Viñales 18e mais impressionnant dans sa simulation de course

Le pilote Yamaha a manqué l'exercice du time attack, pourtant il a marqué les esprits en réalisant une simulation de course rapide et régulière, dans des conditions jugées critiques.

Viñales 18e mais impressionnant dans sa simulation de course

Sa 18e position au classement de dimanche, la 16e aux temps combinés grâce à sa performance de samedi, ne doit en aucun cas prêter à confusion : Maverick Viñales s'est montré impressionnant durant les tests de Sepang, au point d'être cité unanimement par ses adversaires comme l'une des deux plus grandes menaces à ce jour avec Álex Rins. Sixième les deux premiers jours, le pilote Yamaha a dégringolé au classement dimanche, mais le programme différent qu'il a suivi y est pour beaucoup.

"Maverick a réalisé une simulation de course dans des conditions très chaudes et critiques et il a fait preuve d'une grande régularité du début à la fin", explique Massimo Meregalli. "Quand est venu le moment de réaliser son time attack, il s'est mis à pleuvoir, cela a donc compromis sa position au classement de cette troisième journée, mais nous pouvons assurément dire que cela a été un bon test."

"Je suis heureux car nous avons gardé notre calme", souligne le pilote espagnol, qui a concentré son attention sur le rythme de course au lieu de se mêler à la chasse au chrono lorsque ses adversaires se sont lancés dans l'exercice dimanche matin… Pas simple toutefois de résister à la tentation ! "Tout le monde a chaussé deux pneus 'super softs' le matin pour viser le chrono, et je ne savais pas comment j'allais pouvoir résister. Je me disais 'non, ne fais pas de tour chronométré !', mais l'équipe m'a calmé et nous avons beaucoup travaillé", sourit-il.

Lire aussi :

"En faisant cela, je suis resté plus calme. Nous nous sommes vraiment concentrés sur le fait de travailler sur mes sensations, et cela semble bien. En pneus course, avec un set-up de course, j'ai eu un bon rythme", se félicite Viñales, qui s'est lancé peu avant 16h pour boucler 20 tours, soit l'équivalent d'une course complète. Le seul autre pilote que l'on a pu voir tenter cet exercice sur une telle distance est Pecco Bagnaia, une heure et demie plus tôt, mais alors que l'Italien a tourné dans la fenêtre basse des 2'01, le pilote Yamaha a multiplié les tours en 1'59"6-1'59"7.

Dans cette série, Viñales a réussi à maintenir un rythme très compétitif sur la durée, tournant encore en 1'59"6 (l'équivalent du meilleur temps en course en octobre dernier) dans son 16e tour complet. Ses performances se sont toutefois dégradées sur la toute fin de son run et l'évolution de ses pneus ne l'a pas pleinement satisfait. Cela fait désormais partie des points sur lesquels il veut avancer lors des prochains essais.

"Je pense que l'on ne comprend pas encore les pneus au mieux. Nous devons nous pencher dessus, ainsi que sur les réglages", estime-t-il. "Les gommes changent énormément entre le premier et le 20e tour. Nous devons comprendre pourquoi. Nous avons toujours des points faibles. Le freinage est difficile pour moi, surtout avec le réservoir plein, mais ça s'améliore, je me sens de mieux en mieux dans ce domaine et c'était important pour moi, car j'ai besoin de me battre. La vitesse de pointe aide un peu également. Je me battais avec certains pilotes et je sentais que je pouvais dépasser."

Lire aussi :

Son meilleur temps du jour, Viñales l'a enregistré à midi et il ne l'a placé qu'à huit dixièmes de celui de Quartararo, leader grâce à son time attack mais plus en difficulté pour le moment sur le rythme de course. Un bon début, donc, pour le pilote espagnol, à qui il reste désormais trois jours pour améliorer encore sa M1 2020 lors des essais du Qatar, et confirmer qu'il est bel et bien l'un des hommes forts du début de saison.

"Il faut que l'on arrive à comprendre les pneus et comment travailler en piste. L'équipe travaille très dur pour y parvenir. Quand nous avons fait des longs relais, le set-up était bon pour moi mais pas encore parfait. Nous travaillons bien. Je suis heureux que nous n'ayons pas tenté de tour unique car l'objectif était de travailler sur le rythme de course", se félicite le pilote espagnol. "Le feeling n'est pas idéal mais je progresse. Nous essayons de faire des réglages optimaux, de maximiser tout ce que l'on peut. Il y a parfois aucun grip, il y a parfois beaucoup de grip, et il était important de travailler sur cela."

