KTM, seul constructeur sans wild-cards cette saison

partages
commentaires
KTM, seul constructeur sans wild-cards cette saison
Par :
2 mars 2019 à 09:22

Pour la saison qui s'apprête à débuter, cinq des six constructeurs engagés en MotoGP prévoient d'aligner des wild-cards et ainsi de faire courir leurs pilotes d’essais. Seul KTM a décidé de ne pas en prévoir.

Lire aussi :

KTM se concentre sur ses deux équipes

KTM a été marqué par ses déconvenues de la saison passée. On se souvient en effet que le constructeur autrichien s’était retrouvé dans une situation compliquée pendant l'été, lorsque son pilote d’essais, Mika Kallio, s'était blessé en participant à un Grand Prix et que, peu après, l’un de ses deux pilotes officiels, Pol Espargaró, l'avait rejoint sur le banc de touche, compromettant ainsi le développement de sa machine et sa présence en piste. Cet épisode avait d'emblée conduit la marque à couper court à toute volonté de compétition pour ses pilotes d'essais.

KTM est ainsi le seul constructeur à ne pas avoir planifié de wild-cards cette saison, que ce soit pour Kallio ou pour le nouveau venu Dani Pedrosa − pas du tout demandeur de toute façon. "Nous n’avons pas prévu de wild-cards car nous avons un team satellite et quatre motos en piste. Nous devons nous concentrer sur ces quatre pilotes", justifie Mike Leitner, le team manager, auprès du site officiel MotoGP. "Le programme d’essais est également très fort, ce que font Dani et Mika a beaucoup de sens. Par le passé, nous avons fait des wild-cards car nous n’avions que deux motos, mais cette année rien n’est prévu."

Aprilia répond aux attentes de Smith

À l’inverse de KTM, le constructeur italien est le plus ambitieux puisqu’il a fait la demande de cinq wild-cards pour son pilote d’essais, Bradley Smith, mais cette volonté n’est pas sans raison. La participation du pilote anglais à plusieurs Grands Prix en 2019 était l’une des conditions qu’il avait posées pour signer avec Aprilia au moment où leur collaboration avait été envisagée l’an dernier.

Remercié par KTM après deux ans de contrat, Smith a ainsi rebondi en tant que pilote de test dans l’équipe italienne, en plus du MotoE auquel il prendra part avec le team One Energy Racing.

Après une première wild-card au Qatar dès la semaine prochaine, ses participations suivantes doivent avoir lieu à Barcelone, à Brno, en Aragón et à Valence, un programme pour lequel Aprilia attend toutefois validation.

Lire aussi :

Suzuki va compter sur Guintoli

Même attente pour Suzuki qui a pour sa part émis le souhait de faire disputer trois wild-cards à Sylvain Guintoli, par ailleurs reconduit à son rôle de pilote d'essais. Le constructeur japonais souhaiterait faire rouler le Français à Barcelone, Brno et Motegi, exactement comme l’année dernière. Bien que ces courses aient été compliquées, le Français n’ayant marqué aucun point, les informations qu’il a recueillies n’en sont pas moins restées importantes pour l’équipe officielle, pour lesquelles il s'agit d'un véritable test grandeur nature.

Ducati ne change rien

Du côté de Ducati, il n’y aura pas de changements particuliers en 2019, comme l’a confié Davide Tardozzi, le team manager : "Nous avons déjà décidé d’avoir trois wild-cards avec Michele Pirro qui auront lieu, comme d’habitude, au Mugello, à Misano et à Valence."

Le pilote italien tient un rôle important au sein de la structure, et ses bons résultats en course sont un bonus de taille pour le team. Malgré un grave accident au Mugello l’an dernier, Pirro avait été en mesure de ramener un top 15 à Misano et surtout une quatrième place à Valence. L’année précédente, il avait décroché un top 5 et deux top 9, de bonnes performances qui s'ajoutent à sa contribution précieuse en essais et lui garantisse de garder la confiance de la marque de Borgo Panigale.

Honda n'entre pas dans les détails

La situation est beaucoup moins nette dans le clan Honda, qui n’a encore rien arrêté de définitif avec son nouveau pilote d'essais. "Nous sommes ravis de ce que fait Stefan Bradl, c’est pourquoi nous souhaitons l’emmener sur au moins deux Grands Prix", fait savoir Alberto Puig, le team manager, sans toutefois préciser les Grands Prix où le pilote allemand serait présent.

Bradl a fait son retour en MotoGP l’an dernier dans ce rôle de pilote d’essais du constructeur japonais, et il conserve sa confiance cette année. En 2018, entre ses wild-cards et ses remplacements de Franco Morbidelli puis de Cal Crutchlow, blessés, il avait en tout pris part à cinq Grands Prix et avait montré de belles choses. Il avait en effet conclu les deux dernières courses dans les points, avec notamment une neuvième place à Valence.

Yamaha : pas de course pour Folger

Même son de cloche chez Yamaha où l’unique wild-card prévue pour l'instant n’est pas encore totalement fixée. "Nous attendons Katsuyuki Nakasuga pour rouler à Motegi. La décision n’a pas encore été totalement prise, mais il devrait y être", confie Massimo Meregalli.

Le directeur de l’équipe ne mentionne pas en revanche Jonas Folger, qui a fait son retour dans le paddock l'an dernier pour prendre à sa charge un programme d'essais plus européen et ainsi apporter un autre type de contribution aux titulaires. Il semble donc affiché que le nouvel arrivant n’endossera que ce rôle de pilote d’essais cette saison et ne prendra part à aucun Grand Prix, comme Lin Jarvis l’avait déjà laissé entendre début février.

 
Article suivant
Lorenzo donne "une petite avance" à Viñales pour le Qatar

Article précédent

Lorenzo donne "une petite avance" à Viñales pour le Qatar

Article suivant

Bagnaia, le rookie de Ducati : "Je suis entre de bonnes mains"

Bagnaia, le rookie de Ducati : "Je suis entre de bonnes mains"
Charger les commentaires
Soyez le premier à recevoir
toute l'actu