L'affaire des soupapes, le "talon d'Achille" de Yamaha en 2020

Outre un problème de design fondamental sur la M1, Lin Jarvis estime que Yamaha a payé ses soucis de soupapes cette année, à l'origine d'avaries et d'une pénalité ayant obligé le constructeur à se limiter dans l'utilisation de ses moteurs. Le patron de Yamaha Motor Racing promet de nouveaux protocoles après une "opportunité manquée" en 2020.

L'affaire des soupapes, le "talon d'Achille" de Yamaha en 2020

Malgré sept victoires, soit la moitié des courses disputées cette année, Yamaha a vécu une saison bien en dessous de ses attentes. Fabio Quartararo et Maverick Viñales sont longtemps restés dans la course au titre mais les futurs équipiers du team officiel ont souffert en fin de saison, tandis que Valentino Rossi a connu une inédite série de sept courses sans points, dont deux où il a dû déclarer forfait en raison d'une contamination au coronavirus. Le meilleur représentant de Yamaha a finalement été le pilote le moins attendu, Franco Morbidelli, le seul à ne pas disposer de la moto d'usine mais pourtant deuxième du championnat et vainqueur à trois reprises, autant que Quartararo.

La saison 2020 de Yamaha a également été marqué par une pénalité pour avoir utilisé des soupapes non-conformes, conséquence d'un changement de fournisseur selon la marque, délestée de 50 points au championnat des constructeurs, tandis que l'équipe officielle a perdu 20 unités et le team Petronas 37, les pilotes restant épargnés. Cette pénalité a privé Yamaha du titre des constructeurs, revenu à Ducati avec une avance de 17 points, mais au delà du bilan comptable, le problème de soupapes a posé des problèmes toutes la saison, à plusieurs égards.

Viñales, Rossi et Morbidelli ont rencontré alertes et avaries en début de saison et pour éviter une sanction plus lourde, l'ensemble des pilotes a dû renoncer aux moteurs non-conformes, ce qui a réduit le parc de pièces à leur disposition et les a visiblement obligés à rouler avec une puissance bridée. À ces soucis d'ajoute évidemment la pandémie de coronavirus, qui a créé des problématiques logistiques dans une saison au calendrier profondément remanié. Lin Jarvis estime que le cumul de ces difficultés a eu d'importantes conséquences sur la saison du constructeur.

“Il est difficile de ne porter qu’un seul jugement car cela a été une saison très lourde pour tout le monde ; pour tous les constructeurs, pour tous les pilotes, tout le staff", a souligné le patron de Yamaha Motor Racing. "Mener cette saison avec le COVID-19 a été très dur d'une manière générale. Je pense qu'il faut se féliciter du fait que nous ayons fait 14 courses dans des conditions très inhabituelles. Je pense donc que pour tout le monde dans notre équipe, ça a été lourd et nous avons eu des hauts et des bas au fil de l'année. Nous avons commencé, bien entendu, sur une note très haute en début d'année – pas tout à fait en début d'année parce que le Qatar a été annulé, mais à Jerez, nous avons signé un doublé sur les deux premières courses [avec les deux succès de Quartararo devant Viñales, ndlr]."

Lire aussi :

"Mais, ensuite, immédiatement après avoir gagné, nous avons découvert notre talon d'Achille, et notre talon d'Achille cette année a été notre problème de soupapes, que nous avons subi dès la première manche. Maverick a connu le premier problème dès les EL1, puis Valentino s'est arrêté en course, Franky Morbidelli s'est ensuite arrêté à la deuxième course. C'est un problème qui nous a suivis toute l'année, et bien entendu cela a perturbé les chances de certains de nos pilotes de réaliser de meilleures performances en certaines occasions car il nous a fallu modifier les moteurs et nous avons dû en laisser de côté : on en a laissé huit de côté pendant pratiquement toute l'année."

Quand la perte des points a été annoncée, à l'orée du Grand Prix d'Europe, Yamaha a dû définitivement renoncer à la possibilité d'utiliser les moteurs non-conformes et Maverick Viñales, qui limitait déjà son roulage dans les courses précédentes, a dû utiliser un bloc neuf, ce qui a entraîné une pénalité sur la grille de départ. Jarvis assure que l'affaire des soupapes a freiné le constructeur d'Iwata durant toute l'année. "Cela a été une saison très étrange, stressante et difficile pour nos pilotes en particulier. Et cela a eu un impact en fin d'année car il y a eu cette 'résolution' à Valence et nous avons été pénalisés, ce qui a impacté les championnats constructeurs et équipes mais pas celui des pilotes, heureusement… Mais cela a été une année difficile, pour gérer le COVID-19 et ce problème. Cela a été comme avoir un sac à dos pesant de nombreux kilos."

