Grosjean à la découverte de l'ovale : "Différent de tout ce que j'ai fait"

Romain Grosjean a réalisé mardi son premier test sur ovale. Une expérience qu'il a jugée "très intéressante" en vue de sa première course d'IndyCar sur ce type de circuit le mois prochain.

Grosjean à la découverte de l'ovale : "Différent de tout ce que j'ai fait"

Romain Grosjean, qui avait initialement écarté les courses sur ovale pour sa participation à l'IndyCar cette saison, fera finalement ses débuts sur cette configuration de piste le 21 août, à l'occasion de la 13e des 16 manches de la saison. Il fera partie des trois pilotes engagés par Dale Coyne Racing sur le World Wide Technology Raceway de Gateway, circuit de 1,25 mile sur lequel il a réalisé de premiers essais mardi.

Cette première expérience lui a permis de boucler 166 tours et lui a aussi valu un tête-à-queue dans lequel il n'a rien heurté. Il a terminé la journée à la huitième place. "Je l'ai gardée en un seul morceau sur la piste, c'est bien !" souriait le Français à l'issue de cette journée, au moment de répondre aux questions de Motorsport.com.

"Évidemment, j'ai beaucoup à apprendre, parce que c'est différent de tout ce que j'ai fait auparavant, c'est certain", a-t-il poursuivi. "Tous ceux qui pensent que les courses sur ovale sont faciles se trompent. C'est compliqué et on peut faire beaucoup de choses avec la voiture. J'étais le premier à me dire : 'Sur les ovales, il suffit de tourner à gauche et on est à fond [sur l'accélérateur] tout au long du virage'. Mais évidemment, à Gateway, le virage n'est pas plat, il y a beaucoup de choses à faire."

"Ce qui est très intéressant, c'est de savoir comment doit être le set-up. Ils disent tous que la voiture doit se conduire toute seule, et on se dit 'mais de quoi parlent-ils ?'. Je n'ai jamais fait ça de ma vie ! Mais à la fin de la journée, oui, j'étais très content de ce que faisait la voiture, dans un long run et dans le trafic."

"J'ai juste essayé de trouver mes marques sur ovale. On peut vraiment y sentir le moindre changement de set-up dès qu'on prend la piste. On peut avoir 1,5 mph [2,5 km/h] de retard et se dire 'OK, aucune chance d'aller chercher ce temps avec un petit changement sur la voiture'. C'est parce qu'il faut être en confiance et avoir tout ce qui va avec."

Romain Grosjean, Dale Coyne Racing

Découverte progressive du trafic

Dale Coyne, propriétaire de l'équipe, a d'abord fait prendre la piste à Ed Jones, coéquipier de Grosjean, dans la voiture n°51. "Nous avons laissé Ed faire le premier run pour dire si la voiture était bien réglée", a expliqué l'ancien pilote de Formule 1. "Ensuite, je suis sorti. Il n'y avait pas trop de monde en piste, ce qui était bien pour [reproduire] le temps de qualification. Et puis au cours de la journée, il a commencé à y avoir un peu de trafic et j'ai commencé à apprendre."

Pas simple toutefois de s'habituer au point de vision, les ovales obligeant à regarder loin dans le virage tout en roulant à plus de 290 km/h. "C'est probablement un domaine dans lequel je peux m'améliorer", a estimé Grosjean, pour qui ce n'est pas encore une seconde nature. "C'est vrai qu'il faut regarder très loin, donc je pense que je peux faire mieux. Je regardais probablement un peu trop près de mes roues avant pour m'assurer de les placer au bon endroit. Mais plus on roule, plus on se sent en confiance, et c'est la clé. Je dirais que pour moi, c'était un peu comme les pièces d'un puzzle : il faut savoir ce que la voiture peut faire et trouver la confiance pour pouvoir le faire encore et encore."

Par ailleurs, Grosjean a expliqué s'être initialement senti un peu étourdi par la nature courte mais rapide du World Wide Technology Raceway, où la pole position l'an dernier a été établie à 294 km/h. "Quand je pilotais, j'allais bien, mais ensuite quand j'ai sauté hors de la voiture, je me suis mis à tourner et j'avais du mal à me tenir debout ! Je me suis dit : 'OK, c'est intéressant...' Et le team se moquait de moi parce qu'ils s'y attendaient. Apparemment, c'est assez courant [pour les nouveaux]. Je me suis dit : 'Ça n'est pas drôle, je n'ai rien bu !'."

Épaulé par son ingénieur de course, Olivier Boisson, Romain Grosjean a également pu partager cette expérience en famille et décrivait "une journée incroyable" en la bouclant. "Tout est une question de sensations, et nous sommes arrivés à quelque chose de bien avec la voiture. Nous n'avons pas tout mis ensemble, il y a donc encore des choses à faire, et nous n'avons pas été aussi rapides que nous aurions pu l'être en qualifications, mais je pense que nous avons une bonne voiture et nous savons ce que nous pouvons faire pour l'améliorer."

Malgré ce test satisfaisant donc, le rookie a tenu à préciser qu'il n'abordera pas sa première course sur ovale avec de grandes ambitions. "C'était une journée de test et la course c'est toujours autre chose", a-t-il prévenu. "Je dois apprendre à courir en peloton sur un ovale. Les conditions vont changer. Donc je ne dirais pas que j'arriverai en confiance, mais j'arriverai en étant préparé et je sais ce que la voiture doit être capable de faire pour que je puisse être rapide."

Lire aussi :

Romain Grosjean, Dale Coyne Racing
partages
commentaires
Palou : Verstappen et Hamilton ont "fait ce que j'aurais fait"
Article précédent

Palou : Verstappen et Hamilton ont "fait ce que j'aurais fait"

Article suivant

Hülkenberg "intéressé" par un test en IndyCar, selon Carpenter

Hülkenberg "intéressé" par un test en IndyCar, selon Carpenter
Charger les commentaires