Poncharal : "La victoire, Tech3 veut y goûter à nouveau"

Le championnat 2020 aura été fort en émotions pour Tech3, qui a atteint l'objectif vers lequel tendait son programme MotoGP depuis son arrivée dans la catégorie en 2001. Si la pression de la confirmation existe désormais, Hervé Poncharal n'a besoin de personne pour la ressentir.

Poncharal : "La victoire, Tech3 veut y goûter à nouveau"

La saison historique qu'a vécue le MotoGP en 2020 restera mémorable à bien des égards, et entre autres car la France a connu les honneurs de la victoire dans la catégorie reine. Et cela n'est pas uniquement à mettre au crédit de Fabio Quartararo, victorieux trois fois et premier pilote tricolore à s'être imposé dans la catégorie depuis Régis Laconi en 1999… L'équipe Tech3 a elle aussi porté haut les couleurs nationales en s'adjugeant deux des 14 courses de ce championnat court mais si intense.

La première victoire, arrachée par Miguel Oliveira dans les derniers mètres du Grand Prix de Styrie, sur les terres de KTM et de Red Bull, a ouvert le compteur, avant un second succès, magistral, obtenu alors que c'est cette fois le pilote portugais qui évoluait à domicile. Aux anges, Hervé Poncharal a véritablement goûté ces émotions uniques, après lesquelles son équipe courait depuis deux décennies.

"C'est quelque chose auquel on ne croyait pas", admet le responsable de Bormes-les-Mimosas en évoquant ce tournant connu par KTM à leur deuxième année de collaboration. "On a commencé un programme avec eux début 2019. La machine était loin d'être suffisamment compétitive et on savait que le chemin serait relativement long. Tous ensemble on a fait du super travail. Chapeau à tous les techniciens KTM, chapeau aux pilotes qui se sont impliqués jusqu'au bout !"

Lire aussi :

L'ancien pilier du programme satellite de Yamaha admet sans difficulté avoir essuyé critiques et doutes lorsqu'il a choisi de changer la vie de son équipe en rejoignant le clan KTM. Mais aujourd'hui, force est de constater que le pari est gagné et qu'il a réalisé ce qu'il décrit comme un rêve, "notre rêve à tous, et notamment à Guy [Coulon] et moi qui sommes là depuis 40 ans". La figure historique de l'équipe technique tricolore ne pouvait en effet imaginer plus beau cadeau de départ à la retraite, lui qui a bouclé sa carrière de chef mécanicien aux côtés d'Oliveira. "Gagner une course, puis deux, en MotoGP pendant cette saison ça a été un souvenir fabuleux, génial. Ça marquait l'apothéose du final de Guy Coulon en tant que chef mécanicien. Ça fait 15 ans qu'il traine ses guêtres sur les circuits, il en a 66, donc terminer comme ça c'est juste fabuleux !" savoure Poncharal.

Comment envisager la suite lorsque l'on est monté si haut ? "Quand on commence à goûter à quelque chose qui est très bon, on garde ce goût dans la bouche et on n'a qu'une envie c'est d'y goûter à nouveau. Il n'y a rien de plus beau que la victoire, c'est ce après quoi on court, ce dont on a envie", décrit le patron français. Compétiteur comblé cette année, Hervé Poncharal ne compte donc pas s'arrêter en si bon chemin, et il ne se montre pas franchement impressionné par le regain de pression que pourraient engendrer ces deux premières victoires. "La pression, je ne l'ai pas spécialement de qui que ce soit, on se la met nous-mêmes", rappelle-t-il. "On l'avait la pression : ça fait 20 ans qu'on court en catégorie reine et 20 ans qu'on a la pression pour gagner. Malheureusement, il y a des années où on le fait, des années où on ne le fait pas. Et ça n'est pas toujours quand on travaille le plus dur qu'on obtient les meilleurs résultats. Le week-end de Portimão, on n'a pas fait grand-chose, tout ça s'est passé comme dans un rêve, et il y a des week-ends où les résultats sont moins bons et où l'on galère beaucoup plus."

Une nouvelle histoire à écrire avec Petrucci

Admettant l'arrivée de "couleurs différentes" alors que Red Bull se désengage de l'équipe, Hervé Poncharal souligne travailler à "une nouvelle organisation, une nouvelle logistique" en vue de l'année prochaine. Et il lui faut également préparer l'arrivée d'un nouveau pilote dans le stand précédemment occupé par Miguel Oliveira et avant lui par Johann Zarco.