Une opportunité manquée chez Yamaha

Au-delà de l'affaire des soupapes, Lin Jarvis veut retenir les succès conquis successivement par Quartararo, Viñales et Morbidelli, un signe à la fois positif, puisque la M1 avait un véritable potentiel, mais aussi une source de déception, le manager estimant que les titres étaient à la portée de Yamaha dans une année marquée par l'absence de Marc Márquez, Champion lors de six des sept saisons précédentes.

"Sur une note positive, nous avons eu beaucoup de victoires en course et cela signifie que notre moto était clairement une moto forte cette année, capable de gagner dans différentes circonstances. Mais ça a aussi été inhabituel parce que l'équipe Petronas a remporté six courses et l'équipe d'usine n'en a remporté qu'une. La moto avait clairement le potentiel, elle était compétitive et se montrait en mesure de remporter des courses. Mais nous n'avons pas atteint notre objectif, qui était bien entendu de remporter le championnat du monde. Chapeau à Suzuki car ils ont été très constants et ils ont réalisé une belle campagne. Joan Mir a démontré sa maturité : ils ont remporté le championnat, alors je dirais que cela a été une opportunité manquée de notre côté.” 

La moto n'a pas été en mesure de performer de manière régulière sur toutes les pistes, et ça n'est pas lié directement au problème de soupape : c'est un problème de design fondamental.

Lin Jarvis

Les pilotes ont été limités par les soucis sur les moteurs dans toutes les courses qui ont suivi Jerez, mais leurs résultats ont pourtant été très inconstants, entre victoires et désillusions. Les pilotes ont pointé plusieurs faiblesses sur leur machine, Maverick Viñales déplorant un déficit d'adhérence, Fabio Quartararo un manque de constance d'une course à l'autre, et Valentino Rossi une absence d'évolutions réelles sur la moto. Lin Jarvis reconnaît que les fluctuations importantes dans les résultats dues au concept de la moto, plus à l'aise sur certaines pistes que sur d'autres.

“Malheureusement, c'est un problème avec lequel nous avons dû composer ces trois dernières années et nous avons vu que certaines années cela a même été plus extrême que cette année. Nous avons toujours du mal avec l'adhérence, la traction, et du coup aussi le freinage. Nous avons deux spécificités de moto, avec trois pilotes qui sont sur la moto 2020 et Franco qui est sur la spécification 2020-A, avec une base différente. Or, comme on a pu le voir en seconde moitié de saison, Franky a signé trois victoires, il [était] donc l'homme en forme du moment, alors que les autres pilotes ont eu du mal… Donc, de par sa conception, la moto n'a pas été en mesure de performer de manière régulière sur toutes les pistes, et ça n'est pas lié directement au problème de soupape : c'est un problème de design fondamental.” 

De nouveaux protocoles sur les moteurs en 2021

Le manque de puissance de la Yamaha est également régulièrement pointé du doigt ces dernières saisons et même si les pilotes s'en sont moins plaint cette année, estimant pour la majorité qu'il était prioritaire de se concentrer sur d'autres éléments, les ingénieurs continuent de travailler sur le moteur. Peu d'évolutions seront possibles à court terme, d'autant plus que le développement est gelé pour 2021. "Nous avons changé l'organisation de notre département moteur au tout début de cette année, alors je ne m'attends pas vraiment à un quelconque changement majeur dans un avenir proche", rappelle Jarvis.

Hormis le problème des soupapes, la fiabilité a été au rendez-vous cette année mais Jarvis promet surtout de nouveaux protocoles pour ne plus connaître de difficultés de ce type, apparues quand Yamaha a dû changer de fournisseur avant le début de la saison 2020. "Franchement, mis à part la faiblesse de certains lots de soupapes que nous avons eus, nos moteurs ont été très fiables pour le reste de la saison. Certains de nos moteurs ont fait plus de 3000 km, ce qui est assez extraordinaire, et ils ont dû faire cela car nous avons dû mettre de côté tout un lot de moteurs, alors je pense que la principale attention pour l'avenir dans les améliorations que nous mènerons est une attention beaucoup plus rigide apportée à la manière dont nous planifions la saison, en reconfirmant la qualité des pièces détachées et du règlement. Beaucoup plus de reconfirmations seront requises."