Avec Emmanuel Touzot  

partages
commentaires
La Honda inquiète plus Márquez que sa condition physique

Article précédent

La Honda inquiète plus Márquez que sa condition physique

Article suivant

Moins de progrès pour Ducati que pour la concurrence ?

Moins de progrès pour Ducati que pour la concurrence ?
Charger les commentaires
Pourquoi Yamaha risque de perdre Valentino Rossi Prime

Pourquoi Yamaha risque de perdre Valentino Rossi

En sa qualité de patron d'équipe, Valentino Rossi va entrer de façon imminente dans une nouvelle ère dans sa carrière, et celle-ci aura une influence considérable sur un certain nombre de pilotes et d'équipes du championnat. Mais c'est précisément chez Yamaha que se fera sentir l'un des plus gros impacts car la marque joue un rôle central dans cet épisode et pourrait en conséquence perdre ses liens avec le Docteur.

Donner ou prendre le sillage : entre aubaine, tolérance et nécessité ! Prime

Donner ou prendre le sillage : entre aubaine, tolérance et nécessité !

Prendre le sillage d'un rival pour gagner en performance... ou être celui qui est accroché et donne, de son plein gré ou non, un avantage à un concurrent. Le sujet n'a pas pas fini de faire parler, mais crée en tout cas des dynamiques intéressantes entre les pilotes du plateau MotoGP.

MotoGP
10 juin 2021
Éligibilité aux concessions techniques : le remède pour Honda ? Prime

Éligibilité aux concessions techniques : le remède pour Honda ?

Aveu d'échec mais coup de pouce possiblement bienvenu : l'éligibilité à des concessions en MotoGP peut être vue de plusieurs manières, comme en témoignent les réactions de Marc Márquez et Pol Espargaró à cette évocation...

MotoGP
6 juin 2021
Lucio Cecchinello : "Ma récompense ? Le plaisir que je continue à prendre" Prime

Lucio Cecchinello : "Ma récompense ? Le plaisir que je continue à prendre"

Toujours aussi passionné, mais aussi ancré dans la réalité, l'ancien pilote Lucio Cecchinello partage avec nous son regard sur les effets de la crise actuelle en MotoGP et la manière dont le championnat devrait selon lui évoluer.

MotoGP
28 mai 2021
Hervé Poncharal, taille patron Prime

Hervé Poncharal, taille patron

Patron du team Tech3 et président de l'IRTA, Hervé Poncharal est une figure incontournable du MotoGP. Aussi impliqué dans le sauvetage du championnat face à la crise sanitaire que touché par l'évolution de la planète, le Français a partagé avec nous son regard sur le monde.

MotoGP
26 mai 2021
Que doit faire Marc Márquez pour revenir à son meilleur niveau ? Prime

Que doit faire Marc Márquez pour revenir à son meilleur niveau ?

Après avoir signé une septième place au Portugal pour son retour fracassant en MotoGP, Marc Márquez entame désormais un long et dur travail pour retrouver le pilotage lui ayant donné six titres en catégorie reine.

MotoGP
23 avr. 2021
Pourquoi l'incident entre Miller et Mir mérite une nouvelle enquête Prime

Pourquoi l'incident entre Miller et Mir mérite une nouvelle enquête

Malgré la décision de Suzuki de ne pas faire appel de l'absence de sanction pour Jack Miller après son incident avec Joan Mir, il est nécessaire d'agir pour ne plus voir ce genre de manœuvre, qui aurait facilement pu tourner à la tragédie à Losail.

MotoGP
9 avr. 2021
Johann Zarco, la victoire avant l'heure Prime

Johann Zarco, la victoire avant l'heure

En à peine 18 mois, Johann Zarco est passé d'un extrême à l'autre en MotoGP, de pilote accablé et sans guidon à leader rayonnant du Championnat du monde 2021. Mais les Grands Prix de Losail ont surtout vu le retour au premier plan d'un homme retrouvé.

MotoGP
5 avr. 2021