Doohan "coupable" de la même volonté de retour rapide que Márquez

Par son expérience personnelle, Mick Doohan, qui a vu sa carrière s'arrêter brutalement à la suite d'un accident à Jerez, comprend ce qu'a pu vivre Marc Márquez cette année.

Doohan "coupable" de la même volonté de retour rapide que Márquez

Marc Márquez a beau avoir dû composer depuis plusieurs années avec des blessures de l'épaule, des déboitements l'ayant poussé à se faire opérer ces deux derniers hivers, il n'avait encore jamais été absent d'une course MotoGP depuis son arrivée dans la catégorie en 2013. La blessure qui l'a touché dès la première manche de cette saison est toutefois d'un autre acabit, et cette fois le champion espagnol a dû se résoudre à mettre pied à terre.

Sa première réaction a été à l'image de l'esprit volontaire qui l'anime, puisqu'il a tenté un retour à la compétition dès le week-end suivant. Sa présence en piste à peine quatre jours après que sa fracture de l'humérus ait été opérée avait finalement tourné court, mais non sans que cette tentative et les efforts fournis aient fragilisé la zone convalescente. Quelques jours plus tard, en ouvrant une simple porte fenêtre, le pilote a senti la plaque céder et vu s'envoler ses espoirs d'une saison qu'il aurait pu sauver. Il n'a dès lors eu d'autre choix que d'apprendre la patience.

"Beaucoup de pilotes tombent souvent en ce moment, que ce soit à cause des pneus ou autre, et se blesser fait malheureusement partie des chutes. Souvent on ne se blesse pas, mais parfois oui", observe Mick Doohan auprès du site officiel du MotoGP, concédant que la situation est "sûrement difficile pour Marc".

Lire aussi :

"La blessure de Marc au bras semblait assez simple, mais il n'était malheureusement pas assez fort pour revenir aussi vite que ce qu'il a essayé", souligne le quintuple Champion du monde 500cc, pas étonné par cette volonté farouche alors affichée par l'Espagnol. "En tant que pilote, on essaye continuellement de se tourner vers le prochain objectif et je pense que son prochain objectif était d'essayer de revenir dès que possible."

Le champion australien est d'autant plus compréhensif que lui-même n'a jamais perdu sa volonté de courir coûte que coûte, malgré les blessures parfois très lourdes qui l'ont frappé... jusqu'à celle de trop. "J'ai été coupable de la même chose par le passé, avec ma jambe en 1999", avoue-t-il. "J'ai poussé trop fort pour revenir vite, j'ai cassé toutes les vis dans la plaque et ma jambe a lâché. C'est la raison pour laquelle j'ai ensuite arrêté la compétition."

Jamais avare de hasards frappants, l'Histoire retiendra que Doohan, pilote Repsol Honda et grand dominateur de son époque, a vu sa carrière s'arrêter dans un highside entre les virages 3 et 4 de Jerez, soit dans la même portion que celle qui a piégé Márquez au mois de juillet. L'Australien avait alors lui aussi tenté de tout faire pour reprendre la piste le plus vite possible, cependant les vis posées dans sa jambe droite, déjà très grièvement blessée sept ans plus tôt, avaient fini par lâcher, ce qui s'ajoutait à des nerfs irrémédiablement abîmés dans le bras gauche. Après sept mois d'efforts, il devait finalement annoncer que sa carrière s'arrêtait là, son palmarès s'en tenant définitivement à ses cinq titres consécutifs.

Mais aux yeux de l'ancien pilote australien, la comparaison avec Márquez s'arrêtera à leur accident et à leur hargne de champions, car il ne doute aucunement que l'on reverra le #93 en piste, certain par ailleurs de la puissance que retrouvera son jeune successeur lorsqu'il sera en mesure de reprendre la compétition.

"Je pense que, mentalement, il restera Marc, il faut juste qu'il se débarrasse de la blessure physique", estime-t-il. "Je n'ai aucun doute quant au fait que, du point de vue mental, Marc ne va pas changer d'un iota. Il sera fort. Ses adversaires ne voudront probablement pas qu'il revienne tout de suite, au début ils ont pu montrer ce qu'ils pouvaient faire, mais c'est toujours bien de courir face à quelqu'un comme Marc."

