2021, troisième acte du binôme Binder-Oliveira chez KTM

Déjà coéquipiers en Moto3 et en Moto2, Binder et Oliveira feront à nouveau équipe en 2021, cette fois en MotoGP. KTM compte sur leur bonne relation autant que l'émulation entre eux pour que le pari soit réussi.

2021, troisième acte du binôme Binder-Oliveira chez KTM

KTM va réunir la saison prochaine deux de ses élèves modèles, deux pilotes qui ont gravi tous les échelons du programme autrichien, mais aussi qui se connaissent bien, et pour cause : Brad Binder et Miguel Oliveira ont déjà fait équipe deux fois, associés au sein du team Ajo en Moto3 (2015) et en Moto2 (2017 et 2018).

Déjà tous deux membres du groupe KTM en MotoGP cette saison, ils formeront en 2021 le line-up de l'équipe officielle du constructeur. Oliveira a été choisi pour remplacer Pol Espargaró, parti chez Honda. Binder, quant à lui, a beau ne pas encore avoir disputé sa première course en MotoGP, il sait d'ores et déjà qu'il conservera le guidon qui lui a été attribué cette année, KTM souhaitant miser sur la stabilité après avoir perdu le pilote le plus expérimenté de son programme.

"Nous les avons déjà eus auparavant dans le même garage, nous les avons déjà eus sur le podium. Nous pensons qu'il s'agit d'une équipe très forte. En ce qui concerne l'esprit d'équipe, nous pensons que c'était une très bonne décision", affirme Pit Beirer au site officiel du MotoGP. Le patron tient les comptes : en trois saisons communes, les deux pilotes ont cumulé 15 victoires, 40 podiums, et se sont classés quatre fois aux trois premières places des championnats.

Lire aussi :

Ravi de retrouver son ancien coéquipier, Brad Binder pense que le fait qu'ils se poussent l'un l'autre ne sera que bénéfique à toute l'équipe. Il expliquait récemment dans une visioconférence : "On a été coéquipiers pour la première fois en 2015, et on a toujours bien travaillé ensemble. Les premières années, j'ai toujours été un cran derrière lui, mais je suis toujours arrivé au même niveau que lui et on s'est toujours pas mal battus. Je trouve ça génial parce qu'on se pousse vraiment beaucoup l'un l'autre et je pense que ça peut être bon pour le projet aussi."

Mike Leitner, qui sera leur directeur d'équipe la saison prochaine, veut croire que cette association saura donner de la force à tout le team : "Miguel et Brad se connaissent très bien et se poussent de manière positive, ils travaillent bien ensemble et je pense qu'ils ont tous les deux montré leur potentiel en remportant beaucoup de victoires dans les deux catégories [inférieures]."

"Ce n'était qu'une question de temps pour que cela se fasse tôt ou tard. Le processus a peut-être été accéléré par le départ de Pol", concède-t-il, "mais nous sommes très confiants. Miguel est monté en MotoGP l'an dernier, il a fait de bons débuts, il a disputé une belle course à Spielberg en finissant huitième, et il y a eu l'accident de Silverstone qui a détruit sa seconde moitié de saison, sans qu'il puisse montrer son potentiel. Mais il est de retour, il est prêt physiquement et je pense qu'il a un bel avenir en MotoGP."

Miguel Oliveira, Red Bull KTM Tech 3

Les attentes sont grandes pour qu'Oliveira confirme cette saison son potentiel, tandis que KTM va laisser Binder prendre ses marques. "Brad montre très souvent son potentiel le dimanche et nous ne lui mettons pas trop de pression, il doit se faire son expérience. Je pense qu'il fera de bonnes courses et d'autres moins bonnes, c'est normal", pressent Leitner.

Impliqués dans le développement de la RC16

S'il était déçu l'an dernier de ne pas être choisi par KTM pour remplacer Johann Zarco dans l'équipe officielle, Miguel Oliveira est aujourd'hui aux anges d'avoir reçu la confiance du constructeur pour 2021. "Je ne pourrais pas être plus heureux et plus reconnaissant pour cette chance qui m'est offerte", assure-t-il, évoquant "une très belle surprise".

"Tôt pendant le confinement, on a commencé à voir que le marché commençait à bouger, sans que l'on coure, alors c'était un peu étrange : j'espérais que l'on pourrait d'abord commencer à courir, puis ensuite regarder quoi faire à l'avenir, mais on n'a pas pu attendre", raconte le pilote portugais. "Je suis évidemment très heureux d'être associé à Brad l'année prochaine. [...] C'est très curieux que l'on ait été ensemble dans toutes les catégories et je suis très content de partager à nouveau le stand avec lui."

Lire aussi :

"Je pense que ce sera une bonne équipe à aligner pour la saison 2021", poursuit-il. "On s'entend très bien en dehors de la piste. On a été coéquipiers pendant de nombreuses années, on se connaît. Je pense que la base est d'avoir un bon environnement dans l'équipe et d'être tous les deux d'accord sur les changements à apporter à la moto et la direction à prendre avec le projet dans son ensemble."

