RNF : Binder "fort dans sa tête" comme Quartararo à ses débuts

Wilco Zeelenberg juge le talent pur de Darryn Binder "pas très éloigné" de celui qu'avait Fabio Quartararo à son arrivée en MotoGP et juge les deux pilotes dotés d'une force mentale comparable.

Darryn Binder, RNF MotoGP Racing

L'équipe RNF continue de défendre son choix de faire débuter Darryn Binder en MotoGP sans qu'il ait au préalable expérimenté la catégorie Moto2. Jusqu'ici engagé en Moto3, le Sud-Africain est une figure connue de la plus petite classe, mais il n'a remporté qu'une victoire sur un total de six podiums et son absence de progression dans la catégorie intermédiaire a provoqué quelques moues dubitatives dès l'annonce de son arrivée dans l'élite. Son implication dans un accrochage aux conséquences lourdes pour l'attribution du titre Moto3, en fin de saison dernière, n'a pas arrangé sa réputation, forçant son équipe à passer à la barre pour le défendre.

Née des cendres du team Petronas SRT, l'équipe RNF est en quelque sorte la famille de Darryn Binder, qui évoluait déjà dans ce groupe l'an dernier. Son team manager, Wilco Zeelenberg, se dit aujourd'hui convaincu par le choix de cette promotion, confiant dans le talent que le pilote n'a pas encore totalement pu exprimer. Avec en mémoire l'expérience des débuts tonitruants de Fabio Quartararo dans la catégorie reine, le responsable néerlandais se veut rassurant.

"Avant toute chose, Fabio était plus jeune mais il avait aussi eu une très bonne jeunesse : vers ses 14-15 ans, il était clairement meilleur que quiconque", rappelle Wilco Zeelenberg lorsqu'il est interrogé sur les différences et points communs qu'il perçoit entre les deux pilotes. "Par la suite, [Fabio] a eu un peu de mal à trouver sa voie, il est passé d'une équipe à l'autre et a rencontré quelques difficultés. Mais lorsque nous l'avons pris, je savais qu'il avait le talent pour faire des choses spéciales."

"C'est un peu la même chose avec Darryn, car il est aussi très puissant, il est fort dans sa tête. C'est un peu comme Fabio, ils sont tous les deux forts dans leur tête et ils rebondissent toujours. Leur talent pur est, je pense, un peu différent, mais pas très éloigné, et c'est la raison pour laquelle nous avons pris Darryn et l'avons fait passer directement du Moto3 au MotoGP, car il était déjà notre pilote. Nous croyons dans le fait que nous allons pouvoir bien le guider pour qu'il soit très compétitif en MotoGP à l'avenir. C'est toutefois un gros travail, et [il est prématuré] de le dire à ce stade et à ce niveau qu'a le MotoGP."

L'accompagner pour lui éviter les erreurs

S'il évite de dresser des conclusions hâtives sur le niveau que pourra atteindre Darryn Binder, Wilco Zeelenberg observe néanmoins avec intérêt ses premiers pas dans la catégorie reine. À l'issue du Shakedown du test de Sepang, qui offrait aux rookies trois précieux jours de piste, le team manager est d'autant plus convaincu par l'approche du jeune pilote et la qualité de son travail.

"Nous pouvons clairement voir que son feedback et les informations qu'il fournit au sujet de la moto sont très clairs, y compris pour nous. Le fait qu'il n'ait pas d'expérience sur de grosses cylindrées [en course] ne signifie pas qu'il n'est pas capable de piloter une moto, sans quoi il ne serait pas là. Il n'a pas 18 ou 19 ans, il a 23 ans et il a déjà piloté des grosses cylindrées, donc il connaît les sensations et le style qu'il faut avoir pour en piloter une et c'est d'une grande aide."

"Il est clair pour nous que nous devons le soutenir pour qu'il ne fasse pas de petites erreurs, comme sortir avec les mauvais pneus ou attaquer au mauvais moment", souligne Wilco Zeelenberg. "Cela arrivera, mais moins ça arrivera mieux ce sera, parce que si on se blesse avec ces motos on fait un gros retour en arrière. Il a roulé trois jours ici, sans tomber, et ça veut dire beaucoup car il est en contrôle. Entre la mi-journée et 14h-16h, il fait très chaud et le niveau de grip est donc très faible, or il a continué à rouler plutôt bien et l'a prouvé chaque jour."

"Notre objectif est qu'il soit avec les rookies, et en venant du Moto3 c'est déjà un gros accomplissement. Hier il était très proche et aujourd'hui tous les rookies ont été un peu plus rapides. Ça a été son cas également mais il a perdu un peu le contact car il n'a pas pu associer des partiels parfaits, alors il est certain qu'il a encore de la ressource. Nous allons avoir encore deux autres journées [à Sepang], mais quand j'ai regardé la piste, les gars étaient fatigués cet après-midi, donc je pense qu'ils ont besoin d'un bon repos avant de revenir dans deux jours."

Lire aussi :

Rejoignez la communauté Motorsport

Commentez cet article

Voir aussi :

Article précédent Pramac Racing "une deuxième équipe d'usine" pour Ducati
Article suivant Casey Stoner se confie sur ses problèmes d'anxiété

Meilleurs commentaires

Abonnez-vous gratuitement

  • Accédez rapidement à vos articles favoris

  • Gérez les alertes sur les infos de dernière minute et vos pilotes préférés

  • Donnez votre avis en commentant l'article

Motorsport Prime

Découvrez du contenu premium
S'abonner

Édition

France France