Márquez/Acosta : discussion relax d'un champion avec un jeune diamant

Pedro Acosta : un nom que beaucoup de monde découvre, après un sensationnel début de saison du jeune Espagnol de 16 ans en Moto3. Invité à sa première conférence de presse à Jerez, le jeune homme s'est exprimé devant un parterre de journalistes et a fait connaissance avec un Marc Márquez visiblement intéressé.

Márquez/Acosta : discussion relax d'un champion avec un jeune diamant

La conférence de presse de présentation du Grand Prix d'Espagne, jeudi à Jerez, représentait une grande première pour le jeune pilote Moto3 espagnol Pedro Acosta. Celui qui apparaît déjà comme l'une des sensations de cette saison 2021, et suscite nombre de commentaires élogieux dans le paddock après trois victoires en quatre courses, a bénéficié d'un instant privilégié avec un Marc Márquez, attentif après qu'ils eurent pris la pose pour les photographes. Le champion espagnol, de 12 ans l'aîné du jeune leader du championnat Moto3, s'est montré chaleureux alors que les deux hommes attendaient en off la tenue de la conférence de presse officielle, devant le pupitre.

Une conversation légère et bienveillante, au cours de laquelle Márquez se tourne vers son cadet avec l'expérience d'un champion ayant déjà traversé de nombreux cycles et se remémorant à quel point les débuts dans le grand bain peuvent la fois être excitants et source d'anxiété. Retranscription de la conversation.

Marc Márquez - Alors, tout va bien ?
Pedro Acosta - Oui, oui !
MM - Tu es nerveux ?
PA - Non !
MM - C'est bien !
PA - Enfin, s'il me parle en anglais ! Sinon, pas de problème.
MM - Si tu ne comprends pas, tourne-toi et demande : "Qu'est-ce qu'ils ont dit ?" Et c'est tout ! Quelqu'un te traduira ça.
PA - OK, merci !
MM - Mais tu utilisais plus ou moins l'anglais en Red Bull Rookies Cup, non ?
PA - Oui, oui, oui !
MM - "Good race, difficult" ! [rires]
PA - La première année a été difficile pour moi. Parce que bien sûr, à Jerez et au Mugello, c'était OK mais quand je suis arrivé à Assen et au Sachsenring, je me disais : "Mais qu'est-ce qu'ils me racontent ?"
MM - Une fois que tu comprends, c'est bon.
PA - Oui, oui.
MM - Tu es bon ici, à Jerez ?
PA - Oui !
MM - Normal ?
PA - C'est un circuit, au final !
MM - Tu t'en es bien sorti au dernier tour, à Portimão. Au troisième virage, tu es presque tombé !
PA - Oui, ça n'a pas arrêté de m'arriver !

Lire aussi :

MM - Tu travailles avec Aki [Ajo], c'est ça ? C'est lui qui te dirige ?
PA - Oui.
MM - C'est bien, Aki est très bon.
PA - Quand il est là, tu le sais ! Parfois il se tient là comme une statue !
MM - Il est très bon. Et en plus, il t'apporte de la sérénité.
PA - Oui, surtout au Qatar. À Portimão, je pensais : "Il faut que je sois dans les 14 premiers de chaque séance et en Q2". Mais au Qatar, j'étais arrivé et j'avais dit : "Je suis là et je dois être dans le top 3 de chaque séance". C'est tout. Et Aki m'a regardé avec sa tête de "relax, vas-y mollo !"
MM - [rires] Détend-toi, il est cool. Maintenant tu arrives sur des circuits que tu connais.