Bien que KTM ait assuré que les quatre pilotes du groupe recevront le même traitement, Oliveira sent qu'intégrer l'équipe principale va l'impliquer plus profondément dans le développement. "Une place dans une équipe factory a plus de valeur qu'une place dans n'importe quelle autre équipe, et c'est surtout ça que ça va changer, je pense. C'est l'intention qui se trouve derrière tout transfert qui dicte vraiment ce que le constructeur attend de vous à l'avenir. Je peux dire que je grimpe un échelon, mais la réalité c'est que je fais un pas de côté et non que je grimpe véritablement ! Le fait est que je vais être plus proche du développement de la moto et je pense que c'est l'un des avantages."

Avec Lewis Duncan et Emmanuel Touzot  

partages
commentaires
Transferts MotoGP : qui pilotera où en 2021 ?
Article précédent

Transferts MotoGP : qui pilotera où en 2021 ?

Article suivant

Avec Rins et Mir, Suzuki veut retrouver la concurrence interne de 2018

Avec Rins et Mir, Suzuki veut retrouver la concurrence interne de 2018
Charger les commentaires
L'armada Ducati, une menace pour l'équilibre du MotoGP en 2022 Prime

L'armada Ducati, une menace pour l'équilibre du MotoGP en 2022

Voir Ducati aligner huit machines sur la grille MotoGP n'est pas un fait inédit, puisque la marque l'a déjà fait entre 2016 et 2018. Mais le niveau de la Desmosedici est impressionnant et l'implication de la firme de Borgo Panigale dans ses alliances bien plus importante qu'elle le fut par le passé, or cela pourrait avoir pour effet de déséquilibrer la catégorie reine.

MotoGP
16 janv. 2022
Ces héritiers que Valentino Rossi s'est choisis Prime

Ces héritiers que Valentino Rossi s'est choisis

Avec le départ de Valentino Rossi, le MotoGP perd sa plus grande star et l'Italie son meilleur représentant en course depuis les années 1980. Le Docteur lui-même a toutefois préparé sa relève et formé ceux qu'il espère voir lui succéder.

MotoGP
2 janv. 2022
Quartararo, le champion qui a changé les règles, comme Márquez Prime

Quartararo, le champion qui a changé les règles, comme Márquez

Précoce quand il dominait tous les championnats espagnols, Fabio Quartararo a été jusqu'à pousser à la mise en place d'un changement de règlement, comme Marc Márquez quelques années plus tôt. Son parcours mondial s'est pourtant révélé compliqué, jusqu'à la révélation une fois arrivé dans la catégorie MotoGP.

MotoGP
27 déc. 2021
Valentino Rossi s'est-il arrêté trop tard ? Prime

Valentino Rossi s'est-il arrêté trop tard ?

Inlassablement interrogé sur sa retraite depuis des années, Valentino Rossi a-t-il trop attendu, au risque de voir son palmarès se ternir ? On serait plutôt tenté de dire qu'en ayant tout essayé jusqu'au bout, il a choisi de raccrocher au moment qui était le bon pour lui.

MotoGP
16 déc. 2021
Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ? Prime

Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ?

Après avoir pris la décision de ne pas remplacer Davide Brivio début 2021 et n'avoir par la suite pas réussi à aider Joan Mir à défendre son titre, Suzuki est aujourd'hui à la recherche d'un nouveau team manager. Mais quelle que soit la personne que Shinichi Sahara nommera pour la suite, il est peut-être déjà trop tard pour convaincre le Champion du monde 2020 de rester.

MotoGP
23 nov. 2021
Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes Prime

Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes

La pression à laquelle sont soumis les espoirs de la moto est à la source d'une agressivité qui inquiète de plus en plus. Restreindre la participation au Championnat du monde aux pilotes âgés de 18 ans suffira-t-il à endiguer les manœuvres souvent désespérés des jeunes qui rêvent du MotoGP ?

MotoGP
3 nov. 2021
Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha" Prime

Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha"

De ses débuts inattendus en MotoGP à son premier titre de Champion du monde, trois ans plus tard, Fabio Quartararo a déjà connu un parcours intense dans la catégorie reine. Avec, au passage, une saison 2020 qui lui a rapporté ses premières victoires et une lourde déception, formatrice pour la suite.

MotoGP
26 oct. 2021
Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre Prime

Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre

Trop inconstant en 2020, Fabio Quartararo apparaît cette année infaillible au guidon de la Yamaha. Mais plus que les progrès opérés par la machine, c'est sûrement la transformation du pilote français qui l'a ainsi placé au sommet, en capacité de remporter son premier titre de Champion du monde MotoGP dès cette semaine.

MotoGP
20 oct. 2021