"Une blessure ne change pas vraiment la façon dont vous abordez la course et on sait tous en tant que pilotes qu'une blessure est le pire qui puisse arriver. C'est quelque chose que l'on accepte avant de monter sur la moto. Une fois que ça arrive, on regarde pourquoi s'est arrivé et combien de temps il va falloir pour revenir. Malheureusement, avec Marc ça prend un petit peu de temps, mais il a déjà géré l'aspect psychologique alors maintenant c'est en gros une question de savoir quand il va revenir et de combien de temps il lui faudra avant de se montrer à nouveau à son meilleur niveau."

partages
commentaires
Malgré le COVID-19, Portimão espère accueillir 50'000 spectateurs
Article précédent

Malgré le COVID-19, Portimão espère accueillir 50'000 spectateurs

Article suivant

Zarco de retour en Aragón avec le sentiment d'un challenge gagné

Zarco de retour en Aragón avec le sentiment d'un challenge gagné
Charger les commentaires
L'armada Ducati, une menace pour l'équilibre du MotoGP en 2022 Prime

L'armada Ducati, une menace pour l'équilibre du MotoGP en 2022

Voir Ducati aligner huit machines sur la grille MotoGP n'est pas un fait inédit, puisque la marque l'a déjà fait entre 2016 et 2018. Mais le niveau de la Desmosedici est impressionnant et l'implication de la firme de Borgo Panigale dans ses alliances bien plus importante qu'elle le fut par le passé, or cela pourrait avoir pour effet de déséquilibrer la catégorie reine.

Ces héritiers que Valentino Rossi s'est choisis Prime

Ces héritiers que Valentino Rossi s'est choisis

Avec le départ de Valentino Rossi, le MotoGP perd sa plus grande star et l'Italie son meilleur représentant en course depuis les années 1980. Le Docteur lui-même a toutefois préparé sa relève et formé ceux qu'il espère voir lui succéder.

MotoGP
2 janv. 2022
Quartararo, le champion qui a changé les règles, comme Márquez Prime

Quartararo, le champion qui a changé les règles, comme Márquez

Précoce quand il dominait tous les championnats espagnols, Fabio Quartararo a été jusqu'à pousser à la mise en place d'un changement de règlement, comme Marc Márquez quelques années plus tôt. Son parcours mondial s'est pourtant révélé compliqué, jusqu'à la révélation une fois arrivé dans la catégorie MotoGP.

MotoGP
27 déc. 2021
Valentino Rossi s'est-il arrêté trop tard ? Prime

Valentino Rossi s'est-il arrêté trop tard ?

Inlassablement interrogé sur sa retraite depuis des années, Valentino Rossi a-t-il trop attendu, au risque de voir son palmarès se ternir ? On serait plutôt tenté de dire qu'en ayant tout essayé jusqu'au bout, il a choisi de raccrocher au moment qui était le bon pour lui.

MotoGP
16 déc. 2021
Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ? Prime

Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ?

Après avoir pris la décision de ne pas remplacer Davide Brivio début 2021 et n'avoir par la suite pas réussi à aider Joan Mir à défendre son titre, Suzuki est aujourd'hui à la recherche d'un nouveau team manager. Mais quelle que soit la personne que Shinichi Sahara nommera pour la suite, il est peut-être déjà trop tard pour convaincre le Champion du monde 2020 de rester.

MotoGP
23 nov. 2021
Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes Prime

Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes

La pression à laquelle sont soumis les espoirs de la moto est à la source d'une agressivité qui inquiète de plus en plus. Restreindre la participation au Championnat du monde aux pilotes âgés de 18 ans suffira-t-il à endiguer les manœuvres souvent désespérés des jeunes qui rêvent du MotoGP ?

MotoGP
3 nov. 2021
Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha" Prime

Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha"

De ses débuts inattendus en MotoGP à son premier titre de Champion du monde, trois ans plus tard, Fabio Quartararo a déjà connu un parcours intense dans la catégorie reine. Avec, au passage, une saison 2020 qui lui a rapporté ses premières victoires et une lourde déception, formatrice pour la suite.

MotoGP
26 oct. 2021
Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre Prime

Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre

Trop inconstant en 2020, Fabio Quartararo apparaît cette année infaillible au guidon de la Yamaha. Mais plus que les progrès opérés par la machine, c'est sûrement la transformation du pilote français qui l'a ainsi placé au sommet, en capacité de remporter son premier titre de Champion du monde MotoGP dès cette semaine.

MotoGP
20 oct. 2021