Des tests sur de nouveaux circuits auraient envoyé "un mauvais signal"

Pour le directeur de McLaren en F1, Andreas Seidl, l'interdiction d'effectuer des essais sur les circuits qui se sont ajoutés au calendrier 2020 est une bonne chose.

Des tests sur de nouveaux circuits auraient envoyé "un mauvais signal"

Le Règlement Sportif de la F1 permet aux écuries d'utiliser leurs monoplaces 2018 sans limites pour effectuer des tests sur circuit, tant que la FIA est informée de ces essais. Ainsi, certaines structures avaient prévu de se rendre au Mugello, à Portimão ou à Imola avant les courses qui ont été programmées sur ces circuits, qui n'étaient à l'origine pas inscrits au calendrier 2020.

Avant la confirmation officielle de ces Grands Prix, respectivement de Toscane, du Portugal et d'Émilie-Romagne, AlphaTauri a pu effectuer un test avec ses monoplaces 2020 (avec un roulage limité à 100 km sur des pneus de démonstration) et 2018 sur la piste d'Imola alors que Ferrari a roulé au Mugello avec la SF71H de 2018. Ces dernières semaines, des écuries ont négocié avec les circuits en question pour pouvoir y rouler également mais ces initiatives ont été tuées dans l’œuf.

Lire aussi :

Selon la volonté de Ross Brawn, manager sportif de la F1, les équipes se sont finalement mises d'accord dans le cadre de la Commission F1 pour ne plus organiser d'essais sur ces pistes. Les arguments avancés pour mettre en place une telle restriction tournaient autour de la question des coûts et du risque de voir certaines structures en tirer un avantage avant les Grands Prix. Ce changement réglementaire devrait prochainement être approuvé par le Conseil Mondial du Sport Automobile de la FIA.

McLaren fait partie des écuries qui n'ont pu réaliser de tests avant la reprise de la saison 2020, en l'absence de monoplace 2018 disponible. Mais Andreas Seidl explique toutefois que, si les essais n'avaient pas été interdits, il aurait peut-être fallu trouver une monoplace avec laquelle en organiser.

"Je suis très heureux de cette issue", a déclaré Seidl, quand Motorsport.com l'a interrogé sur la limitation des essais. "Et oui, ce n'est pas un secret que nous poussions également en ce sens parce que, surtout quand on pense au fait d'aller sur de nouveaux circuits, je pense que ça vous place en situation de désavantage compétitif si d'autres peuvent effectuer des tests. Je crois même que nous avons envisagé de prendre une de nos voitures et d'y aller."

Seidl estime également que les voyages supplémentaires imposés au personnel en cas d'essais posaient problème. "Ça aurait définitivement envoyé un mauvais signal pour le public également et envers notre personnel aussi dans le contexte du Covid, à une époque où nous devons éviter tout ce qui n'est pas nécessaire afin de protéger notre personnel."

"Je pense que ça aurait totalement été un mauvais signal de faire ces tests également. Et, en conséquence, je suis très heureux de l'issue. Et, en fin de compte, c'était une bonne chose de voir ça, toutes les équipes d'accord sur le sujet, ce qui n'est pas toujours le cas."

Lire aussi :

Du côté de Mercedes, un test a été organisé avant la reprise de la saison, à Silverstone, avec la W09 de 2018, pour permettre aux pilotes de retrouver le rythme et à l'équipe de se préparer aux nouveaux protocoles Covid. Et même s'il reconnaît que son écurie avait prévu de mettre en place des essais sur les nouveaux circuits du calendrier, Toto Wolff, le directeur exécutif, estime que la décision prise est la bonne.

"Nous aurions fait venir la voiture 2018 sur certaines de ces pistes", a-t-il répondu à Motorsport.com. "Nous avions prévu de nous rendre à Portimão, mais je crois que ce n'était pas une bonne décision. Nous cherchons tous à réduire les coûts avec les primes qui sont bien plus basses et, à cet égard, si personne ne tire d'avantage en ne faisant pas de tests, c'est la bonne chose à faire." 

En 2017, Mercedes avait organisé un roulage sur le Circuit de l'Algarve avec une W06 de 2015 pilotée par George Russell et Nicholas Latifi. Mais Wolff estime que les connaissances récoltées à ce moment-là ne joueront pas un rôle. "Nous sommes allés à Portimão pas mal de fois, mais je ne pense pas que l'on puisse extraire des éléments de performance d'une voiture qui, à l'époque, était vieille de deux ans."

