Réactions
MotoGP GP du Japon

Pol Espargaró perplexe face à de brefs progrès au Japon

Pol Espargaró n'a pas totalement compris la raison de ses progrès sur la Honda lors des premiers essais du Grand Prix du Japon. Mais sa performance a ensuite régressé, alors qu'il affirme n'avoir reçu aucune nouveauté de Honda depuis le début du championnat.

Pol Espargaro, Repsol Honda Team

Pol Espargaró avait quitté le GP d'Aragón passablement frustré, sans voir de réelle amélioration sur la Honda, d'autant plus qu'il ne bénéficie plus de nouveautés en raison de son départ pour KTM l'an prochain. "Il n'y a juste rien à dire, je ne me sens pas à l'aise sur la moto. J'ai beaucoup de mal en entrée de virage, en sortie, dans le virage, partout. Je ne peux pas appliquer mon style de pilotage, je suis juste fatigué de piloter, et juste lent", avait-il alors déclaré, las, au site officiel.

Contre toute attente, le pilote espagnol s'est pourtant retrouvé aux avant-postes lors des EL1 du Grand Prix du Japon, à un dixième seulement du meilleur temps. Si Honda possède beaucoup de données sur cette piste, qui lui appartient, celles-ci n'expliquaient par la performance d'Espargaró, qui n'avait pas vraiment de sens à ses yeux au point de plus le décontenancer que le ravir.

"Honnêtement, c'était bien mieux que ce à quoi on s'attendait. Je ne me suis pas du tout senti bien avec le pneu medium. C'était similaire aux autres courses, le grip était vraiment bas, je n'avais pas de turning... Tous les trucs normaux avec lesquels j'ai eu du mal lors des courses de la première partie de saison. Ensuite, on a mis le tendre arrière et soudainement tout a changé", a-t-il expliqué. "C'est la première fois qu'on met un tendre à l'arrière et que ça fonctionne différemment, que ça fonctionne comme durant la pré-saison avec du grip. Je peux me servir de l'arrière pour stopper la moto."

"Il y a une infinité de raisons qui peut l'expliquer mais on n'est pas capables de comprendre pourquoi", ajoutait l'Espagnol au terme de la première journée d'essais. "Je suis surpris. Je suis content mais dans un certain sens ça m'énerve de ne pas comprendre pourquoi d'un coup on est compétitifs avec le pneu tendre alors que le reste de l'année, on a beau passer les tendres c'est comme si on mettait des durs."

Interrogé vendredi sur le bon niveau de son coéquipier, Marc Márquez jugeait que cela n'avait rien d'étonnant. Outre une configuration mettant moins en évidence les faiblesses de la Honda, le circuit offrait beaucoup de grip et c'est ce qui avait déjà permis de briller pendant les tests de pré-saison. "Dès qu'on a un niveau d'adhérence haut, les chronos sont là", expliquait le #93. "Pol souffre particulièrement du manque d'adhérence. [...] Le problème est qu'avec cette moto, le chrono dépend beaucoup du grip arrière, on ne peut rien faire avec l'avant."

Pol Espargaró

Pol Espargaró

Après cette performance qu'il ne parvenait pas à expliquer sur le sec, Espargaró a été victime d'une chute samedi sous la pluie et il a conclu les EL2 à la 19e place, non représentative de son rythme selon lui : "J'étais à l'aise et je sentais que je pouvais être assez rapide". Grâce à son temps de la veille, il a pu prendre part à la Q2, une première depuis Barcelone, mais s'est fait surprendre par des conditions différentes du matin et s'est qualifié au 11e rang quand son coéquipier décrochait la pole.

Encore optimiste pour la course, qui allait se dérouler sur le sec, il a finalement souffert dans les dépassements et l'a conclue au 12e rang. Distancé de 17 secondes par le vainqueur, il était aussi bien loin de la quatrième place de son coéquipier. "Notre problème en ce moment, c'est que je n'arrive pas à dépasser. J'ai beaucoup de mal à avoir suffisamment de vitesse pour dépasser les autres", a-t-il expliqué. "Pendant les six ou sept tours que j'ai passés derrière [Quartararo], j'ai un peu régressé ; on m'a passé, j'ai perdu un peu le rythme, mes pneus se sont dégradés et je me suis à nouveau retrouvé en difficulté, comme sur d'autres courses. Mais au moins il y avait eu le début de la course, où j'ai pris du plaisir derrière les meilleurs, et je retiens ça."

Un chapitre clos depuis "de nombreuses courses"

Sa performance de vendredi reste donc un fait isolé pour Pol Espargaró. Bien qu'il n'ait disputé que la moitié des courses, Marc Márquez est toujours aujourd'hui le premier pilote Honda au championnat, avec 26 points de plus que son coéquipier. Paradoxalement, le meilleur résultat de la marque est la troisième place obtenue par le #44 lors du premier Grand Prix, au Qatar, où il s'est battu pour la victoire jusque dans les derniers tours.

Espargaró, très enthousiaste, avait pris cette performance comme le signe d'une saison bien lancée, cependant les problèmes ont commencé à partir de là pour le HRC et ses pilotes, très gênés par le manque de traction de la RC213V et son comportement dans les virages. Depuis ce podium, resté le seul de la marque cette année, la courbe de résultats du pilote espagnol s'est dégradée, avec une neuvième place à Portimão pour meilleur classement.

Au printemps, la décision de Suzuki de quitter le championnat a eu d'évidentes répercussions sur le marché des transferts et sur la stratégie de plusieurs constructeurs, y compris Honda. Le remplacement d'Espargaró par Mir pour 2023 n'a été officialisé qu'une fois son retour chez Tech3 annoncé, en août, et durant toute cette période il n'a eu de cesse d'affirmer sa volonté d'aider la marque dans le développement de la RC213V, notamment pendant l'absence de Márquez. En vain, car le HRC a choisi de s'appuyer sur Takaaki Nakagami jusqu'au retour du #93.

"Il est clair que mon chapitre avec Honda a pris fin il y a de nombreuses courses. Depuis le Qatar, je roule sur la même moto. Quand il n'y a pas d'amélioration, quand il n'y a pas de nouvelles pièces et que les autres, eux, continuent à travailler, ça devient très clair", a déclaré Espargaró à Motorsport.com à Motegi. "Si vous avez des problèmes et qu'on ne vous apporte pas de nouvelles choses, que vous continuez avec la même moto, alors tout est clair. Depuis les premiers problèmes de manque d'adhérence que l'on a eus après la première course au Qatar, je n'ai rien reçu de nouveau."

Avec Léna Buffa

Lire aussi :

Rejoignez la communauté Motorsport

Commentez cet article

Voir aussi :

Article précédent Espargaró poussé dans ses retranchements par l'incident du Japon
Article suivant Quartararo : La mentalité change selon l'écart au championnat

Meilleurs commentaires

Abonnez-vous gratuitement

  • Accédez rapidement à vos articles favoris

  • Gérez les alertes sur les infos de dernière minute et vos pilotes préférés

  • Donnez votre avis en commentant l'article

Motorsport Prime

Découvrez du contenu premium
S'abonner

Édition

France France