Wolff dénonce les "absurdités" autour du salaire de Lewis Hamilton

Le directeur de Mercedes s'est agacé des rumeurs infondées autour de la prolongation de contrat du sextuple Champion du monde.

Wolff dénonce les "absurdités" autour du salaire de Lewis Hamilton

Toto Wolff a dénoncé samedi soir les "absurdités" qui circulent autour des négociations contractuelles de Lewis Hamilton chez Mercedes. Des négociations qui n'existent pas puisqu'elles n'ont pas débuté selon le directeur de l'écurie. Vendredi, la presse britannique évoquait des exigences supérieures à 40 millions d'euros de la part de sextuple Champion du monde et assurait que son équipe avait fixé la limite envisageable pour 2021 à 50% de cette somme. 

"Toutes les choses qui sortent au sujet de négociations de contrat, disant qu'il exige un salaire hilarant ou que je dis que ce ne sera que la moitié… tout est inventé", s'agace Toto Wolff. "Nous n'avons pas eu une seule discussion sur l'argent. C'est parfois bizarre de lire ces choses-là dans la presse alors que l'on sait que ce sont des absurdités."

Lire aussi :

Hamilton – comme son coéquipier Valtteri Bottas – est en fin de contrat chez Mercedes et doit négocier un nouvel accord pour rester dans l'écurie Championne du monde au-delà de 2020. Selon Toto Wolff, trouver un terrain d'entente se fera en bonne intelligence. "Lewis est parfaitement conscient des réalités financières dans l'industrie automobile et en Formule 1, tout comme je suis très respectueux de ce qu'il a accompli et de son rang", souligne-t-il. "Cela va donc conduire, je pense, à une issue satisfaisante pour nous tous."

La question des salaires des pilotes devient épineuse, dans un contexte où Ferrari a décidé de ne pas prolonger l'aventure avec Sebastian Vettel en avançant ouvertement le changement de paysage provoqué par la crise du coronavirus. S'ajoute à cela l'introduction du plafonnement budgétaire en 2021 qui, même s'il n'englobe pas les émoluments des pilotes, aura une incidence à terme sur la question. Par ailleurs, l'Association des pilotes de Grand Prix (GPDA) a elle-même soulevé le problème si l'on en croit Romain Grosjean. Celui-ci a fait connaître sa position : "Oui, je trouve inadmissible que Lewis Hamilton gagne plus de 40 millions et que d'autres pilotes gagnent 150 000 € par année pour faire le même travail".

Pour Toto Wolff, tout est question d'équilibre à trouver mais aussi de cohérence à avoir pour aller vers une réduction des salaires sans tomber dans la démagogie.

"Le plafonnement des salaires est quelque chose que nous avons soutenu, je crois que c'est similaire dans les ligues américaines", précise l'Autrichien. "Si vous plafonnez l'équipe à 145 millions, à un certain stade il faut également plafonner les salaires élevés. Mais je ne crois pas que nous devrions perdre les superstars d'aujourd'hui, et ce que nous avons proposé, c'est une introduction progressive à partir de 2024 pour que les futures générations de pilotes arrivent à un niveau plus raisonnable, sachant que nous avons un plafonnement budgétaire dans l'équipe."

"C'est toujours mon opinion. Je crois que ce serait bien pour la F1. Les pilotes doivent être source d'inspiration, et comme on le voit aux États-Unis, les joueurs de football et de basket le sont. Je crois qu'ils méritent des salaires élevés, car ce sont des superstars mondiales et ils sont les meilleurs de leur discipline. Je ne crois pas qu'il faut un ratio entre le salaire d'un individu et le plafonnement budgétaire d'une équipe, cela crée une controverse qui n'est pas nécessaire."

partages
commentaires
La grille de départ du GP d'Autriche

Article précédent

La grille de départ du GP d'Autriche

Article suivant

La régression de Ferrari rouvre les questions sur son moteur

La régression de Ferrari rouvre les questions sur son moteur
Charger les commentaires
Comment la Formule 1 s'est rendue peu attrayante pour les nouvelles équipes Prime

Comment la Formule 1 s'est rendue peu attrayante pour les nouvelles équipes

Le plafonnement des budgets en Formule 1 a été présenté comme le sauveur de plusieurs équipes et a contribué à garantir leur viabilité pour les investisseurs. Mais il existe déjà un autre mécanisme qui a eu le même effet et qui dissuade fortement ceux qui ont les moyens de créer seuls une nouvelle équipe.

Le défi colossal d'une écurie qui "mérite mieux" Prime

Le défi colossal d'une écurie qui "mérite mieux"

Qui mieux que le directeur technique d'Alfa Romeo pour décrire avec précision les enjeux majeurs auxquels est confrontée l'écurie pour préparer 2022 ? Motorsport.com s'est longuement entretenu avec Jan Monchaux.

Formule 1
20 sept. 2021
Vettel et Schumacher, un lien fort et précieux Prime

Vettel et Schumacher, un lien fort et précieux

Mick Schumacher n'est pas le seul "fils de" à avoir atteint la Formule 1, mais il y est parvenu en l'absence de son père ces dernières années. Pour Sebastian Vettel, Michael a été une idole d'enfance puis un mentor et désormais, l'Allemand joue le rôle de "grand frère" pour Mick. Que sait-on vraiment de la place qu'il occupe dans la progression du nouveau Schumacher ?

Formule 1
19 sept. 2021
L'autre incident du GP d'Italie dont la F1 devrait se soucier Prime

L'autre incident du GP d'Italie dont la F1 devrait se soucier

Le crash de Max Verstappen et Lewis Hamilton a fait les gros titres lors du Grand Prix d'Italie. Le Halo a permis au pilote Mercedes de ne pas être blessé, mais deux jours plus tôt, la Formule 1 avait déjà échappé au pire, cette fois-ci dans la voie des stands.

Formule 1
18 sept. 2021
Daniel Ricciardo, la transformation estivale Prime

Daniel Ricciardo, la transformation estivale

Entre les difficultés du printemps et sa victoire retentissante au Grand Prix d'Italie, Daniel Ricciardo s'est transformé d'une manière quasiment inattendue.

Formule 1
16 sept. 2021
Enrique Bernoldi, le rookie oublié de la cuvée 2001 Prime

Enrique Bernoldi, le rookie oublié de la cuvée 2001

En 2001, Kimi Räikkönen, Juan Pablo Montoya et Fernando Alonso, ayant tous mis fin au règne de Michael Schumacher, ont fait leurs débuts en Formule 1. Le quatrième rookie de l'année, Enrique Bernoldi, n'a pas connu une carrière aussi heureuse.

Formule 1
15 sept. 2021
Schumacher, futur roi de la F1 dès sa première saison Prime

Schumacher, futur roi de la F1 dès sa première saison

Il y a trente ans, Michael Schumacher réalisait des débuts étincelants en F1 à Spa, avec Jordan, avant de rapidement rejoindre Benetton pour le Grand Prix d'Italie. Ce transfert allait mener l'Allemand à sa première victoire un an plus tard et poser les bases de son ascension vers le titre, qu'il décrocherait en 1994.

Formule 1
14 sept. 2021
Les notes du Grand Prix d'Italie 2021 Prime

Les notes du Grand Prix d'Italie 2021

Après le Grand Prix d'Italie, quatorzième manche de la saison 2021, nous avons attribué les notes suivantes aux pilotes.

Formule 1
13 sept. 2021