Quartararo, torse nu à 340 km/h : "J'ai fait de mon mieux"

Fabio Quartararo n'a pas d'explication à l'étonnant problème de combinaison qui a marqué son GP de Catalogne. Le Français a dû boucler les derniers tours avec son cuir ouvert sur son torse mais il ne pense pas qu'il avait le rythme pour priver Miguel Oliveira de la victoire.

Un incident inédit est venu troubler la fin de course de Fabio Quartararo à Barcelone. Alors qu'il se battait pour la victoire avec Miguel Oliveira, sa combinaison a commencé à s'ouvrir et c'est torse nu qu'il a dû boucler les derniers tours de l'épreuve. Finalement troisième à l'arrivée mais classé au quatrième rang, la faute à une pénalité pour ne pas avoir suffisamment ralenti en passant hors de la piste au premier virage, Quartararo n'a pas d'explication réelle au problème rencontré sur sa combinaison, si ce n'est que la fermeture éclair s'est abaissée sans se casser.

"Je ne sais pas ce qu'il s'est passé, je sais juste que le cuir s'est totalement ouvert au premier virage à cinq tours de l'arrivée", a expliqué Quartararo aux journalistes en visioconférence après l'arrivée. "J'ai juste essayé de retrouver une position normale, je n'y suis pas parvenu. C'était très difficile de piloter, mais ça peut arriver. Alpinestars [qui fournit la combinaison] analyse ça maintenant, pour comprendre comment c'est possible, parce qu'après la course j'ai pu la refermer. Mais c'est comme ça, ce n'était pas notre journée mais je peux me satisfaire de cette quatrième place. Bien, troisième, mais je suis [finalement] quatrième."

Lire aussi :

Une fois la ligne d'arrivée franchie, Quartararo a été en mesure de remonter la fermeture éclair, chose impossible lorsqu'il était à pleine vitesse sur sa Yamaha : "A la fin de la course, tout était ouvert. Quand c'est totalement ouvert, il faut tenir le cuir, le tirer vers le haut puis remonter la fermeture éclair, comme sur un jean."

Plusieurs pilotes ont exprimé leur inquiétude de voir l'un des leurs en piste la peau à nu en pleine course, mais l'intéressé minimise l'incident : "Je pense que ça allait sur le plan de la sécurité, on a fini la course, tout s'est bien passé", a-t-il tempéré, reconnaissant tout de même avoir été troublé par cette situation inédite : "Ce n'est pas génial ! Sincèrement, ce n'est pas la meilleure sensation que j'ai eue. Sur un scooter, je pense que ça va, mais à 340km/h on sent vraiment qu'avec l'air qui rentre dans la combinaison ça fait un effet parachute. Malheureusement, je n'arrivais pas trop à ralentir en bout de ligne droite et dans les gros virages. Sincèrement, je ne sais pas comment j'ai fait pour contenir Jack [Miller]. J'ai fait de mon mieux. Ce n'était pas la meilleure des sensations, malheureusement."

Oliveira était "un tout petit peu plus rapide" que Quartararo

Fabio Quartararo était en lice pour la victoire avant de rencontrer ce problème sur son cuir. Parti depuis la pole, il n'était plus que troisième après le premier virage, après avoir été doublé par Jack Miller et Miguel Oliveira, et la dégringolade a continué jusqu'à la sixième place, Joan Mir Johann Zarco puis Aleix Espargaró prenant aussi l'avantage dans les premiers tours. Quartararo a su garder son calme et regagner les positions une par une, pour reprendre la tête au cap de la mi-course, une performance qui montre selon lui ses progrès dans la gestion de ses émotions.

"Je suis satisfait de ma course. Je me suis fait un peu chahuter. J'avais une Suzuki, une Aprilia, une Ducati, une KTM... à peu près toutes les motos devant. J'ai réussi à remonter, à les doubler petit à petit. C'est une chose que l'année dernière je n'aurais pas spécialement réussie à faire. Là, j'ai réussi à remonter petit à petit. Miguel est repassé devant mais après, je pense que j'aurais tenté quelque chose pour la victoire, et je pense que c'était très difficile parce que Miguel a très bien roulé aujourd'hui. On doit analyser pourquoi toutes les Yamaha n'ont pas réussi à reproduire le rythme qu'elles avaient pendant les essais. Miguel a même fait mieux. C'est assez difficile à comprendre."

Quartararo attribue ses difficultés à la gestion du pneu arrière, une surprise après des essais qui se sont déroulés à merveille : "J'économisais le pneu mais sincèrement, sur le côté gauche Miguel était très bon et je n'avais pas les sensations que j'avais ce matin avec le dur et même tout le week-end. Je pense que toutes les Yamaha ont eu ce problème parce que pour moi, Franco [Morbidelli] était l'un des principaux favoris pour la victoire et qu'il a fini très loin. Je n'avais pas de bonnes sensations avec les pneus, il semble que c'était aussi le cas pour Maverick [Viñales]."

"J'ai réussi à reprendre la tête, me battre pour la deuxième position, même me battre pour la victoire mais on a eu ce petit problème qui nous en a empêchés", a-t-il ajouté. "Mais pour être honnête, Miguel était un tout petit peu plus rapide que nous aujourd'hui."

