Les innovations clés de la Williams FW14B de 1992

Nigel Mansell et la Williams FW14B ont produit une des saisons les plus dominatrices de l'Histoire de la Formule 1. Patrick Head, directeur technique de l'écurie à l'époque, explique ce qui en a fait une formidable machine.

Les innovations clés de la Williams FW14B de 1992

Mansell a remporté neuf des 16 courses de la saison, accrochant le titre pilotes à cinq épreuves du terme, Williams dominant également le championnat des constructeurs.

Patrick Head, directeur technique en 1992, qui a conçu la voiture avec Adrian Newey, revient sur les forces de l'une des voitures les plus victorieuses de l'équipe.

Boîte de vitesses semi-automatique

"Nous l'avons utilisée pour la première fois en 1991, mais d'abord elle n'a pas été fiable et nous a coûté beaucoup de points. Mais une fois ces problèmes résolus, ce fut un gros avantage parce qu'on pouvait changer de vitesse quatre ou cinq fois plus vite et ça empêchait le moteur d'être en surrégime."

Nigel Mansell, Williams FW14B

Évolution, pas révolution

"La principale différence entre la FW14 [de 1991] et la FW14B était la suspension active. C'est remarquable en se penchant sur les programmes actuels. En 2011, nous avons utilisé un 12e modèle d'aileron avant à la fin de l'année, mais sur la FW14 les modifications aérodynamiques étaient minimes. Il s'agissait d'une bonne voiture qui avait une grande correspondance géométrique avec la Leyton House en raison de la présence d'Adrian."

Antipatinage

"Le système d'antipatinage était similaire à ce que nous avions eu dix ans plus tard, mais moins sophistiqué. Quand il a été mis en place, c'était un logiciel relativement simple, un gain de temps qui ne nécessitait pas une quantité immense de développement et qui, sur piste humide, était un grand avantage."

"Il y avait beaucoup de cas où le pilote modulait la puissance du moteur et le système de contrôle automatique pouvait faire ça légèrement mieux que le pilote."

Nigel Mansell, Williams FW14B

Style de pilotage

"Le système de suspension active avait en lui un élément prédictif, mais il était essentiellement réactif. Cela veut dire que vous n'aviez pas la même sensation qu'une voiture standard en terme de résistance au roulis."

"Il y avait une courte période en entrée de virage où la voiture donnait une sensation de flottement puis se stabilisait. Nigel a réalisé qu'en contrepartie de ces quelques dixièmes de seconde, il y aurait plus d'adhérence, alors que Riccardo Patrese a toujours voulu plus de ressenti."

Moteur Renault

"Il était assurément très bon et plus fort que le Honda qui équipait la McLaren. Le Honda était facilement aussi puissant, sinon plus, mais il était immensément lourd."

"Même si le Renault était bien plus lourd que les moteurs qui allaient suivre [le moteur RS4 introduit en Hongrie pesait un petit peu moins de 140 kg], il s'agissait du meilleur moteur étant donnée la combinaison de puissance, de poids, de consommation d'essence, d'installation et ainsi de suite. Il était aussi extrêmement fiable."

Nigel Mansell, Williams FW14B

Suspension active

"Nous développions la suspension active depuis 1985 ; ça a commencé quand AP est venu vers nous. Ils développaient un système pour les véhicules de route, mais ils ont décidé qu'ils n'allaient pas continuer avec et plutôt que de l'enterrer, ils nous ont contacté car nous utilisions des freins AP à ce moment-là."

"D'abord, c'était purement mathématique, mais nous en avions besoin sous forme numérique afin de pouvoir la contrôler électroniquement. C'était fondamentalement destiné à cibler les hauteurs de caisse moyennes à l'avant et à l'arrière."

