Formule 1
C
GP de Bahreïn
28 mars
EL1 dans
63 jours
C
GP d'Émilie-Romagne
18 avr.
Course dans
86 jours
09 mai
Prochain événement dans
103 jours
C
GP d'Azerbaïdjan
06 juin
Course dans
134 jours
C
GP du Canada
13 juin
Course dans
142 jours
C
GP d'Autriche
04 juil.
Prochain événement dans
159 jours
C
GP de Grande-Bretagne
18 juil.
Course dans
177 jours
C
GP de Hongrie
01 août
Course dans
191 jours
C
GP de Belgique
29 août
Course dans
219 jours
C
GP des Pays-Bas
05 sept.
Course dans
226 jours
12 sept.
Course dans
233 jours
C
GP de Russie
26 sept.
Course dans
247 jours
C
GP de Singapour
03 oct.
Prochain événement dans
250 jours
10 oct.
Course dans
260 jours
C
GP des États-Unis
24 oct.
Course dans
275 jours
C
GP de Mexico
31 oct.
Course dans
282 jours

Stroll : L'incident avec Leclerc, "très similaire" à Albon/Hamilton

partages
commentaires
Par :

Une dizaine de jours après son accident du premier tour au GP de Russie, Lance Stroll a de nouveau fait part de son incompréhension que Charles Leclerc n'ait pas été l'objet d'une enquête malgré son rôle dans l'accrochage.

Après le départ de la course de Sotchi, Lance Stroll était septième et s'était positionné sur la trajectoire du virage 4 avant d'en prendre l'extérieur, sachant que Charles Leclerc était lui à l'intérieur. Le Canadien a offert le maximum de place possible mais le Monégasque n'a pas maitrisé son sous-virage et a touché la roue arrière de la Racing Point, qui a été envoyée en tête-à-queue dans le mur, signifiant son abandon. Le pilote Ferrari n'a pas été l'objet de la moindre enquête des commissaires et a pu terminer sixième de l'épreuve.

Stroll n'avait pas vraiment goûté au fait de s'être fait sortir sans que l'on se questionne sur la responsabilité de son adversaire, qualifiant l'absence de sanction de "ridicule" à chaud après le Grand Prix. Ce jeudi, au Nürburgring, il n'a pas vraiment désarmé, même si le temps passant, il a préféré se montrer philosophe.

Lire aussi :

"Je lui ai laissé toute la place que je pouvais. Et il a accroché mon arrière droit. Je pense que c'était un petit peu brouillon de sa part. Il avait toute la place sur la droite pour l'éviter, j'étais complètement à la limite du circuit sur la gauche et malheureusement il m'a juste touché à l'arrière droit et c'était la fin de ma course. Vous savez, on court roue dans roue, premier tour, ces choses arrivent. Je pense qu'il a été difficile pour moi de comprendre après coup pourquoi il n'y avait pas de sanction prise sur quelque chose comme ça."

Le Canadien n'a pas manqué de saisir la référence à l'incident qui avait impliqué Alexander Albon et Lewis Hamilton au GP d'Autriche en début de saison où, sur une phase de restart et dans la lutte pour la seconde position, un contact similaire avait eu lieu et les commissaires avaient rapidement conclu à la responsabilité du Britannique en le pénalisant de cinq secondes.

"Si vous revenez en arrière, c'était très similaire entre Albon et Hamilton en Autriche. C'était un incident très semblable à celui de Charles et moi, et il y avait eu sanction pour cet incident, mais rien n'a été fait dans le cas de Charles et moi, donc j'étais un petit surpris. Mais c'est la course, ça peut arriver. On ne peut pas changer le passé, il faut juste aller de l'avant."

Un nouveau traitement différent favorable à Leclerc ?

Il est à noter qu'au rayon des incidents similaires pour Leclerc et d'autres pilotes qui n'ont pas fait l'objet d'une même sanction de la part de la FIA, l'épisode des cinq secondes de pénalité infligées à Hamilton en Russie pour ses essais de départ hors de la zone prévue à cet effet a fait ressurgir des faits troublants datant du GP de Belgique, fin août.

Les commissaires de l'épreuve de Spa avaient en effet été alertés concernant Leclerc pour un tour de reconnaissance trop lent avant la course (de 2'06 au lieu de 2'04 maximum). Pour se défendre, Ferrari a indiqué que "le pilote a franchi la ligne SC2 [la deuxième ligne de Safety Car], déclenchant ainsi le chronomètre pour le tour, puis s'est arrêté approximativement 12 secondes pour réaliser un essai de départ, avant de réaliser le tour de reconnaissance". Les commissaires ont accepté cet argument et n'ont pas pris de sanction. L'affaire s'est arrêtée là.

Lire aussi :

Pourtant, tant sur le temps maximum des tours de reconnaissance que sur l'endroit où devaient avoir lieu les essais de départ, les notes du directeur de course étaient très claires. À l'article 18.2 : "Pendant la période où la sortie des stands est ouverte pour la course, les essais de départ doivent être réalisés sur la piste après la sortie des stands avant la ligne SC2." Les commissaires de Spa ont donc tout bonnement accepté de fermer les yeux sur une infraction avérée sur la base... d'une autre infraction avérée et reconnue par Ferrari.

Globalement, Leclerc semble rarement tomber du mauvais côté de la barrière au jeu de l'inconstance de certaines décisions prises par les différents panels de commissaires. D'aucuns n'ont pas manqué de souligner qu'à Monza, Albon avait été sanctionné de cinq secondes pour n'avoir pas laissé suffisamment de place à un adversaire au freinage du premier virage quand, un an plus tôt, Leclerc avait simplement reçu un avertissement quand il avait réalisé une manœuvre similaire au freinage de la seconde chicane sur... Hamilton.

Rappelons également que Leclerc n'a pas fait l'objet d'une enquête quand, en Espagne, il a réalisé deux tours complets en course avec son harnais détaché.

Grosjean déclare son intérêt pour le projet Hypercar de Peugeot

Article précédent

Grosjean déclare son intérêt pour le projet Hypercar de Peugeot

Article suivant

Verstappen et le départ de Honda : "On pouvait le sentir venir"

Verstappen et le départ de Honda : "On pouvait le sentir venir"
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Événement GP de Russie
Catégorie Course
Lieu Sochi Autodrom
Pilotes Lance Stroll , Charles Leclerc
Équipes Racing Point
Auteur Fabien Gaillard