Pour Rossi, Motegi devrait être un bon indicateur du niveau de Yamaha

partages
commentaires
Pour Rossi, Motegi devrait être un bon indicateur du niveau de Yamaha
Par : Léna Buffa
18 oct. 2018 à 11:16

Valentino Rossi admet que le résultat du GP de Thaïlande l'a surpris tout autant que les observateurs. Place désormais à une épreuve qui devrait confirmer si Yamaha a bel et bien progressé ou non.

Yamaha arrive cette semaine à domicile dans la lignée d'un week-end plus positif que les précédents… mais d'autant plus surprenant, aux dires mêmes de Valentino Rossi. Le fait est que, deux semaines après le GP de Thaïlande qui a vu les M1 se battre aux avant-postes, le pilote italien n'a toujours pas d'explications précises à donner à ce rebond.

"En Thaïlande, la moto a bien fonctionné. Maverick [Viñales] et moi avons été assez forts et Zarco aussi a fait une bonne course. On est un peu inquiets, parce que sincèrement on ne s'attendait pas au bon résultat de la Thaïlande. On n'avait pas beaucoup de nouveautés sur la moto, alors ça vient peut-être plus de la piste, ou du fait que là-bas on pouvait utiliser les pneus durs", suggère Rossi.

Lire aussi :

"Les informations dont on dispose sont les mêmes que les autres fois. Il y avait des pneus un peu différents, il faisait très chaud mais normalement on a plus de mal quand il fait chaud, or là-bas on a été compétitifs. Il faut voir. Il faut prendre la piste et voir si on est rapides ici aussi."

De retour sur le podium à Buriram, Maverick Viñales a, lui, un début d'explication à donner à la bonne forme qu'il a affichée sur cette course. "Pour moi, le changement le plus important se situait au niveau de l'équilibre de la moto, bien plus que sur les pneus", explique l'Espagnol.

"En Thaïlande, j'avais une moto très différente par rapport aux autres Grands Prix. J'ai tout simplement changé la répartition des masses. Je suis un pilote très léger comparé aux autres de chez Yamaha. Nous avons encore beaucoup de marge pour faire des changements", détaille-t-il. Et de préciser : "J'utilisais auparavant l'embrayage par câble, qui m'a peut-être donné de meilleures sensations, mais cette fois j'ai utilisé un embrayage qui est plus direct, comme celui qu'utilisent la majorité des pilotes."

"Je suis confiant dans le fait que nous pouvons être forts et rouler devant, vu qu'on a beaucoup progressé", assure Viñales, semblant avoir retrouvé toute sa motivation, ainsi qu'un environnement de travail bien plus favorable. "Depuis le changement que nous avons réalisé en Thaïlande, et la direction que nous avons prise qui s'est avérée correcte, l'ambiance est meilleure dans le garage", témoigne-t-il en effet.

Lire aussi :

Difficile de savoir ce que fait Yamaha

Rossi se veut, lui, plus mesuré à l'heure d'annoncer ses attentes pour ce week-end. Le pilote italien compte en tout cas sur l'épreuve plus classique qu'est Motegi pour confirmer… Reste à voir quelle sera la confirmation en question : celle que des progrès ont bel et bien été accomplis, ou celle de performances qui resteront comme une parenthèse enchantée, inexpliquée.

"Ici, il sera important de comprendre si ça va mieux", souligne-t-il. "C'est une piste plus normale, sur laquelle on utilise les pneus habituels, et c'est un bon banc d'essais parce que c'est habituellement une piste assez bonne pour Yamaha. On va donc voir si on arrive à être assez compétitifs, comme on l'a été en Thaïlande, car ces bons résultats nous ont surpris nous aussi."

"Il faut aussi qu'on comprenne quelles seront les conditions, parce que l'année dernière ça a été un cauchemar alors on espère que se sera sec. Je ne sais pas, je pourrai avoir une meilleure idée demain après avoir testé la moto en piste", prévient Rossi. "Quoi qu'il en soit, il faut qu'on travaille parce qu'en Thaïlande la course a été bonne, Maverick et moi on était là, mais en réalité on ne s'est pas battus pour la victoire. Dovi et Márquez ont été plus forts que nous."

Lire aussi :

Le verdict de la piste semble en tout cas être le seul élément tangible auquel peuvent se raccrocher les pilotes, car les échanges qu'ils ont pu avoir avec le staff Yamaha restent globalement assez flous aux yeux de Rossi. "Quand on parle avec les Japonais, ils sont toujours tout à fait d'accord avec ce qu'on dit et ils confirment mes sensations. C'était le cas là-bas aussi, mais ensuite on ne sait jamais. On ne comprend pas bien si cela se traduira par plus d'efforts, plus de travail, ou pas. On verra", sourit le pilote.

"La seconde moitié de la saison est assez négative pour Yamaha. On a été plus forts en Thaïlande, mais sur toutes les autres courses qui ont suivi le Sachsenring on a été en difficulté. Les bons résultats donnent toujours une énergie positive, alors on va essayer de se battre ici, d'être forts sur ces trois courses [à venir]", ajoute Rossi, qui par ailleurs ne compte pas particulièrement sur la présence du pilote d'essais Katsuyuki Nakasuga ce week-end : "Je ne pense pas que la moto de Nakasuga soit beaucoup plus avancée que la nôtre", balaie-t-il. Le clan Yamaha a donc encore bien des interrogations à dissiper...

Avec Willy Zinck et =Jamie Klein

Article suivant
Le Japon ? "Une course comme une autre" pour Márquez malgré le titre

Article précédent

Le Japon ? "Une course comme une autre" pour Márquez malgré le titre

Article suivant

Pedrosa veut bien faire pour sa dernière devant le public japonais

Pedrosa veut bien faire pour sa dernière devant le public japonais
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries MotoGP
Événement GP du Japon
Lieu Twin Ring Motegi
Pilotes Valentino Rossi Boutique , Maverick Viñales Boutique
Équipes Yamaha Factory Racing
Auteur Léna Buffa
Type d'article Preview