"Au fil du programme, le contrôle est devenu plus sophistiqué. Nous pouvions modifier l'attitude de la voiture en piste et si le pilote se plaignait de sous-virage ici ou de survirage là, nous pouvions surmonter le problème."

partages
commentaires
Sauber prépare "une année de construction" avec Alfa Romeo

Article précédent

Sauber prépare "une année de construction" avec Alfa Romeo

Article suivant

Stroll : "J'ai beaucoup de progrès à faire"

Stroll : "J'ai beaucoup de progrès à faire"
Charger les commentaires
Denny Hulme, le plus méconnu des Champions du monde F1 Prime

Denny Hulme, le plus méconnu des Champions du monde F1

Le 22 octobre 1967, Denny Hulme était sacré, au nez et à la barbe des stars de l'époque. Retour sur la carrière du plus méconnu des Champions du monde de la discipline reine.

Les dernières péripéties de l'unique équipe brésilienne de F1 Prime

Les dernières péripéties de l'unique équipe brésilienne de F1

Emerson Fittipaldi est surtout connu pour ses deux titres de Champion du monde de F1 et ses deux victoires aux 500 Miles d'Indianapolis. Mais le Brésilien a également enfilé la casquette de directeur d'équipe. L'ancien designer de l'écurie Fittipaldi, Tim Wright, revient sur une période marquée par des conflits internes, un financement limité et des résultats blancs en dépit d'un excellent casting.

Formule 1
21 oct. 2021
Les erreurs qui ont privé Williams du titre 1991 Prime

Les erreurs qui ont privé Williams du titre 1991

La saison 1991 représente l'une des plus grandes opportunités manquées de l'Histoire de Williams. Des problèmes techniques et des erreurs parfois grossières de Nigel Mansell ont aidé Ayrton Senna à décrocher la dernière de ses trois couronnes mondiales.

Formule 1
20 oct. 2021
Pourquoi l'expansion de McLaren contribue à sa renaissance en F1 Prime

Pourquoi l'expansion de McLaren contribue à sa renaissance en F1

Dans les années 1960 et 1970, McLaren jonglait avec des engagements en F1, en Endurance et à Indianapolis, tout en concevant des F3 et des F2. Aujourd'hui, l'équipe retrouve ses racines, se développe en IndyCar et en Extreme E tout en poursuivant sa renaissance en F1, tandis que la Formule E et le WEC sont à l'étude. Mais n'est-ce pas trop, trop tôt ? Stuart Codling en discute avec Zak Brown.

Formule 1
19 oct. 2021
Innovations bannies : le double diffuseur de Brawn GP Prime

Innovations bannies : le double diffuseur de Brawn GP

La saison 2009 de Formule 1 est célèbre pour avoir vu l'arrivée et le triomphe immédiat de Brawn GP sur les cendres de l'équipe Honda, avec la victoire dans les deux championnats à la clé, scellée il y a 12 ans jour pour jour à Interlagos.

Formule 1
18 oct. 2021
Échanges radio, ou le danger d'une trop grande interprétation Prime

Échanges radio, ou le danger d'une trop grande interprétation

Lewis Hamilton a répondu aux articles le disant "furieux" contre Mercedes après des échanges radio houleux lors du Grand Prix de Turquie. Une mise au point qui rappelle à quel point les extraits radio diffusés en F1 peuvent aussi bien éclairer que déformer une situation réelle.

Formule 1
14 oct. 2021
Vettel : "Certains sujets sont trop importants pour être négligés" Prime

Vettel : "Certains sujets sont trop importants pour être négligés"

Près de quinze ans après son arrivée en Formule 1, Sebastian Vettel a bien changé. Le quadruple Champion du monde n'hésite plus à défendre les causes qui lui tiennent à cœur, telle la protection de l'environnement et des personnes LGBT. Quel avenir aura-t-il à son départ de la Formule 1 ? Le pilote Aston Martin s'est confié à plusieurs médias, dont Motorsport.com Italie.

Formule 1
13 oct. 2021
Comment les arrêts au stand sont devenus une forme d'art en F1 Prime

Comment les arrêts au stand sont devenus une forme d'art en F1

Les arrêts au stand en Formule 1 sont un mélange à vitesse accélérée de haute technologie et de performance humaine. Pat Symonds nous décrit comment cette science des gains marginaux rend les arrêts si rapides.

Formule 1
12 oct. 2021