C'est désormais avec Danilo Petrucci − avec à ses côtés Sergio Verbena en remplacement de Guy Coulon − que s'écrira la suite de l'histoire. Un nouvel arrivant que KTM a placé par surprise dans le team Tech3 et avec lequel il va falloir dans les semaines à venir créer une nouvelle symbiose, alors qu'Oliveira quitte un groupe de travail au sein duquel il avait su créer des liens forts.

"L'histoire entre une équipe et un pilote, c'est celle d'une famille, c'est pratiquement une histoire d'amour. Il se crée ou pas des relations, et il s'en est créé de très fortes, très belles, entre Tech3 et Miguel Oliveira. Quand en plus les résultats sont là, la mayonnaise prend encore mieux. Donc voir partir Miguel après la performance qu'il a faite au GP du Portugal… Quand on sait que c'était la dernière, la plus belle, on célèbre ça heureux de ce que l'on a fait, mais tristes de se dire qu'on ne va pas continuer l'aventure. Une aventure qui se termine c'est toujours triste", admet Hervé Poncharal.

"Mais, dans notre métier, les couples se font et se défont très facilement, et l'année prochaine on aura donc Danilo Petrucci", poursuit-il, sachant qu'il aura aux côtés du jeune Iker Lecuona un pilote capable d'apporter avec lui une expérience riche et précieuse.

Pol Espargaró a fait savoir à KTM qu'il les quittait pendant le premier confinement. Ça a été un gros choc.

Hervé Poncharal

"Pol Espargaró a fait savoir à KTM qu'il les quittait pendant le premier confinement. Ça a été un gros choc, ils n'imaginaient absolument pas qu'il allait partir, et ils se sont retrouvé un petit peu à se gratter la tête et peut-être même un peu dans une situation de panique", décrit le Français. "Donc Iker Lecuona et Brad Binder étant des pilotes très jeunes, ils se sont dit 'soit on prend un quatrième jeune, soit on prend un pilote d'expérience'. Et à ce moment-là ils ont parlé avec Dovizioso, Crutchlow et Petrucci, qui étaient les trois expérimentés disponibles, et ils ont fait affaire avec Petrucci."

"Quant à le mettre dans le factory à la place de Pol ou le mettre dans le team indépendant Tech3, ça a été une prise de décision en interne chez KTM et ils m'ont dit 'on va recréer le team Binder-Oliveira qui a déjà existé en Moto3 et en Moto2 chez nous en tant que team officiel, et donc tu vas prendre sous ta houlette Danilo Petrucci'."

"C'est un garçon charmant que j'aime beaucoup pour l'instant en tant qu'ami. Je n'ai jamais travaillé avec lui. C'est sûr qu'il a l'expérience des Ducati parce qu'il est là-bas depuis très longtemps, et je sais qu'il a beaucoup aimé Pramac. […] Il a gagné deux courses, une au Mugello sur le sec et dieu sait si elle était belle, et une au Mans sous la pluie."

Lire aussi :

Ironiquement vainqueur du Grand Prix national de sa future équipe cette année, le nouveau pilote Tech3 ouvrira en 2021 un nouveau chapitre majeur dans sa propre carrière, lui qui a connu les émotions les plus fortes mais aussi son lot de déceptions en six ans de collaboration avec Ducati. Hervé Poncharal le sait, il va falloir l'aider à s'intégrer dans sa nouvelle équipe et à oublier ses récentes frustrations.

"On va discuter avec lui, travailler avec lui, et j'espère qu'il se sentira mieux en orange qu'en rouge", souligne-t-il. "Sa saison a été un petit peu en dents de scie, la dernière course a été très décevante pour lui et pour tout le monde. On sait aussi qu'il y a beaucoup d'affect, il y a beaucoup de choses qui se passent, et c'était sa dernière, il était déjà en train de dire au revoir à tout le monde et [il avait] la tête à 2021."