MM - Tout va bien mec, c'est cool ici. C'est ta première conférence de presse et c'est normal que tu te sentes un peu… [il se frotte le ventre]
PA - Ouais, je me demandais : "Mais pourquoi m'ont-ils appelé ici ?!" Mais c'est comme ça !
MM - Oui, reste calme et c'est tout. Ne laisse pas la pression d'affecter. Il y aura un moment pour la pression. Tu as le temps.
PA - Pour le moment, tout va bien. Quand ça ira mal, je te dirai !
MM - Sois cool. Ce que tu as maintenant est génial. Plus tard, on te dira : "Maintenant, il faut gagner, hein ?" Alors change de canal, détend-toi, et profite. C'est ça. Quand je suis arrivé en MotoGP, ce que j'ai le plus apprécié a été ma première année.
PA - Ah oui ?
MM - Plus tard, c'était que : "gagne, gagne, gagne !" Ça deviendra plus compliqué pour toi.
PA - C'est vrai… Ils pensent tous que c'est facile.
MM - Les gens vont commencer à s'attendre à ce que tu gagnes chaque course.
PA - C'est sûr.

Plus tard, on te dira : "maintenant, il faut gagner, hein ?" Alors détend-toi, et profite !

Marc Márquez

MM - Reste détendu. Si tu ne peux pas gagner, prend les points. Maintenant que j'ai 28 ans, je sais ça, mais quand j'étais comme toi…
PA - C'est sûr… Quand je rentre à la maison, tout le monde me fait : "Le championnat du monde devrait être facile pour toi". Et moi je me dis : "Comment penser que ça va être facile ?" Je suppose que ça a l'air facile à la TV, nan ?
MM - [rires] Mets ça de côté. Je te regardais déjà l'an dernier ; je te suivais en championnat européen et je me disais que tu t'en sortais bien.
PA - Ce fut une longue année.
MM - Mec, vous arrivez avec tellement de kilométrage ! La Red Bull Rookies Cup, le championnat européen… Tu connais Le Mans ?
PA - Non, non.
MM - Tu n'y es jamais allé, au Mans ? Ils courent encore là-bas, pourtant.
PA - Oui.
MM - Ou c'était le championnat espagnol ?
PA - Non, parce qu'en 2019, je n'ai fait que la Rookies Cup, qui n'est pas allé au Mans. Et l'an dernier on devait se rendre à Misano mais ça ne s'est pas fait non plus.
MM - Et le Mugello, tu connais ?
PA - Oui, il n'y a que Le Mans.
MM - Le Mans, tu y sera bien comme ça [il claque des doigts]. Tu verras. Parce qu'avec ton style de pilotage, ta manière de passer un peu comme ça [il mime]. C'est beaucoup de freinage, de stop-and-go, et tu es bon avec ça.
PA - Je pense qu'il me manque Le Mans et la Finlande.
MM - Les plus importants sont le Mugello… Et on ne va pas à Brno cette année, mais ces circuits plus longs sont plus durs.
PA - Tout est OK, à part le Le Mans.
MM - Les courts sont plus faciles.
PA - Oui, oui.
MM - Super départ en tout cas. Tu habites toujours à Murcie ?
PA - Oui, oui.
MM - Murcie même, ou… ?
PA - Pas loin, à une demi-heure.
MM - T'es le Requin de…
PA - Le Requin de Mazarron ! [rires] C'est pas mal, j'aime bien !
MM - Moi, je suis à Cervera, comme toujours.

MM - Tu fais quoi d'autre ? Du motocross ?
PA - Un peu de tout, mais pas trop de motocross. Parce que je finis toujours par me faire mal.
MM - Ah ouais ?
PA - Oui, oui…
MM - C'est en motocross que tu as commencé ? Où as-tu débuté ?
PA - Oui, j'avais la moto chinoise typique vendue dans les magasins de deux roues, mais…
MM - T'es allé directement en minimoto ?
PA - Ouais !
MM - Puis directement en course sur piste…
PA - Oui, oui. Mais en motocross, je me fais mal !
MM - Bon, laisse tomber alors !
PA - J'ai pensé que peut-être un jour…
MM - Tu fais du flat track ?
PA - Oui, oui. J'y ai déjà pensé, mais le sol est dur si tu sautes !
MM - Ouais, si tu n'as pas fait de sauts depuis que tu es petit… Moi j'ai débuté en motocross et c'est pour ça que j'en ai fait. Mais le flat track…
Organisateur - Allons-y !
MM - À plus tard !

