Pol Espargaró veut un nouvel anti-patinage après la chute de Valence

Pol Espargaró attribue son highside au GP de Valence aux limites posées par le règlement dans le fonctionnement de l'anti-patinage. Il espère un changement dès la saison prochaine.

Pol Espargaró veut un nouvel anti-patinage après la chute de Valence

Pol Espargaró a dû renoncer à la dernière course de la saison à Valence, après une lourde chute la veille en Essais Libres 3. Le #44 a perdu le contrôle de sa moto au virage 13 et il en a été éjecté. Retombé sur le bas du dos, Espargaró souffrait des côtes et du poignet et a préféré se réserver pour le test de Jerez, malgré l'absence de fractures.

Les deux jours passés en Andalousie ont permis au pilote Repsol Honda de revenir sur les causes de sa chute. Il l'attribue à l'absence d'un anti-patinage efficace pour les glissades latérales, un dispositif interdit par le règlement mais qu'il aimerait voir introduit dès la saison prochaine pour améliorer la sécurité.

"Dans l'électronique que nous avons, les constructeurs peuvent juste régler pour un type de patinage, qui est le patinage central", a expliqué Espargaró. "Quand tu relèves la moto, il y a un patinage que l'on appelle le patinage propre et [l'électronique] entre en jeu et corrige cela. Mais ensuite, tu as une autre glissade : la glissade latérale."

"Il n'y a pas une fonction – nous ne sommes pas autorisés à utiliser une fonction, qui a été utilisée dans le passé, et que les routières utilisent – qui est quelque chose que je pense que les constructeurs et les pilotes doivent pousser dans les nouvelles règles de l'an prochain, pour je pense introduire ce réglage que l'on a sur les motos routières et qui ne rend pas la performance meilleure, mais qui éviterait par exemple ma chute, celle de Marc [Márquez] à Assen, celle de Martín à Jerez où il s'est cassé l'humérus [en Moto2], celle de Miller dans l'année."

"La glissade latérale est encore plus importante que le patinage et nous n'avons aucun outil pour le régler… Nous avons l'outil, mais nous ne sommes pas autorisés à le faire. C'est illégal. Ce serait intéressant d'y penser un peu pour l'an prochain."

Ces glissades que les pilotes ne peuvent contrôler sont parmi les plus lourdes que les pilotes du MotoGP peuvent subir, puisqu'elles peuvent entraîner un highside et projeter le pilote au sol. Après la chute de Márquez à laquelle Espargaró fait référence le #93 avait cependant mis en cause de mauvais réglages de l'anti-patinage que Honda avait très rapidement corrigés.

Un test effectué dans la douleur pour Espargaró

Pol Espargaro, Repsol Honda Team

Encore marqué par la chute de Valence, Pol Espargaró a pu remonter sur sa moto pour le test de Jerez. Il est resté sur le modèle 2021 jeudi, pour reprendre le rythme sur une machine familière avant d'essayer le nouveau prototype vendredi. Après la première journée, il se disait "un peu surpris" d'avoir réussi à boucler 45 tours.

"Honnêtement, je me sens détruit !" reconnaissait-il. "Je ressens un peu de douleur ; après avoir été cinq jours à récupérer dans le canapé, je suis venu ici. Et ne me suis pas entraîné pendant cinq jours. Je suis fatigué des blessures, mais aussi fatigué d'avoir piloté la moto. Par ailleurs, le vent aujourd'hui a été assez fort et ça a rendu ma vie un peu plus dure."

"Je n'ai pas très bien roulé, le problème au poignet s'est un peu aggravé", a-t-il précisé au site officiel du MotoGP. "J'ai eu un peu de mal à rouler mais c'était important pour l'équipe et moi d'être ici, de faire quelques tours sur la nouvelle moto afin de récolter des informations pour l'an prochain.

