Espargaró irrité par ses malentendus en piste avec Zarco

Pol Espargaró et Johann Zarco se sont rencontrés deux fois en piste lors des EL1 et EL2 du Grand Prix d'Andalousie, la première se concluant par une irritation de l'Espagnol pour la manière dont leur évolution a compromis son tour rapide ; la seconde, par une chute de celui-ci suite à ce qu'il admet être une mauvaise interprétation de la trajectoire du Français.

Espargaró irrité par ses malentendus en piste avec Zarco

Se présentant dans de belles dispositions ce week-end et disposant d'une grande confiance dans la capacité de KTM à se trouver dans le bon rythme de course pour aller jouer un grand résultat ce dimanche, Pol Espargaró était remonté contre Johann Zarco à l'issue de la journée d'essais libres de vendredi.

L'Espagnol s'est retrouvé à deux reprises dans l'environnement de son ex-équipier français : tout d'abord en EL1, au cours desquels l'un de ses tours rapides a été compromis par le pilote Ducati de l'aveu-même de celui-ci, puis lors des EL2, dans une incompréhension au cours de laquelle Zarco se défend cette-fois d'avoir interféré de quelque manière que ce soit et rejette l'idée selon laquelle la rencontre en piste entre les deux hommes – qui s'est soldée par une chute à basse vitesse d'Espargaró dans les graviers – fut quoi que ce soit d'autre qu'anecdotique.

"Je me suis fait deux chaleurs avec Zarco aujourd'hui", résumait, irrité, le pilote KTM au terme de la journée de vendredi. "Ce matin, il était clairement au milieu [de la piste] alors que j'arrivais vite ; je me suis trouvé face à lui, il a regardé derrière lui et ne s'en est pas vraiment soucié. J'étais dans mon premier tour rapide. Il a vraiment regardé derrière, il aurait pu me laisser passer mais il ne l'a pas fait. Il voulait que je reste derrière, alors il a détruit mon tour exprès. Je n'ai aucune idée, honnêtement [de pourquoi, ndlr]. Il était derrière Quartararo, je ne savais pas s'il voulait pousser derrière Quartararo et ne pas me laisser partir, ou juste... Je n'en ai aucune idée. C'est comme ça. Il faut lui demander pourquoi il était au milieu, parce que sur ce tour, il a fait 1'40 et moi j'attaquais. Il n'était pas rapide. Il a regardé derrière, m'a vu arriver vite et n'a pas bougé de la ligne. Je ne sais pas pourquoi il a fait ça."

Lire aussi :

Dans l'après-midi, Espargaró estime que Zarco se trouvait "hors trajectoire" et qu'il a mal évalué la situation. "C'était ma faute : j'étais large et n'avais clairement pas assez de place pour arrêter la moto sur la piste. C'est la raison pour laquelle je suis sorti, mais je dirais qu'il était hors de la trajectoire. C'est sûr qu'il aurait pu être à un autre endroit. Il aurait pu être à l'intérieur dans la petite ligne droite et alors j'aurais été sûr de ne pas avoir à l'élargir, mais au final c'était ma faute, j'avais élargi et il était là. Ce matin, c'est sûr qu'il m'a ennuyé dans ce tour rapide, mais cet après-midi, non, c'était juste ma faute en fait."

 

L'interprétation des événements par Zarco est la même que celle de l'Espagnol. Le Français fait amende honorable pour la gêne occasionnée en EL1, tout en se défendant du fait d'avoir provoqué le ralentissement d'Espargaró de manière volontaire. "Il m'a dépassé dans la matinée quand il suivait Dovi et que je quittais mon tour et a peut-être perdu un peu de temps à ce moment-là, mais dans l'après-midi, j'étais rangé et je n'ai pas pu le déranger", juge-t-il.

Sans s'attarder sur les EL1, Zarco estime au sujet de l'incident des EL2 que l'interprétation de sa trajectoire a pu être mal estimée par son poursuivant, comme le reconnaît lui-même ce dernier.