Lire aussi :

"Pour être franc, nous sommes assez confiants concernant nos moteurs pour la saison 2021, compte tenu de la fiabilité que nous avons vue en utilisant les bonnes soupapes pour la majeure partie de la saison. Le règlement fait que nous continuerons à utiliser ces moteur l'année prochaine. Il nous manque toujours des chevaux, alors nous serions ravis d'en avoir plus, mais nous allons devoir attendre 2022 pour faire cela lorsque nous serons en mesure de développer un nouveau moteur."

Avec Guillaume Navarro

partages
commentaires
Poncharal : "La victoire, Tech3 veut y goûter à nouveau"
Article précédent

Poncharal : "La victoire, Tech3 veut y goûter à nouveau"

Article suivant

Pol Espargaró se sentait "traité comme un enfant" avant KTM

Pol Espargaró se sentait "traité comme un enfant" avant KTM
Charger les commentaires
Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ? Prime

Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ?

Après avoir pris la décision de ne pas remplacer Davide Brivio début 2021 et n'avoir par la suite pas réussi à aider Joan Mir à défendre son titre, Suzuki est aujourd'hui à la recherche d'un nouveau team manager. Mais quelle que soit la personne que Shinichi Sahara nommera pour la suite, il est peut-être déjà trop tard pour convaincre le Champion du monde 2020 de rester.

MotoGP
23 nov. 2021
Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes Prime

Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes

La pression à laquelle sont soumis les espoirs de la moto est à la source d'une agressivité qui inquiète de plus en plus. Restreindre la participation au Championnat du monde aux pilotes âgés de 18 ans suffira-t-il à endiguer les manœuvres souvent désespérés des jeunes qui rêvent du MotoGP ?

MotoGP
3 nov. 2021
Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha" Prime

Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha"

De ses débuts inattendus en MotoGP à son premier titre de Champion du monde, trois ans plus tard, Fabio Quartararo a déjà connu un parcours intense dans la catégorie reine. Avec, au passage, une saison 2020 qui lui a rapporté ses premières victoires et une lourde déception, formatrice pour la suite.

MotoGP
26 oct. 2021
Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre Prime

Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre

Trop inconstant en 2020, Fabio Quartararo apparaît cette année infaillible au guidon de la Yamaha. Mais plus que les progrès opérés par la machine, c'est sûrement la transformation du pilote français qui l'a ainsi placé au sommet, en capacité de remporter son premier titre de Champion du monde MotoGP dès cette semaine.

MotoGP
20 oct. 2021
Comment KTM a pris le contrôle des jeunes talents au détriment de Honda Prime

Comment KTM a pris le contrôle des jeunes talents au détriment de Honda

Il fut un temps où Honda était la destination toute tracée des jeunes talents de la moto mais deux de ses rivaux, KTM et, dans une moindre mesure, Ducati, ont pris le contrôle de ce marché. Cette évolution aura-t-elle des conséquences sur l'avenir du MotoGP ?

MotoGP
16 oct. 2021
Marc Márquez a dû et doit encore réinventer son pilotage Prime

Marc Márquez a dû et doit encore réinventer son pilotage

Marc Márquez a profondément fait évoluer son pilotage pour retrouver la victoire après sa blessure. Celui qui a dominé la dernière décennie du MotoGP devra peut-être le faire à nouveau s'il veut redevenir un prétendant au titre, la marge de progrès dans sa condition physique se réduisant.

MotoGP
7 oct. 2021
Qu'est-ce qui a rendu le Circuit des Amériques si bosselé ? Prime

Qu'est-ce qui a rendu le Circuit des Amériques si bosselé ?

Le retour du MotoGP en Amérique pour la première fois depuis 2019 ne se passe pas aussi bien que prévu, les pilotes s'inquiétant de la sécurité à l'issue des essais du vendredi.

MotoGP
2 oct. 2021
Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ? Prime

Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ?

L'attention portée par Ducati à ses équipes satellites, couplée aux efforts fournis par Andrea Dovizioso pour améliorer la capacité des dernières versions de la Desmosedici à prendre les virages, permettent à la marque italienne de disposer aujourd'hui de la moto la plus polyvalente du championnat, une moto que l'on a vue sur le podium avec cinq pilotes différents cette année.

MotoGP
27 sept. 2021