partages
commentaires
Prodige du Moto3, Acosta ne doit pas brûler les étapes selon ses aînés
Article précédent

Prodige du Moto3, Acosta ne doit pas brûler les étapes selon ses aînés

Article suivant

García retrouve la victoire, Acosta dans le top 10 malgré une chute

García retrouve la victoire, Acosta dans le top 10 malgré une chute
Charger les commentaires
Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ? Prime

Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ?

Après avoir pris la décision de ne pas remplacer Davide Brivio début 2021 et n'avoir par la suite pas réussi à aider Joan Mir à défendre son titre, Suzuki est aujourd'hui à la recherche d'un nouveau team manager. Mais quelle que soit la personne que Shinichi Sahara nommera pour la suite, il est peut-être déjà trop tard pour convaincre le Champion du monde 2020 de rester.

MotoGP
23 nov. 2021
Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes Prime

Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes

La pression à laquelle sont soumis les espoirs de la moto est à la source d'une agressivité qui inquiète de plus en plus. Restreindre la participation au Championnat du monde aux pilotes âgés de 18 ans suffira-t-il à endiguer les manœuvres souvent désespérés des jeunes qui rêvent du MotoGP ?

MotoGP
3 nov. 2021
Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha" Prime

Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha"

De ses débuts inattendus en MotoGP à son premier titre de Champion du monde, trois ans plus tard, Fabio Quartararo a déjà connu un parcours intense dans la catégorie reine. Avec, au passage, une saison 2020 qui lui a rapporté ses premières victoires et une lourde déception, formatrice pour la suite.

MotoGP
26 oct. 2021
Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre Prime

Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre

Trop inconstant en 2020, Fabio Quartararo apparaît cette année infaillible au guidon de la Yamaha. Mais plus que les progrès opérés par la machine, c'est sûrement la transformation du pilote français qui l'a ainsi placé au sommet, en capacité de remporter son premier titre de Champion du monde MotoGP dès cette semaine.

MotoGP
20 oct. 2021
Comment KTM a pris le contrôle des jeunes talents au détriment de Honda Prime

Comment KTM a pris le contrôle des jeunes talents au détriment de Honda

Il fut un temps où Honda était la destination toute tracée des jeunes talents de la moto mais deux de ses rivaux, KTM et, dans une moindre mesure, Ducati, ont pris le contrôle de ce marché. Cette évolution aura-t-elle des conséquences sur l'avenir du MotoGP ?

MotoGP
16 oct. 2021
Marc Márquez a dû et doit encore réinventer son pilotage Prime

Marc Márquez a dû et doit encore réinventer son pilotage

Marc Márquez a profondément fait évoluer son pilotage pour retrouver la victoire après sa blessure. Celui qui a dominé la dernière décennie du MotoGP devra peut-être le faire à nouveau s'il veut redevenir un prétendant au titre, la marge de progrès dans sa condition physique se réduisant.

MotoGP
7 oct. 2021
Qu'est-ce qui a rendu le Circuit des Amériques si bosselé ? Prime

Qu'est-ce qui a rendu le Circuit des Amériques si bosselé ?

Le retour du MotoGP en Amérique pour la première fois depuis 2019 ne se passe pas aussi bien que prévu, les pilotes s'inquiétant de la sécurité à l'issue des essais du vendredi.

MotoGP
2 oct. 2021
Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ? Prime

Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ?

L'attention portée par Ducati à ses équipes satellites, couplée aux efforts fournis par Andrea Dovizioso pour améliorer la capacité des dernières versions de la Desmosedici à prendre les virages, permettent à la marque italienne de disposer aujourd'hui de la moto la plus polyvalente du championnat, une moto que l'on a vue sur le podium avec cinq pilotes différents cette année.

MotoGP
27 sept. 2021