Avec Lorenzo, Dovizioso voit partir un grand rival : "Ça fait bizarre"

L'Italien, ancien coéquipier de Jorge Lorenzo chez Ducati, ne cache pas être touché à titre personnel par le départ à la retraite de celui contre qui il s'est battu depuis l'adolescence.

Avec Lorenzo, Dovizioso voit partir un grand rival : "Ça fait bizarre"

Andrea Dovizioso a reconnu que l'annonce faite aujourd'hui du départ à la retraite de Jorge Lorenzo ne le laissait pas indifférent. Un an plus âgé que le pilote espagnol, le vice-Champion du monde MotoGP est l'un des très rares trentenaires rescapés dans la catégorie reine et les départs successifs de Dani Pedrosa puis du Majorquin semblent lui faire prendre conscience que sa propre carrière approche de la fin.

"Ça fait bizarre", admet-il. "L'année dernière, c'est arrivé à Dani, cette année à lui, et en ayant le même âge ça fait quelque chose. On parle de champions, de pilotes qui ont gagné énormément, et ça me fait donc quelque chose. Ça ne veut pas dire que ça change ma situation, mais si on revient cinq ou six ans en arrière, quand je pense aux résultats qu'ils faisaient, je n'aurais pas cru qu'ils allaient s'arrêter avant, qu'ils n'auraient pas réussi à maintenir les résultats qu'ils ont obtenus pendant de nombreuses années."

Lire aussi :

C'est assurément une génération de pilotes qui se retire peu à peu de la compétition. Et si cette annonce raisonne autant chez Dovizioso, c'est aussi car Lorenzo et lui ont écrit toute leur carrière en parallèle, avant même leur accession au Championnat du monde. "Jorge a été mon adversaire. Je l'ai rencontré en Championnat d'Europe en 2001 et chaque année on a changé de catégorie au même moment. On a donc toujours été de grands adversaires", souligne-t-il.

"J'ai beaucoup de souvenirs [de Jorge], mais pour en citer un drôle c'était je crois la première course lors de laquelle on s'est battus en Championnat d'Europe. On s'est battus pour la victoire jusqu'au dernier virage, je l'ai dépassé et j'ai gagné, mais ce qu'il y avait de drôle c'est à quel point il a pleuré sur le podium ! C'était drôle, parce que je pleurais chaque fois que je ne gagnais pas une course. À ce moment-là, on pleurait encore beaucoup quand on ne gagnait pas", sourit Dovizioso.

Impossible de faire durer une telle situation

Malgré les sentiments étranges que procure à Dovizioso cette grande annonce, ce n'est pas à ses yeux une grande surprise. Lui qui a été aux premières loges pour observer la difficile, mais réussie, adaptation de Lorenzo à la Ducati, il admet que la situation actuelle ne pouvait en aucun cas se prolonger.

"À mon avis, personne n'est très surpris parce que franchement beaucoup se demandaient pourquoi ça n'avait pas été fait plus tôt, mais surtout parce que Jorge est un champion qui ne peut pas prendre 40 secondes ou une minute. Et il n'y a pas une explication technique à cet écart, on le sait tous. Jorge est un champion, il a énormément gagné et cette situation ne pouvait pas continuer. Malheureusement, je pense que la route s'est un peu fermée, il n'avait pas d'alternative pour améliorer cette situation à court terme, comme il l'a dit."

Lire aussi :

Pour le pilote italien, la cohabitation avec un Marc Márquez au meilleur de sa forme n'est pas l'explication de cet annus horribilis de Lorenzo : "Marquez n'a sûrement pas aidé, mais je ne ferais pas de lien entre Marc et l'écart qu'il y a eu dès le début et jusqu'à aujourd'hui. Dès le début, il ne s'est pas très bien senti et il s'est toujours plaint physiquement de ne pas être à 100%. Je ne sais pas dans quelle mesure cela a influencé son adaptation à la moto."