Signe de la violence du choc subi quelques tours plus tôt, Espargaró avait encore du mal à respirer correctement quand il s'exprimait. "Mon problème est aux côtes, donc à chaque fois que je parle, quand les poumons prennent de l'air, je dois respirer lentement, sinon je prends un gros point dessus ! [rires] Je suis un peu plus fatigué que normalement, donc…"

Lire aussi :

Avec Guillaume Navarro

partages
commentaires
Pour Oliveira, la KTM doit encore changer de "caractère"
Article précédent

Pour Oliveira, la KTM doit encore changer de "caractère"

Article suivant

Photos - Les essais des motos 2022 à Jerez

Photos - Les essais des motos 2022 à Jerez
Charger les commentaires
L'armada Ducati, une menace pour l'équilibre du MotoGP en 2022 Prime

L'armada Ducati, une menace pour l'équilibre du MotoGP en 2022

Voir Ducati aligner huit machines sur la grille MotoGP n'est pas un fait inédit, puisque la marque l'a déjà fait entre 2016 et 2018. Mais le niveau de la Desmosedici est impressionnant et l'implication de la firme de Borgo Panigale dans ses alliances bien plus importante qu'elle le fut par le passé, or cela pourrait avoir pour effet de déséquilibrer la catégorie reine.

MotoGP
16 janv. 2022
Ces héritiers que Valentino Rossi s'est choisis Prime

Ces héritiers que Valentino Rossi s'est choisis

Avec le départ de Valentino Rossi, le MotoGP perd sa plus grande star et l'Italie son meilleur représentant en course depuis les années 1980. Le Docteur lui-même a toutefois préparé sa relève et formé ceux qu'il espère voir lui succéder.

MotoGP
2 janv. 2022
Quartararo, le champion qui a changé les règles, comme Márquez Prime

Quartararo, le champion qui a changé les règles, comme Márquez

Précoce quand il dominait tous les championnats espagnols, Fabio Quartararo a été jusqu'à pousser à la mise en place d'un changement de règlement, comme Marc Márquez quelques années plus tôt. Son parcours mondial s'est pourtant révélé compliqué, jusqu'à la révélation une fois arrivé dans la catégorie MotoGP.

MotoGP
27 déc. 2021
Valentino Rossi s'est-il arrêté trop tard ? Prime

Valentino Rossi s'est-il arrêté trop tard ?

Inlassablement interrogé sur sa retraite depuis des années, Valentino Rossi a-t-il trop attendu, au risque de voir son palmarès se ternir ? On serait plutôt tenté de dire qu'en ayant tout essayé jusqu'au bout, il a choisi de raccrocher au moment qui était le bon pour lui.

MotoGP
16 déc. 2021
Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ? Prime

Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ?

Après avoir pris la décision de ne pas remplacer Davide Brivio début 2021 et n'avoir par la suite pas réussi à aider Joan Mir à défendre son titre, Suzuki est aujourd'hui à la recherche d'un nouveau team manager. Mais quelle que soit la personne que Shinichi Sahara nommera pour la suite, il est peut-être déjà trop tard pour convaincre le Champion du monde 2020 de rester.

MotoGP
23 nov. 2021
Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes Prime

Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes

La pression à laquelle sont soumis les espoirs de la moto est à la source d'une agressivité qui inquiète de plus en plus. Restreindre la participation au Championnat du monde aux pilotes âgés de 18 ans suffira-t-il à endiguer les manœuvres souvent désespérés des jeunes qui rêvent du MotoGP ?

MotoGP
3 nov. 2021
Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha" Prime

Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha"

De ses débuts inattendus en MotoGP à son premier titre de Champion du monde, trois ans plus tard, Fabio Quartararo a déjà connu un parcours intense dans la catégorie reine. Avec, au passage, une saison 2020 qui lui a rapporté ses premières victoires et une lourde déception, formatrice pour la suite.

MotoGP
26 oct. 2021
Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre Prime

Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre

Trop inconstant en 2020, Fabio Quartararo apparaît cette année infaillible au guidon de la Yamaha. Mais plus que les progrès opérés par la machine, c'est sûrement la transformation du pilote français qui l'a ainsi placé au sommet, en capacité de remporter son premier titre de Champion du monde MotoGP dès cette semaine.

MotoGP
20 oct. 2021