"On aurait aimé pouvoir faire des essais après le dernier Grand Prix, mais la situation sanitaire ne l'a pas permis, donc on va attendre février pour le voir sur la moto − à Sepang, je pense − et on pourra en dire plus à ce moment-là. On est positifs, et on se doit de l'être. On va tout faire pour lui donner toutes les armes et ce dont il a besoin pour performer. [...] On va se donner à fond et si Petrucci peut obtenir sa troisième victoire sur une moto orange, on sera les plus heureux au monde."

partages
commentaires

Voir aussi :

Gresini s'engage en MotoGP jusqu'en 2026 et redevient team indépendant

Article précédent

Gresini s'engage en MotoGP jusqu'en 2026 et redevient team indépendant

Article suivant

L'affaire des soupapes, le "talon d'Achille" de Yamaha en 2020

L'affaire des soupapes, le "talon d'Achille" de Yamaha en 2020
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries MotoGP
Pilotes Danilo Petrucci , Miguel Oliveira
Équipes Tech 3
Auteur Léna Buffa
Pourquoi l'incident entre Miller et Mir mérite une nouvelle enquête Prime

Pourquoi l'incident entre Miller et Mir mérite une nouvelle enquête

Malgré la décision de Suzuki de ne pas faire appel de l'absence de sanction pour Jack Miller après son incident avec Joan Mir, il est nécessaire d'agir pour ne plus voir ce genre de manœuvre, qui aurait facilement pu tourner à la tragédie à Losail.

MotoGP
9 avr. 2021
Johann Zarco, la victoire avant l'heure Prime

Johann Zarco, la victoire avant l'heure

En à peine 18 mois, Johann Zarco est passé d'un extrême à l'autre en MotoGP, de pilote accablé et sans guidon à leader rayonnant du Championnat du monde 2021. Mais les Grands Prix de Losail ont surtout vu le retour au premier plan d'un homme retrouvé.

MotoGP
5 avr. 2021
Les changements derrière le retour en force de Maverick Viñales Prime

Les changements derrière le retour en force de Maverick Viñales

Sa victoire autoritaire lors de la manche d'ouverture du championnat intervient alors que Maverick Viñales vit une période de changement personnel et professionnel. Est-ce le tremplin vers une lutte pour le titre plus concrète qu'elle ne l'a été par le passé ?

MotoGP
30 mars 2021
Pramac et cette victoire si souvent touchée du doigt avec Ducati Prime

Pramac et cette victoire si souvent touchée du doigt avec Ducati

Pramac Racing entre cette année dans sa 20e saison en MotoGP, la 17e en partenariat avec Ducati. Frôlée à plusieurs reprises, sa première victoire avec le constructeur italien constitue toujours l'objectif de l'équipe, qui accueille en 2021 deux nouveaux pilotes. Le moment est-il venu ?

MotoGP
24 mars 2021
Entre Morbidelli et Rossi, une amitié plus forte que la rivalité ? Prime

Entre Morbidelli et Rossi, une amitié plus forte que la rivalité ?

Le vice-Champion du monde 2020 a clairement annoncé qu'il ne trahira pas ses valeurs pour atteindre ses objectifs sportifs, aussi élevés soient-ils, cette saison. Sorte de petit frère adoptif de Valentino Rossi, qui l'a pris sous son aile lorsque la vie l'a malmené, Franco Morbidelli veut placer l'amitié au-dessus de toute forme de concurrence entre eux.

MotoGP
21 mars 2021
Maverick Viñales, leader en quête de stabilité et de clarté Prime

Maverick Viñales, leader en quête de stabilité et de clarté

Nouveau leader moral de l'équipe officielle Yamaha de par son expérience et les succès obtenus jusqu'à présent, Maverick Viñales aborde une saison 2021 qui s'annonce peut-être comme la plus importante de sa carrière, avec une réelle chance de s'affirmer enfin.

MotoGP
6 mars 2021
Poncharal : toujours le même feu après l'émotion des premières victoires Prime

Poncharal : toujours le même feu après l'émotion des premières victoires

Les teams indépendants ont prouvé en 2020 leur capacité à se battre pour la victoire et même pour le titre en MotoGP, et Tech3 a été l'un des acteurs forts de cette saison riche en émotions. Hervé Poncharal s'en remet à peine qu'il repart avidement en quête de nouveaux succès.

MotoGP
16 févr. 2021
Andrea Dovizioso et l'expérience incomparable de 19 ans en Grand Prix Prime

Andrea Dovizioso et l'expérience incomparable de 19 ans en Grand Prix

Jamais absent d'un Grand Prix depuis 2002, Andrea Dovizioso referme à présent un chapitre qui représente plus de la moitié de sa vie et qui lui aura apporté des enseignements d'une richesse inégalable.

MotoGP
6 févr. 2021