Le "calme" de Quartararo l'a aidé à relancer son week-end

Distancé vendredi, Fabio Quartararo a su éviter tous les écueils pour se qualifier en deuxième ligne au GP du Portugal. Le Français se réjouit d'avoir gardé sa sérénité dans un week-end pourtant mal engagé.

Fabio Quartararo, Yamaha Factory Racing

Gold and Goose / Motorsport Images

Dans une journée très mouvementée entre la pluie et les nombreuses chutes, Fabio Quartararo a évité tous les pièges pour s'offrir une cinquième place presqu'inattendue sur la grille de départ à Portimão, puisqu'il était distancé vendredi. Le pilote Yamaha semblait même avoir le potentiel pour faire mieux, la fin de séance n'ayant pas joué en sa faveur.

Son meilleur chrono a été effacé, en raison d'un drapeau jaune provoqué par la chute de Pol Espargaró, mais cela a également été le cas pour Marc Márquez. Sans les annulations, Quartararo aurait donc gagné une place aux dépens de Jack Miller, mais perdu une autre au profit de Márquez. Ce n'est donc pas cette performance effacée des tablettes qui le déçoit le plus, mais plutôt de ne pas avoir eu le temps de faire un dernier tour.

"J'ai pris le drapeau à damier pour une ou deux secondes", a expliqué le Champion du monde au micro de Canal+. "Et un tour de plus dans ces conditions, ça permet d'améliorer énormément et c'est ce qui m'a manqué par rapport aux autres. Mais c'est de ma faute, j'aime toujours partir en dernier et ça m'apprendra à partir un peu tôt dans ces conditions ! Je suis vraiment content, surtout dans les conditions pluvieuses ce matin, on a terminé à moins d'un dixième du premier alors que c'était vraiment détrempé, donc [je suis] sincèrement content de la journée."

Cette cinquième place en qualifications est indirectement le fruit de ces progrès sur piste humide. Vendredi, Fabio Quartararo était hors du top 10 mais restait confiant, n'ayant pas réussi un tour parfait. Ce samedi, des changements de réglages lui ont permis de prendre la troisième place en EL3, sur un circuit encore détrempé, et cette performance lui a ouvert les portes de la Q2.

Le Français se réjouit de ses progrès mais également d'avoir su garder la tête froide dans un week-end mal engagé : "Je dirais que je suis super content aujourd'hui parce qu'hier, je disais que la position était mauvaise mais qu'on avait senti des progrès, et ce matin sur une piste totalement humide, on a fini à moins d'un dixième de Miguel", a-t-il souligné lors de sa rencontre avec les journalistes. "En EL4, dans des conditions mitigées, on a fini cinquièmes, et les conditions mixtes en slicks sont les pires pour moi."

Fabio Quartararo, Yamaha Factory Racing

Fabio Quartararo

"On a compris qu'on n'arrivait pas à faire chauffer le pneu hier et c'était vraiment le domaine où je sentais que je n'avais pas de sensations", a ajouté Quartararo. "Ce matin, sur une piste totalement humide, on a un peu plus chargé l'arrière pour avoir plus de poids et un peu plus de température, et dès le premier tour, j'ai immédiatement senti que c'était beaucoup mieux. Je suis content parce qu'hier, c'était une journée bizarre pour moi."

"Des gens se demandaient pourquoi j'étais si calme. Il y a quelques courses, si j'avais été 20e, quelles que soient les conditions, j'aurais tout cassé dans ma tête. J'étais super calme et ce matin, on a tout bien fait."

Cette bonne performance en EL3 a permis à Fabio Quartararo de ne pas avoir à disputer la très délicate Q1, sur un circuit partiellement humide et très piégeux : "On a eu de la chance que ce soit un peu plus sec en Q2. Je me suis fait quelques frayeurs mais c'est bien parce que selon moi, c'était dangereux de rouler en Q1. Évidemment, tout le monde veut entrer en Q2 mais c'était vraiment dangereux de rouler sur les flaques en slicks. Je pense que le premier a été Gardner, puis Fernández, Bagnaia, Bastianini, et que des grosses chutes, donc c'était dangereux. Mais en Q2 c'était beaucoup mieux, même s'il y avait encore trois virages vraiment délicats."

Une course difficile à anticiper

Si Fabio Quartararo a su éviter les écueils ce samedi, il ignore de quoi la course sera faite, d'autant plus que les pilotes manquent de roulage sur piste sèche, des conditions qu'ils devraient pourtant retrouver dimanche après-midi. El Diablo a confié se méfier des quatre pilotes positionnés devant lui sur la grille de départ mais il souhaite surtout conserver la sérénité qui lui a réussi depuis le début du week-end.

"On verra bien ! Je n'anticipe pas [la course]. Je ne sais pas comment la voir mais l'important, c'est de rester calme. L'année dernière, j'étais resté derrière les deux Pramac et j'avais eu beaucoup de difficultés mais il faut que je reste concentré et que j'essaie de faire un bon premier tour."

Vainqueur il y a un an, Quartararo avait en effet craqué lors de la deuxième visite en Algarve, qu'il avait conclue sur une chute alors qu'il n'arrivait pas à trouver l'ouverture sur les pilotes placés devant lui : "Avec les Ducati, ça faisait vraiment le yoyo et je n'arrivais pas à doubler. Il va falloir trouver des bons points 'stratégiques' pour doubler parce qu'ici, c'est un peu dur de trouver des solutions pour réussir des dépassements."

Lire aussi :

Rejoignez la communauté Motorsport

Commentez cet article

Voir aussi :

Article précédent Jack Miller négocie son retour chez LCR Honda
Article suivant Pas de fracture mais une grosse douleur pour Bastianini

Meilleurs commentaires

Il n'y a pas de commentaire pour le moment. Souhaitez-vous en écrire un ?

Abonnez-vous gratuitement

  • Accédez rapidement à vos articles favoris

  • Gérez les alertes sur les infos de dernière minute et vos pilotes préférés

  • Donnez votre avis en commentant l'article

Motorsport Prime

Découvrez du contenu premium
S'abonner

Édition

France