Réactions
MotoGP GP du Qatar

Marc Márquez : "Je ne suis pas le plus rapide mais je peux me battre"

Marc Márquez estime ne pas être le plus rapide au Qatar, mais en partant de la première ligne, et compte tenu des nombreuses inconnues qui perdurent avant la course, il pourrait bien avoir son mot à dire.

Marc Marquez, Repsol Honda Team

C'est un Marc Márquez prudent qui, jour après jour, commente sa performance, au point que ses adversaires le soupçonnent de quelque peu cacher son jeu. Une chose est certaine, le pilote espagnol a parfaitement mené ses premières qualifications de la saison, trouvant les bonnes roues pour se placer parmi les premiers rangs, en début de séance comme à la fin.

Lui qui décrit le pilotage auquel le contraint la nouvelle Honda comme étant "anti-Márquez", il semble assurément parvenir à le gérer si l'on en croit sa qualification en première ligne, ainsi que sa présence continue ce week-end dans le groupe le plus performant. À la veille de la première course de l'année, le #93 reste néanmoins sur ses gardes, certain que quelques prétendants majeurs n'ont, eux, pas dévoilé toutes leurs cartes pour le moment. Interrogé en conférence de presse samedi soir, il a aussi rappelé à quel point cette course serait pour lui une étape importante afin d'acquérir l'expérience qu'il lui manque avec sa moto actuelle.

À quel point le fait de suivre Pecco Bagnaia a été important pour aller chercher ce chrono pendant les qualifications ?

Tout le monde cherchait une aspiration pendant les qualifs, car ça aide beaucoup sur cette piste. Enea [Bastianini] est celui qui a fait son temps totalement seul. Mis à part ça, le plus important pour moi, ça a été les EL4 où j'ai roulé seul, avec un rythme régulier et des chronos qui venaient bien. On verra demain. Il y a beaucoup de facteurs à gérer : c'est la première course, les pneus, le carburant, la piste, tout ça. Mais on aura des papillons dans le ventre alors on verra comment on arrive à gérer ça.

À quel rythme t'attends-tu en course ?

Ce matin, j'étais encore trop loin des premiers, mais cet après-midi c'était très proche et je suis content de ce rythme. Je ne suis pas le plus rapide mais je peux me battre pour les premières places. Pas pour la victoire, je pense, mais ça dépend des conditions. Par exemple, les Suzuki ont été extrêmement rapides tout le week-end, et pour une raison quelconque ce soir ils ont eu beaucoup de mal, mais demain ce sera différent. On verra, c'est la première course, on est au Qatar et mon principal challenge va être de comprendre comment faire 22 tours de suite. Je me sens bien, je n'ai pas mal et c'est quelque chose qui me rend heureux.

À quel type de course t'attends-tu demain après les courses ultra serrées de l'année dernière ?

La clé sera de voir qui est en tête de la course. Je pense que nous trois qui sommes ici [les trois pilotes de la première ligne, ndlr] n'avons pas le meilleur rythme de course, ceux qui l'ont partent derrière. Donc ça dépend qui sera en tête, cela influencera le rythme et le groupe sera plus ou moins gros. Ça va aussi beaucoup dépendre des conditions de piste car ça change à chaque fois qu'on roule. Il y a beaucoup de pilotes qui ont un rythme similaire, mais ça n'est pas pareil de rouler seul ou de suivre quelqu'un car il faut alors attention à son pneu avant et la moto est plus difficile à stopper. Toutes ces choses-là pèsent beaucoup.

Qui a le meilleur rythme ?

Si on regarde les EL2 et les EL3, je dirais les deux pilotes Suzuki, mais en EL4 les pilotes Ducati ont progressé, surtout Zarco. Quartararo aussi part loin mais il a bon rythme, mon coéquipier Pol a un bon rythme lui aussi. Sur tout le week-end, ceci dit, je dirais les deux pilotes Suzuki.

Je ne comprends pas encore bien la limite. Vous avez pu voir que je ne suis pas tombé ce week-end.

Marc Márquez

Étant donné que tu n'es pas encore sûr à 100% de la nouvelle moto, d'où vient ta vitesse ? Te sens-tu proche de la limite de la Honda ?

Le truc, c'est que je ne comprends pas encore bien la limite. Vous avez pu voir que je ne suis pas tombé ce week-end, alors que normalement je tombe une fois. Mais cette moto se pilote différemment et, si on veut sur-piloter, on est parfois plus lent, alors en qualifs il est difficile de comprendre où se situe la limite. Par exemple, dans mon tour le plus rapide j'ai passé les deux premiers secteurs en étant fluide et rapide, mais dans le troisième secteur j'ai voulu pousser plus et j'ai alors surpiloté et été plus lent. J'ai fait une erreur. C'est encore compliqué pour moi de comprendre comment entrer dans les virages. Par contre, le milieu de virage et la sortie sont bien meilleurs que ces dernières années.

Ce sera la première course avec cette nouvelle moto et elle est très différente. Il faut aussi qu'on voie la durée de vie des pneus et l'usure du pneu arrière. Parfois, on ne sent même pas que ça patine. Toutes ces choses-là étaient plus sous contrôle avec la moto précédente, ou en tout cas je savais mieux de quoi avait besoin la moto pour être performant le dimanche. Ça viendra avec l'expérience, mais il faut obtenir cette expérience pendant un week-end de course. On est ici pour obtenir le meilleur résultat possible, mais aussi pour prendre de l'expérience avec cette nouvelle moto et ce sera le cas demain.

Marc Marquez, Repsol Honda Team

Marc Márquez

Je vais aussi comprendre la manière de dépasser avec cette moto. [...] En tout cas, on est en première ligne, je suis très content, c'est bien mieux que ce à quoi je m'attendais avant cette course. Et puis, je n'ai mal nulle part, ça va beaucoup aider. On verra, on n'est pas les plus rapides mais on est prêts pour être dans le coup. Pas pour se battre pour la victoire, je pense, mais pour le podium si tout se passe bien.

Après une journée de plus en piste, comment vas-tu physiquement ?

Je suis très content car hier on a fait du bon travail, avec du stretching et ces choses-là, et aujourd'hui je me suis levé sans avoir mal. L'année dernière, ça a été un cauchemar en ce qui concerne les douleurs et la récupération de mon épaule. Aujourd'hui je me suis levé en allant bien et j'espère ne pas avoir mal demain. Vous savez, rouler comme on le veut pendant un week-end, sans que cela dépende de sa condition physique, c'est une autre vie.

Lire aussi:

Rejoignez la communauté Motorsport

Commentez cet article
Article précédent Quartararo : "Je vais à la limite mais je ne suis pas ingénieur"
Article suivant Le paradoxe Zarco : gros progrès mais élimination en Q1

Meilleurs commentaires

Abonnez-vous gratuitement

  • Accédez rapidement à vos articles favoris

  • Gérez les alertes sur les infos de dernière minute et vos pilotes préférés

  • Donnez votre avis en commentant l'article

Motorsport Prime

Découvrez du contenu premium
S'abonner

Édition

France France