Petrucci a eu chaud face à la remontée de Rossi

partages
commentaires
Petrucci a eu chaud face à la remontée de Rossi
Par : Léna Buffa
14 août 2018 à 10:55

Le pilote Pramac a réussi à sauver une cinquième place en Autriche, un résultat qui correspond globalement à ses objectifs mais qui peut néanmoins lui laisser un goût d'inachevé, son poids l'ayant gêné sur le Red Bull Ring.

Danilo Petrucci, Pramac Racing
Danilo Petrucci, Pramac Racing
Danilo Petrucci, Pramac Racing
Danilo Petrucci, Pramac Racing
Danilo Petrucci, Pramac Racing
Danilo Petrucci, Pramac Racing
Danilo Petrucci, Pramac Racing
Danilo Petrucci, Pramac Racing
Danilo Petrucci, Pramac Racing
Danilo Petrucci, Pramac Racing
Danilo Petrucci, Pramac Racing

Bien que pilote Ducati, Danilo Petrucci savait qu'il abordait une piste qui ne lui était pas favorable à titre personnel. Le déroulé de la course ne l'a pas fait mentir et c'est finalement en cinquième position, à 13"1 du vainqueur, qu'il a rallié l'arrivée, alors qu'il s'était classé sixièmes à 3"7 la semaine précédente, à Brno.

"Sincèrement, c'est le circuit que j'aime le moins, car avoir 12 kilos de plus, sur toutes les zones de freinage, c'est énorme. Je force beaucoup le pneu avant, le pneu arrière surchauffe, on a un peu plus de mal avec la consommation d'essence, j'ai donc dû rouler avec très peu de puissance, et ça ne m'a pas aidé avec les longues lignes droites. Quoi qu'il en soit, hier j'aurais signé pour un top 5, je l'ai réalisé, donc je suis assez satisfait du travail effectué avec mon équipe", se félicite le pilote Pramac.

"J'aime bien cette piste, mais je ne comprends pas pourquoi je suis si lent", pestait-il déjà à l'issue des qualifications. "Sur cette piste, j'ai toujours été lent, car elle ne convient ni à mon style de pilotage, ni à mon poids. Il y a trois zones de freinage où on décélère de 300 à 50 km/h, ainsi que trois longues accélérations, et mes kilos en plus sont un problème."

Lire aussi :

Qualifié quatrième, Petrucci avait perdu deux places à la fin du premier tour. Il allait ensuite parvenir à reprendre Álex Rins, néanmoins Cal Crutchlow se révèlerait une cible inatteignable. Tandis que l'écart entre eux grandissait peu à peu durant la seconde moitié de la course, Valentino Rossi revenait en force derrière, de quoi faire craindre au numéro 9 de perdre sa cinquième place. L'apparition du drapeau à damier a sonné comme un soulagement.

"Les dix derniers tours ont été un cauchemar", admet-il. "Heureusement, j'avais creusé un écart avec Rins et Rossi est parti loin. J'avais de la chance d'être devant car dans les dix derniers tours j'ai eu beaucoup de mal. J'étais avec Cal, mais ensuite j'ai dû arrêter de me battre avec lui car il était plus rapide."

"J'ai souffert de plein de choses, mais surtout de l'usure des pneus sur le côté droit", explique Petrucci, qui avait fait le choix d'une monte medium-medium, comme Dovizioso. "Sur les dix derniers tours, j'ai été chanceux que Valentino parte si loin, car il gagnait presque une seconde au tour dans les cinq derniers. Avec un tour de plus, je ne sais pas où j'aurais fini. Mais je me suis battu et je suis satisfait."

L'objectif sera plus élevé l'an prochain

S'il peut pour l'instant se dire satisfait d'avoir terminé cinquième, Danilo Petrucci sait qu'il devra revoir ses ambitions à la hausse l'an prochain, lorsqu'il intégrera l'équipe officielle Ducati. C'est notamment le cas sur ce Grand Prix, sur lequel la structure factory est invaincue, victorieuse avec Iannone, Dovizioso puis Lorenzo.

"Pour l'an prochain, il faut que je sois prêt, y compris pour cette course", concède-t-il. "Je me prépare pour l'année prochaine, où je devrais peut-être viser le podium et pas seulement le top 5. Il n'y a que deux places de différence, mais c'est un monde. J'ai moins de pression cette année, j'essaie d'apprendre, on verra. Je suis content du travail qu'on fait."

Lire aussi :

En attendant, l'Italien a pour objectif d'être le meilleur pilote indépendant au championnat, une place particulièrement disputée. Sa récente remontée l'a vu reprendre la tête du classement à Zarco en Autriche, pour un petit point, mais Crutchlow revient en force lui aussi et ne compte plus que deux unités de retard sur Petrucci.

"C'était mon objectif d'être dans le top 5, mais sincèrement je voulais aussi être le meilleur indépendant en course. J'ai dépassé Zarco au championnat, mais on est seulement à la moitié de la saison. Cal a été plus rapide que nous sur les deux dernières courses, on doit réduire l'écart", prévient-il. "On a montré dans les dernières courses qu'on est toujours dans le top 5, top 6, et c'est notre objectif jusqu'à la fin du championnat."

"J'attends Silverstone, qui est un circuit plus 'normal', l'un des plus difficiles du calendrier", poursuit le pilote Pramac. "C'est un circuit que j'aime depuis la première fois que j'y suis allé. J'y ai gagné avec Ducati en Supersport en 2011, ma première victoire en Championnat du monde, ensuite quatre ans plus tard j'ai terminé deuxième [en MotoGP]. À Silverstone, il pourrait pleuvoir, et c'est quelque chose qui ne me déplaît pas ! J'ai montré vendredi après-midi que je peux être rapide sous la pluie, comme toujours, donc on se prépare à toutes les situations. Le top 5 est toujours un bon objectif."

Avec Michaël Duforest et William Zinck

Prochain article MotoGP
Siméon frustré après avoir été en lice pour les points

Article précédent

Siméon frustré après avoir été en lice pour les points

Article suivant

GP d'Autriche : le point sur les duels entre coéquipiers

GP d'Autriche : le point sur les duels entre coéquipiers
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries MotoGP
Événement GP d'Autriche
Catégorie Course
Pilotes Danilo Petrucci
Équipes Pramac Racing
Auteur Léna Buffa
Type d'article Réactions