Lire aussi :

Quartararo n'est en effet pas longtemps resté en tête dans le cœur de la course, Oliveira ayant repris l'avantage moins de deux tours plus tard. En fin d'épreuve, Zarco l'a aussi doublé et les derniers tours ont été compliqués par le problème de combinaison, le pilote Yamaha devant passer dans le dégagement du premier virage alors qu'il se battait avec Jack Miller. Quartararo a franchi la ligne d'arrivée à la troisième place mais a reçu une pénalité de trois secondes pour ne pas avoir suffisamment ralenti lors de son retour en piste.

Le Niçois conserve néanmoins la tête du championnat et son week-end catalan n'est pas totalement terminé puisqu'il fera son retour en piste lundi pour un test dont il ne veut pas livrer tous les secrets, se refusant à donner des détails sur le programme qui l'attend : "Déjà, je ne sais pas. Et je ne sais pas si j'ai le droit de le dire ! En tout cas, je sais deux petites choses, mais je pense que c'est assez confidentiel. Je ne sais pas si je peux en parler, je n'ai pas demandé avant. Désolé !"

partages
commentaires
Zarco à un souffle de la gagne : "J'ai pu penser à la victoire !"

Article précédent

Zarco à un souffle de la gagne : "J'ai pu penser à la victoire !"

Article suivant

Oliveira a dû se battre : "C'était difficile de rester sur la moto"

Oliveira a dû se battre : "C'était difficile de rester sur la moto"
Charger les commentaires
Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné Prime

Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné

Joan Mir croit en ses chances de conserver son titre en MotoGP, malgré une première moitié de saison en dessous de ses attentes. Motorsport.com a pu échanger avec le pilote Suzuki sur ses chances au championnat, le départ de Davide Brivio et la célébrité apportée par son sacre mondial en 2020.

MotoGP
23 juil. 2021
Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès Prime

Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès

À la peine dans les dernières de la saison 2020, Fabio Quartararo a retrouvé le sommet et domine le championnat à mi-parcours. Motorsport.com s'est entretenu avec le Niçois pour évoquer sa nouvelle approche, sa progression et son arrivée dans l'équipe Yamaha factory, mais aussi les grandes difficultés de son coéquipier.

MotoGP
15 juil. 2021
Pourquoi Yamaha risque de perdre Valentino Rossi Prime

Pourquoi Yamaha risque de perdre Valentino Rossi

En sa qualité de patron d'équipe, Valentino Rossi va entrer de façon imminente dans une nouvelle ère dans sa carrière, et celle-ci aura une influence considérable sur un certain nombre de pilotes et d'équipes du championnat. Mais c'est précisément chez Yamaha que se fera sentir l'un des plus gros impacts car la marque joue un rôle central dans cet épisode et pourrait en conséquence perdre ses liens avec le Docteur.

MotoGP
23 juin 2021
Donner ou prendre le sillage : entre aubaine, tolérance et nécessité ! Prime

Donner ou prendre le sillage : entre aubaine, tolérance et nécessité !

Prendre le sillage d'un rival pour gagner en performance... ou être celui qui est accroché et donne, de son plein gré ou non, un avantage à un concurrent. Le sujet n'a pas pas fini de faire parler, mais crée en tout cas des dynamiques intéressantes entre les pilotes du plateau MotoGP.

MotoGP
10 juin 2021
Éligibilité aux concessions techniques : le remède pour Honda ? Prime

Éligibilité aux concessions techniques : le remède pour Honda ?

Aveu d'échec mais coup de pouce possiblement bienvenu : l'éligibilité à des concessions en MotoGP peut être vue de plusieurs manières, comme en témoignent les réactions de Marc Márquez et Pol Espargaró à cette évocation...

MotoGP
6 juin 2021
Lucio Cecchinello : "Ma récompense ? Le plaisir que je continue à prendre" Prime

Lucio Cecchinello : "Ma récompense ? Le plaisir que je continue à prendre"

Toujours aussi passionné, mais aussi ancré dans la réalité, l'ancien pilote Lucio Cecchinello partage avec nous son regard sur les effets de la crise actuelle en MotoGP et la manière dont le championnat devrait selon lui évoluer.

MotoGP
28 mai 2021
Hervé Poncharal, taille patron Prime

Hervé Poncharal, taille patron

Patron du team Tech3 et président de l'IRTA, Hervé Poncharal est une figure incontournable du MotoGP. Aussi impliqué dans le sauvetage du championnat face à la crise sanitaire que touché par l'évolution de la planète, le Français a partagé avec nous son regard sur le monde.

MotoGP
26 mai 2021
Que doit faire Marc Márquez pour revenir à son meilleur niveau ? Prime

Que doit faire Marc Márquez pour revenir à son meilleur niveau ?

Après avoir signé une septième place au Portugal pour son retour fracassant en MotoGP, Marc Márquez entame désormais un long et dur travail pour retrouver le pilotage lui ayant donné six titres en catégorie reine.

MotoGP
23 avr. 2021