Quant à Günther Steiner, dont l'équipe Haas ne dispose pas d'une monoplace 2018 utilisable pour des essais, il a insisté sur la question des coûts. "Je veux dire que c'est la bonne chose à faire, surtout dans les circonstances financières dans lesquelles se trouvent la plupart des équipes. Nous n'avons pas besoin d'exagérer en ce moment."

partages
commentaires

Voir aussi :

L'écurie Williams a été vendue dans son intégralité

Article précédent

L'écurie Williams a été vendue dans son intégralité

Article suivant

Pirelli : La réduction d'appui en 2021, pas une question de sécurité

Pirelli : La réduction d'appui en 2021, pas une question de sécurité
Charger les commentaires
Daniel Ricciardo, la transformation estivale Prime

Daniel Ricciardo, la transformation estivale

Entre les difficultés du printemps et sa victoire retentissante au Grand Prix d'Italie, Daniel Ricciardo s'est transformé d'une manière quasiment inattendue.

Formule 1
16 sept. 2021
Enrique Bernoldi, le rookie oublié de la cuvée 2001 Prime

Enrique Bernoldi, le rookie oublié de la cuvée 2001

En 2001, Kimi Räikkönen, Juan Pablo Montoya et Fernando Alonso, ayant tous mis fin au règne de Michael Schumacher, ont fait leurs débuts en Formule 1. Le quatrième rookie de l'année, Enrique Bernoldi, n'a pas connu une carrière aussi heureuse.

Formule 1
15 sept. 2021
Schumacher, futur roi de la F1 dès sa première saison Prime

Schumacher, futur roi de la F1 dès sa première saison

Il y a trente ans, Michael Schumacher réalisait des débuts étincelants en F1 à Spa, avec Jordan, avant de rapidement rejoindre Benetton pour le Grand Prix d'Italie. Ce transfert allait mener l'Allemand à sa première victoire un an plus tard et poser les bases de son ascension vers le titre, qu'il décrocherait en 1994.

Formule 1
14 sept. 2021
Les notes du Grand Prix d'Italie 2021 Prime

Les notes du Grand Prix d'Italie 2021

Après le Grand Prix d'Italie, quatorzième manche de la saison 2021, nous avons attribué les notes suivantes aux pilotes.

Formule 1
13 sept. 2021
La culture de Red Bull, un poids dans sa politique Prime

La culture de Red Bull, un poids dans sa politique

La stratégie par défaut de Red Bull, qui consiste à provoquer des réactions sur les réseaux sociaux chaque fois qu'elle ne parvient pas à obtenir ce qu'elle veut, fait beaucoup de bruit, mais n'a pas vraiment généré de résultats positifs pour l'équipe. Il est temps d'essayer une meilleure tactique.

Formule 1
12 sept. 2021
Monza, la fin tragique de Ronnie Peterson Prime

Monza, la fin tragique de Ronnie Peterson

Le Grand Prix d'Italie, à Monza, résonne aussi comme un rappel dramatique de l'accident qui fut fatal à Ronnie Peterson. C'était le 11 septembre 1978, il y a 43 ans.

Formule 1
11 sept. 2021
Comment le nouveau carter de boîte Ferrari améliore son aéro Prime

Comment le nouveau carter de boîte Ferrari améliore son aéro

La saison 2021 de la Formule 1 a posé des défis sans précédent aux équipes, car l'impact de la pandémie de COVID-19 les a empêchées de produire des voitures entièrement nouvelles.

Formule 1
10 sept. 2021
Zandvoort, source d'inspiration pour l'avenir des circuits Prime

Zandvoort, source d'inspiration pour l'avenir des circuits

Les virages inclinés de Zandvoort, qui ont ajouté de l'intrigue à un circuit serré et sinueux, ainsi que les bacs à gravier, ont été les stars du Grand Prix des Pays-Bas. Bien qu'il ne s'agisse pas d'un nouveau concept pour les circuits, il pourrait inspirer d'autres pistes sur la façon de pimenter leurs propres épreuves.

Formule 1
9 sept. 2021