Syahrin croit en Tech3 et respectera la décision prise pour 2020

Le pilote malaisien connaît une saison compliquée au guidon de la KTM, et n’est pas certain de continuer en MotoGP l’an prochain au vu de ses résultats. Qu’à cela ne tienne, il reste motivé et reconnaissant envers son équipe.

Syahrin croit en Tech3 et respectera la décision prise pour 2020

Après une première saison prometteuse sur la Yamaha satellite du team Tech3 l’an dernier, Hafizh Syahrin connaît une saison bien différente cette année avec le changement de son équipe pour KTM. Rencontrant des difficultés à s’adapter, le Malaisien évolue en fond de grille et sait que ses résultats ne jouent pas en sa faveur pour un renouvellement de contrat en 2020, l’actuel expirant en fin de saison. Mais peu importe ce que la structure française décidera, il affiche sa motivation et une grande sérénité.

Lire aussi :

Besoin de temps

"Pour le moment c’est difficile de s’adapter à la situation, c’est pourquoi mes résultats connaissent un peu de hauts et de bas, c’est compliqué de rester régulier. Je me concentre juste sur le fait de m’améliorer et je crois simplement en moi. Nous avons juste besoin de temps pour comprendre la moto. Je ne sais pas ce qu’il se passera l’an prochain", déclarait-il à la veille du Grand Prix de Catalogne. "C’est difficile à dire, il s'agit d’opportunité ou de chance, je ne sais pas, mais nous avons besoin de temps. Par exemple, je fonctionnais bien avec la Yamaha, je pensais que nous allions continuer une seconde année avec cette moto, comme ça je pouvais progresser sur la même machine. Nous avons finalement changé pour KTM et j’ai besoin de changer mon style, c’est pourquoi c’est compliqué de s’adapter."

Le pilote de 25 ans n’est d’ailleurs pas le seul à être en difficulté, son ancien coéquipier Johann Zarco ayant lui aussi besoin de plus de temps que prévu pour être compétitif sur la KTM, qui plus est sur la machine officielle. Face à Pol Espargaró, unique pilote de la structure autrichienne à être présent depuis le début, les deux nouveaux pilotes (en plus du rookie Miguel Oliveira) ont plus de mal, mais les performances de l’Espagnol laissent espérer de bonnes choses, avec plus d’expérience.

"Je crois en KTM, c’est un très bon constructeur, ils poussent fort mais ils sont aussi nouveaux", a rappelé Syahrin. "Il n’ont que trois ans en MotoGP, quand les autres en ont déjà plus de dix. Ils savent comment gérer le châssis ou la moto. Mais avec Miguel, Zarco et moi nous sommes désormais quatre pilotes chez KTM. Nous essayons de développer la moto aussi vite que possible pour l'améliorer. Ces motos sont vraiment rapides, il y a de petits caps [à passer] mais ils peuvent nous aider petit à petit."

"Je peux défier d’autres pilotes"

Reste que le pilote asiatique est le moins performant au guidon de la KTM, et qu’il est pour l’instant battu par son coéquipier, pourtant débutant, ce qui ne joue forcément pas en sa faveur. Dès le début de la saison européenne, il était appelé à réagir afin de sauver sa place. "Nous avons un peu progressé après Le Mans, mais je ne suis pas sûr [de ce qui va être décidé]. Le patron c'est Hervé [Poncharal], la décision est entre ses mains et je la respecte, quoi qu’il dise. Je ne sais pas, je n’ai aucun plan pour aller ailleurs", commentait-il ces derniers jours.

Il est vrai que Syahrin avait connu un léger mieux lors du Grand Prix national de son équipe, et était entré dans les points pour la première fois de l’année. Mais un souci technique au Mugello ainsi qu’un problème moteur à Barcelone ont balayé ces progrès. Alors qu’il voyait une chance de se rapprocher du top 10 sur le tracé catalan grâce aux nombreuses chutes en course, il a dû abandonner pour la seconde fois consécutive, et a ainsi involontairement perdu deux occasions de marquer des points auprès de son team et de KTM. Mais l’importance est ailleurs à ses yeux : "Je ne pense pas trop à cela car je respecte la décision de mon équipe. Ils peuvent décider ce qu’ils veulent. J’ai déjà apprécié ces deux ans avec eux. Je crois en cette équipe et je l’aime, c’est comme une famille. Ils m’ont aidé dès le début de la saison chez Yamaha, et ils poussent aussi très fort chez KTM."

