurs qui permettent de peaufiner les réglages des Formule 1 en particulier depuis que les essais privés sont fortement limités par la réglementation sportive. Chez Mercedes, c'est aux réservistes Esteban Gutiérrez et Stoffel Vandoorne qu'est confiée cette tâche parfois considérée comme ingrate.

"Je ne pilote jamais sur un simulateur, ou du moins très, très rarement", confirme Hamilton. "Avec un simulateur, c'est très, très difficile, car le mouvement n'est jamais parfait. C'est quelque chose qu'ils essaient constamment d'améliorer. Bien sûr, si l'on est à la maison avec un simulateur, le baquet ne bouge pas, et c'est le cerveau qui dit que la voiture bouge, mais on ne ressent aucun mouvement. Il faut ignorer son cerveau et je n'aime pas vraiment faire ça, vivre ce processus. Quand on monte dans la vraie voiture, c'est complètement différent. Personnellement, je ne vois aucun bénéfice à faire de la simulation, mais le côté gaming est fun, on peut jouer avec des amis et des gens en ligne, c'est un plus."

partages
commentaires
Comment gérer le deuil dans l'environnement sous pression de la F1
Article précédent

Comment gérer le deuil dans l'environnement sous pression de la F1

Article suivant

La voiture qui a entraîné l'agonie de Prost GP

La voiture qui a entraîné l'agonie de Prost GP
Charger les commentaires
La F1 ne manquera pas à Räikkönen, mais il manquera à la F1 Prime

La F1 ne manquera pas à Räikkönen, mais il manquera à la F1

Trois ans après sa dernière victoire en Formule 1, à Austin, Kimi Räikkönen est désormais à quelques Grands Prix de mettre un terme à la plus longue carrière de l'Histoire. Son ami et ancien attaché de presse au sein de l'équipe de rallye Ice1 Racing, Anthony Peacock, explique pourquoi il laissera un vide tout en s'épanouissant dans une nouvelle vie.

Il y a 35 ans, le deuxième titre quasi inespéré de Prost Prime

Il y a 35 ans, le deuxième titre quasi inespéré de Prost

Le 26 octobre 1986, Alain Prost décrochait son deuxième titre mondial consécutif, à l'issue d'un Grand Prix d'Australie de folie, ponctué de nombreux rebondissements et retournements de situation. Récit.

Formule 1
26 oct. 2021
Les notes du Grand Prix des États-Unis 2021 Prime

Les notes du Grand Prix des États-Unis 2021

Après le Grand Prix des États-Unis, dix-septième manche de la saison 2021, nous avons attribué les notes suivantes aux pilotes.

Formule 1
25 oct. 2021
Quand Briatore tendait un piège à Zanardi et Jordan Prime

Quand Briatore tendait un piège à Zanardi et Jordan

Alessandro Zanardi a bien cru qu'il allait pouvoir faire ses débuts à domicile au Grand Prix d'Italie 1991, mais il ne s'est pas rendu compte que Flavio Briatore était en train de lui tendre un piège.

Formule 1
23 oct. 2021
Denny Hulme, le plus méconnu des Champions du monde F1 Prime

Denny Hulme, le plus méconnu des Champions du monde F1

Le 22 octobre 1967, Denny Hulme était sacré, au nez et à la barbe des stars de l'époque. Retour sur la carrière du plus méconnu des Champions du monde de la discipline reine.

Formule 1
22 oct. 2021
Les dernières péripéties de l'unique équipe brésilienne de F1 Prime

Les dernières péripéties de l'unique équipe brésilienne de F1

Emerson Fittipaldi est surtout connu pour ses deux titres de Champion du monde de F1 et ses deux victoires aux 500 Miles d'Indianapolis. Mais le Brésilien a également enfilé la casquette de directeur d'équipe. L'ancien designer de l'écurie Fittipaldi, Tim Wright, revient sur une période marquée par des conflits internes, un financement limité et des résultats blancs en dépit d'un excellent casting.

Formule 1
21 oct. 2021
Les erreurs qui ont privé Williams du titre 1991 Prime

Les erreurs qui ont privé Williams du titre 1991

La saison 1991 représente l'une des plus grandes opportunités manquées de l'Histoire de Williams. Des problèmes techniques et des erreurs parfois grossières de Nigel Mansell ont aidé Ayrton Senna à décrocher la dernière de ses trois couronnes mondiales.

Formule 1
20 oct. 2021
Pourquoi l'expansion de McLaren contribue à sa renaissance en F1 Prime

Pourquoi l'expansion de McLaren contribue à sa renaissance en F1

Dans les années 1960 et 1970, McLaren jonglait avec des engagements en F1, en Endurance et à Indianapolis, tout en concevant des F3 et des F2. Aujourd'hui, l'équipe retrouve ses racines, se développe en IndyCar et en Extreme E tout en poursuivant sa renaissance en F1, tandis que la Formule E et le WEC sont à l'étude. Mais n'est-ce pas trop, trop tôt ? Stuart Codling en discute avec Zak Brown.

Formule 1
19 oct. 2021