"Je l'ai vu à la télé car je ne savais pas qu'il m'avait presque touché", décrit le Français. "J'étais vraiment à l'extérieur du virage et je ne me souviens plus qui était devant moi et ce pilote ralentissait aussi. Je cherchais une bonne performance et quand cette personne est allée sur la gauche, j'ai suivi pour attendre. C'est étrange que Pol ait été surpris car il sait plus ou moins quand quelqu'un pousse ou non. Je ne sais pas ce qui s'est produit. Il a peut-être freiné en étant prêt à prendre le virage mais au moment où il a voulu y aller, j'étais là à l'extérieur et il a dû changer de ligne et est tombé. J'étais totalement out et ne dérangeais pas. Peut-être qu'il attaquait, a glissé et quand il a récupéré la moto et est allé droit, alors, oui, j'étais là. Si par contre il poussait pour prendre le virage, il aurait dû y aller car j'étais totalement rangé."

Avec Léna Buffa

partages
commentaires
GP d'Andalousie MotoGP - Programme et guide d'avant-course

Article précédent

GP d'Andalousie MotoGP - Programme et guide d'avant-course

Article suivant

Drapeau jaune : la crainte de stratégies malveillantes

Drapeau jaune : la crainte de stratégies malveillantes
Charger les commentaires
Donner ou prendre le sillage : entre aubaine, tolérance et nécessité ! Prime

Donner ou prendre le sillage : entre aubaine, tolérance et nécessité !

Prendre le sillage d'un rival pour gagner en performance... ou être celui qui est accroché et donne, de son plein gré ou non, un avantage à un concurrent. Le sujet n'a pas pas fini de faire parler, mais crée en tout cas des dynamiques intéressantes entre les pilotes du plateau MotoGP.

MotoGP
10 juin 2021
Éligibilité aux concessions techniques : le remède pour Honda ? Prime

Éligibilité aux concessions techniques : le remède pour Honda ?

Aveu d'échec mais coup de pouce possiblement bienvenu : l'éligibilité à des concessions en MotoGP peut être vue de plusieurs manières, comme en témoignent les réactions de Marc Márquez et Pol Espargaró à cette évocation...

MotoGP
6 juin 2021
Lucio Cecchinello : "Ma récompense ? Le plaisir que je continue à prendre" Prime

Lucio Cecchinello : "Ma récompense ? Le plaisir que je continue à prendre"

Toujours aussi passionné, mais aussi ancré dans la réalité, l'ancien pilote Lucio Cecchinello partage avec nous son regard sur les effets de la crise actuelle en MotoGP et la manière dont le championnat devrait selon lui évoluer.

MotoGP
28 mai 2021
Hervé Poncharal, taille patron Prime

Hervé Poncharal, taille patron

Patron du team Tech3 et président de l'IRTA, Hervé Poncharal est une figure incontournable du MotoGP. Aussi impliqué dans le sauvetage du championnat face à la crise sanitaire que touché par l'évolution de la planète, le Français a partagé avec nous son regard sur le monde.

MotoGP
26 mai 2021
Que doit faire Marc Márquez pour revenir à son meilleur niveau ? Prime

Que doit faire Marc Márquez pour revenir à son meilleur niveau ?

Après avoir signé une septième place au Portugal pour son retour fracassant en MotoGP, Marc Márquez entame désormais un long et dur travail pour retrouver le pilotage lui ayant donné six titres en catégorie reine.

MotoGP
23 avr. 2021
Pourquoi l'incident entre Miller et Mir mérite une nouvelle enquête Prime

Pourquoi l'incident entre Miller et Mir mérite une nouvelle enquête

Malgré la décision de Suzuki de ne pas faire appel de l'absence de sanction pour Jack Miller après son incident avec Joan Mir, il est nécessaire d'agir pour ne plus voir ce genre de manœuvre, qui aurait facilement pu tourner à la tragédie à Losail.

MotoGP
9 avr. 2021
Johann Zarco, la victoire avant l'heure Prime

Johann Zarco, la victoire avant l'heure

En à peine 18 mois, Johann Zarco est passé d'un extrême à l'autre en MotoGP, de pilote accablé et sans guidon à leader rayonnant du Championnat du monde 2021. Mais les Grands Prix de Losail ont surtout vu le retour au premier plan d'un homme retrouvé.

MotoGP
5 avr. 2021
Les changements derrière le retour en force de Maverick Viñales Prime

Les changements derrière le retour en force de Maverick Viñales

Sa victoire autoritaire lors de la manche d'ouverture du championnat intervient alors que Maverick Viñales vit une période de changement personnel et professionnel. Est-ce le tremplin vers une lutte pour le titre plus concrète qu'elle ne l'a été par le passé ?

MotoGP
30 mars 2021