Lire aussi :

Le pilote de 25 ans va donc continuer à avancer sans trop se poser de questions et à essayer de progresser. Malgré ses résultats, la motivation est toujours là, au fond de lui : "Je reste motivé car l’année dernière m’a permis de savoir où j’en suis et de voir que je peux défier certains pilotes. Cela dépendait des courses, mais par exemple en Catalogne l’an passé, je n’étais pas parti de derrière mais du milieu du plateau et j’avais pu dépasser quelques pilotes. Au final je n’avais pas pu terminer la course en raison d’une petite erreur mais j’avais géré. Cela me fait croire en moi. Je peux défier tout le monde."

Rendez-vous est donc pris dès le 28 juin, pour le Grand Prix des Pays-Bas, où il tentera de nouveau d’entrer dans les points.

partages
commentaires
Crutchlow : "Si Nakagami refait cela, il sait ce qui l’attend"

Article précédent

Crutchlow : "Si Nakagami refait cela, il sait ce qui l’attend"

Article suivant

Un premier top 10 pour Rabat depuis sa blessure

Un premier top 10 pour Rabat depuis sa blessure
Charger les commentaires
Comment KTM a pris le contrôle des jeunes talents au détriment de Honda Prime

Comment KTM a pris le contrôle des jeunes talents au détriment de Honda

Il fut un temps où Honda était la destination toute tracée des jeunes talents de la moto mais deux de ses rivaux, KTM et, dans une moindre mesure, Ducati, ont pris le contrôle de ce marché. Cette évolution aura-t-elle des conséquences sur l'avenir du MotoGP ?

MotoGP
16 oct. 2021
Marc Márquez a dû et doit encore réinventer son pilotage Prime

Marc Márquez a dû et doit encore réinventer son pilotage

Marc Márquez a profondément fait évoluer son pilotage pour retrouver la victoire après sa blessure. Celui qui a dominé la dernière décennie du MotoGP devra peut-être le faire à nouveau s'il veut redevenir un prétendant au titre, la marge de progrès dans sa condition physique se réduisant.

MotoGP
7 oct. 2021
Qu'est-ce qui a rendu le Circuit des Amériques si bosselé ? Prime

Qu'est-ce qui a rendu le Circuit des Amériques si bosselé ?

Le retour du MotoGP en Amérique pour la première fois depuis 2019 ne se passe pas aussi bien que prévu, les pilotes s'inquiétant de la sécurité à l'issue des essais du vendredi.

MotoGP
2 oct. 2021
Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ? Prime

Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ?

L'attention portée par Ducati à ses équipes satellites, couplée aux efforts fournis par Andrea Dovizioso pour améliorer la capacité des dernières versions de la Desmosedici à prendre les virages, permettent à la marque italienne de disposer aujourd'hui de la moto la plus polyvalente du championnat, une moto que l'on a vue sur le podium avec cinq pilotes différents cette année.

MotoGP
27 sept. 2021
Pourquoi Dovizioso est plus une pièce rapportée qu'un pari pour Yamaha Prime

Pourquoi Dovizioso est plus une pièce rapportée qu'un pari pour Yamaha

Les différents événements qui ont mené à l'arrivée d'Andrea Dovizioso chez SRT et la suprématie de Fabio Quartararo chez Yamaha font penser que son retour en MotoGP revêt plus d'un choix par défaut que d'un projet à long terme.

MotoGP
8 sept. 2021
Ce 10e titre que Valentino Rossi ne remportera jamais Prime

Ce 10e titre que Valentino Rossi ne remportera jamais

Il y a 24 ans jour pour jour, Valentino Rossi devenait Champion du monde pour la première fois. Aujourd'hui il s'apprête à quitter le MotoGP, résolu à l'idée que le dixième sacre après lequel il a tant couru ne viendra jamais enrichir son palmarès.

MotoGP
31 août 2021
Comment Marc Márquez affronte le plus grand défi de sa carrière Prime

Comment Marc Márquez affronte le plus grand défi de sa carrière

Dans une interview exclusive accordée à Motorsport.com, Marc Márquez se confie sur les défis auxquels il est confronté depuis sa blessure, sa volonté de retrouver le sommet et la domination actuelle de Fabio Quartararo.

MotoGP
24 août 2021
La gestion de la pression, de moins en moins taboue Prime

La gestion de la pression, de moins en moins taboue

Sujet délicat s'il en est, la santé mentale s'assume désormais de plus en plus dans différentes disciplines sportives, et la compétition moto n'y fait pas exception. La gestion de la pression ou de performances en berne peut s'avérer particulièrement difficile à endurer, et cela reste bien souvent tabou.

MotoGP
21 août 2021