En difficulté au freinage, Redding s'est "senti dangereux" en course

partages
commentaires
En difficulté au freinage, Redding s'est
Par : Willy Zinck
14 sept. 2018 à 09:37

L'Anglais a connu un nouveau Grand Prix difficile à Saint-Marin, marqué par des difficultés récurrentes pour stopper sa machine.

Scott Redding, Aprilia Racing Team Gresini, Aleix Espargaro, Aprilia Racing Team Gresini
Scott Redding, Aprilia Racing Team Gresini
Scott Redding, Aprilia Racing Team Gresini
Scott Redding, Aprilia Racing Team Gresini
Scott Redding, Aprilia Racing Team Gresini
Scott Redding, Aprilia Racing Team Gresini
Scott Redding, Aprilia Racing Team Gresini
Scott Redding, Aprilia Racing Team Gresini

Les courses se suivent et se ressemblent tristement pour Scott Redding, qui a de nouveau connu un week-end compliqué à Misano. L'Anglais a encore fini très loin le dimanche lors de l'épreuve, à la 21e place et à plus d'une minute du vainqueur, Andrea Dovizioso.

Une vraie déception après des débuts encourageants le vendredi, lorsqu'il a bouclé les EL1 en 11e position et semblait alors en mesure d'aller chercher les points, ce qui aurait constitué une première pour lui depuis sa 15e place au Sachsenring il y a deux mois.

Las, le numéro 45 a été confronté à de grandes difficultés pour manœuvrer sa machine sur le reste du week-end, un comportement qui a atteint son paroxysme lors de la course. "Le week-end se passait bien, je me sentais bien, puis c'est devenu de plus en plus difficile, et je ne comprends pas réellement pourquoi ça a pris cette tournure", a expliqué Redding dans la foulée de l'épreuve.

"C'était frustrant à la fin, la course a été la cerise sur le gâteau, et pour être honnête je me suis senti très dangereux lors de la course, je percutais pas mal de pilotes car je n'étais pas en mesure de stopper la moto. Mais je me suis dis ensuite : 'p****n, je dois faire quelque chose', car je ne voulais pas piloter comme ça, ce n'est pas juste pour les autres pilotes, ni pour moi."

Prime à la sécurité en course

Le pilote Aprilia a donc préféré adopter une conduite plus sûre pour ne pas se mettre en danger ainsi que ses adversaires, quitte à perdre le rythme et à laisser s'échapper la perspective de tout résultat valable en Italie.

"J'ai laissé un peu d'espace pour essayer de trouver le rythme, mais je ne pouvais simplement pas m'arrêter, le pneu avant s'affaissait et se bloquait", reprend-il. "Et je ne manquais pas la trajectoire pour un ou deux mètres, j'étais cinq ou huit mètres hors de la bonne ligne dans chaque virage. J'ai rencontré beaucoup de difficulté avec ça. Je me suis dis : 'ok, qu'est-ce que je peux faire ?'. Je ne voulais pas rentrer, je ne voulais pas renoncer, donc j'ai fait des changements avec la cartographie, pour essayer de trouver le rythme. Il y a eu un moment où la baisse du carburant m'a un peu aidé, cela a retiré du poids sur le pneu avant."

Lire aussi :

Alors qu'il continue d'évaluer les possibilités qui s'offrent à lui en vue de l'an prochain, et qu'il est pour ainsi dire acquis qu'il ne préservera pas sa place en MotoGP en 2019, c'est un nouveau coup dur pour le Britannique, qui ne serait pas contre l'obtention rapide d'un bon résultat. "Pour moi, ce n'était pas de la course. C'est difficile d'accepter cela et j'ai terminé très frustré et honnêtement c'est décevant car au début du week-end j'ai pensé que nous avions une chance pour marquer des points, et en fait c'était complètement l'opposé. Un autre coup de poids au visage en somme."

Prochain article MotoGP
Ducati : Le travail de Stoner n'est pas le seul à compter

Article précédent

Ducati : Le travail de Stoner n'est pas le seul à compter

Article suivant

Le passage à la GP18, un "grand pas en avant" pour Abraham

Le passage à la GP18, un "grand pas en avant" pour Abraham
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries MotoGP
Événement GP de Saint-Marin
Lieu Misano
Pilotes Scott Redding
Équipes Gresini Racing
Auteur Willy Zinck
Type d'article Actualités