Interview Bradl - "Dans une situation difficile, mais pas complètement perdu"

L.B., Le Mans - Rude période que celle que vit Stefan Bradl! Passé en MotoGP avec l'étiquette de premier de la classe, l'Allemand déchante trois ans plus tard. Trois saisons passées au guidon d'une Honda satellite et qui lui ont notamment valu une pole et une victoire, mais qui n'ont pas suffi à lui garantir l'ascension espérée sur l'échelle de la catégorie reine.

Toutes les photos de Stefan Bradl

Désormais équipée d'une machine Open, alignée par l'équipe Forward Racing, Bradl peine à enclencher sa saison, encore trop pris par les problèmes à résoudre sur sa moto. S'il part de plus loin qu'espéré, il manque de temps pour régler ses soucis dans le cadre des week-ends de course et les premiers Grands Prix se sont enchaînés sans récompense autre qu'un point en Argentine.

"On n'a pas rencontré le succès voulu. La situation est beaucoup plus difficile que ce que nous pensions au départ," reconnaît Stefan Bradl auprès de Motorsport.com. "On a un peu manqué de chance sur les premières courses, en particulier au Qatar où j'ai commis une erreur à la fin de la course et n'ai pas marqué de points, puis à Austin où j'ai été heurté par un autre pilote. En Argentine et à Jerez, j'ai eu des problèmes avec l'électronique et la moto en général."

La situation est beaucoup plus difficile que ce que nous pensions au départ.

Stefan Bradl

Le problème majeur rencontré à ce stade de la saison avec la Yamaha Forward, vient effectivement de l'ECU fourni par Magneti Marelli. Bradl est pour l'heure à la recherche des réglages qui lui permettront d'en tirer le meilleur parti, néanmoins ce saut dans l'inconnu s'avère pour le moins complexe. "On a trouvé quelque chose pendant les essais du lundi à Jerez, mais il nous reste de la marge de progression," reconnaît-il. "Notre problème principal, c'est que l'électronique n'est pas assez sensible, pas assez douce, pour la combinaison entre les pneus, la météo et les sensations du pilote, on a donc beaucoup de travail là-dessus."

Dans ces circonstances, impossible de retrouver pour l'instant le niveau qu'affichait l'an dernier Aleix Espargaro au sein de cette même équipe, Espargaro qui s'est hissé au septième rang du Championnat, signant notamment une pole et un podium. Force est de constater que le tourbillon infernal de la saison ne laisse que peu de temps pour l'analyse de problèmes aussi marqués, mais l'attente des résultats semble peser sur les épaules de Stefan Bradl, qui ne cache pas sa déception.

Autrefois observé par Honda avec en jeu un possible avenir en grand, l'Allemand a surpris son monde l'an dernier en annonçant ce passage d'une machine Factory à une Open. Soit, mais il n'est pas si simple de faire son choix lorsque le mercato se met en mouvement... "Il y avait beaucoup de choses. Honda attendait plus de meilleurs résultats de ma part l'an dernier. Il se passe toujours quelque chose et j'ai pris la décision de rejoindre cette équipe parce qu'il s'agit d'un team professionnel," rappelle-t-il. Des regrets à avoir aujourd'hui ? "On ne sait jamais avant," suggère-t-il. "Le changement de règlement chaque année rend les choses plus difficiles, alors on ne sait jamais."

On fait tous de notre mieux pour progresser. Notre potentiel est plus élevé que ce que l'on a montré sur les premières manches

Stefan Bradl

Bradl pourrait revoir ses ambitions de titre Open à la baisse au vu des résultats de cette entame de Championnat, pourtant il tente de garder le cap : "Ce n'est que le début de la saison, mais c'est une période importante de l'année, avec beaucoup de courses en Europe. C'est le moment de marquer des points et d'obtenir de bons résultats, de lancer une spirale positive."

"On fait tous de notre mieux pour progresser. Je pense pouvoir être plus fort sur les quelques courses à venir. En tout cas, je l'espère, parce qu'on notre potentiel est plus élevé que ce que l'on a montré sur les premières manches," promet-il. "On n'est pas loin. Quand on regarde nos résultats, notre retard sur les pilotes qui nous devancent n'est pas si mauvais. Mais il est certain que l'on veut décrocher de meilleurs résultats. Maintenant on sait où l'on se situe, on doit en tirer le meilleur profit et ensuite continuer comme ça. On est dans une situation difficile, mais pas complètement perdus."

 

A propos de cet article
Séries MotoGP
Événement GP de France
Circuit Le Mans Circuit Bugatti
Pilotes Stefan Bradl
Équipes Forward Racing
Type d'article Interview
Tags circuit bugatti, forward racing, grand prix de france, interview, le mans, motogp, open, stefan bradl