"Il a gagné beaucoup de courses et de titres, et il ne peut qu'être heureux de sa carrière", rappelle toutefois Andrea Dovizioso. "C'est le sport, parfois il est difficile de continuer à ce niveau. Il a eu plusieurs chutes ces deux dernières années et cela a affecté son esprit, mais ce qu'il a fait dans le Championnat du monde est en tout cas énorme."

partages
commentaires
Márquez : Lorenzo, un "vrai champion"
Article précédent

Márquez : Lorenzo, un "vrai champion"

Article suivant

Plus de test team européen pour Yamaha ? "C'est dommage"

Plus de test team européen pour Yamaha ? "C'est dommage"
Charger les commentaires
L'armada Ducati, une menace pour l'équilibre du MotoGP en 2022 Prime

L'armada Ducati, une menace pour l'équilibre du MotoGP en 2022

Voir Ducati aligner huit machines sur la grille MotoGP n'est pas un fait inédit, puisque la marque l'a déjà fait entre 2016 et 2018. Mais le niveau de la Desmosedici est impressionnant et l'implication de la firme de Borgo Panigale dans ses alliances bien plus importante qu'elle le fut par le passé, or cela pourrait avoir pour effet de déséquilibrer la catégorie reine.

MotoGP
16 janv. 2022
Ces héritiers que Valentino Rossi s'est choisis Prime

Ces héritiers que Valentino Rossi s'est choisis

Avec le départ de Valentino Rossi, le MotoGP perd sa plus grande star et l'Italie son meilleur représentant en course depuis les années 1980. Le Docteur lui-même a toutefois préparé sa relève et formé ceux qu'il espère voir lui succéder.

MotoGP
2 janv. 2022
Quartararo, le champion qui a changé les règles, comme Márquez Prime

Quartararo, le champion qui a changé les règles, comme Márquez

Précoce quand il dominait tous les championnats espagnols, Fabio Quartararo a été jusqu'à pousser à la mise en place d'un changement de règlement, comme Marc Márquez quelques années plus tôt. Son parcours mondial s'est pourtant révélé compliqué, jusqu'à la révélation une fois arrivé dans la catégorie MotoGP.

MotoGP
27 déc. 2021
Valentino Rossi s'est-il arrêté trop tard ? Prime

Valentino Rossi s'est-il arrêté trop tard ?

Inlassablement interrogé sur sa retraite depuis des années, Valentino Rossi a-t-il trop attendu, au risque de voir son palmarès se ternir ? On serait plutôt tenté de dire qu'en ayant tout essayé jusqu'au bout, il a choisi de raccrocher au moment qui était le bon pour lui.

MotoGP
16 déc. 2021
Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ? Prime

Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ?

Après avoir pris la décision de ne pas remplacer Davide Brivio début 2021 et n'avoir par la suite pas réussi à aider Joan Mir à défendre son titre, Suzuki est aujourd'hui à la recherche d'un nouveau team manager. Mais quelle que soit la personne que Shinichi Sahara nommera pour la suite, il est peut-être déjà trop tard pour convaincre le Champion du monde 2020 de rester.

MotoGP
23 nov. 2021
Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes Prime

Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes

La pression à laquelle sont soumis les espoirs de la moto est à la source d'une agressivité qui inquiète de plus en plus. Restreindre la participation au Championnat du monde aux pilotes âgés de 18 ans suffira-t-il à endiguer les manœuvres souvent désespérés des jeunes qui rêvent du MotoGP ?

MotoGP
3 nov. 2021
Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha" Prime

Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha"

De ses débuts inattendus en MotoGP à son premier titre de Champion du monde, trois ans plus tard, Fabio Quartararo a déjà connu un parcours intense dans la catégorie reine. Avec, au passage, une saison 2020 qui lui a rapporté ses premières victoires et une lourde déception, formatrice pour la suite.

MotoGP
26 oct. 2021
Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre Prime

Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre

Trop inconstant en 2020, Fabio Quartararo apparaît cette année infaillible au guidon de la Yamaha. Mais plus que les progrès opérés par la machine, c'est sûrement la transformation du pilote français qui l'a ainsi placé au sommet, en capacité de remporter son premier titre de Champion du monde MotoGP dès cette semaine.

MotoGP
20 oct. 2021