Formule 1
14 nov.
-
17 nov.
Événement terminé
28 nov.
-
01 déc.
Événement terminé
Formule E
23 nov.
-
23 nov.
Événement terminé
17 janv.
-
18 janv.
Prochain événement dans
31 jours
WEC
08 nov.
-
10 nov.
Événement terminé
12 déc.
-
14 déc.
Événement terminé
MotoGP
01 nov.
-
03 nov.
Événement terminé
15 nov.
-
17 nov.
Événement terminé

Tänak premier vainqueur au Chili devant Ogier et Loeb !

partages
commentaires
Tänak premier vainqueur au Chili devant Ogier et Loeb !
Par :
12 mai 2019 à 18:09

Le pilote Toyota et son copilote Martin Järveoja ont remporté leur deuxième victoire de la saison, après celle obtenue en Suède, devant Sébastien Ogier et Sébastien Loeb dont le duel a duré toute la troisième étape.

Ott Tänak a remporté cinq des 16 spéciales au Chili (trois vendredi, deux samedi) et s'est emparé de la tête dès l'obtention du premier de ces meilleur temps (ES2) pour ne plus la quitter. Son avance, qui était d'un peu de 20 secondes sur Sébastien Ogier au soir de la première étape, a culminé à 33''6 au milieu de la seconde, puis s'est lentement réduite pour être de 23"1 à l'arrivée du rallye. L'Estonien a parfaitement géré la situation, bien qu'ayant rarement semblé complètement à l'aise dans des conditions le plus souvent piégeuses.

Cerise sur le gâteau, Tänak est allé chercher les cinq points revenant à l'auteur du meilleur chrono dans la Power Stage, dernière spéciale du rallye. Sur un parcours de 12,5 kilomètres, il a devancé Ogier de 1"3, son équipier Jari-Matti Latvala de 3"1, Sébastien Loeb de 3"8 et son autre équipier, Kris Meeke, de 3"9. De quoi s'emparer de la deuxième place au classement du championnat, derrière Ogier et devant l'ancien leader Thierry Neuville.

Lire aussi :

Un duel haletant a opposé sur les quatre spéciales de la troisième étape, ce dimanche, les anciens frères ennemis que sont Ogier et Loeb. Peu enthousiasmé par sa Citroën le premier jour, Ogier s'est dit plus satisfait le lendemain après-midi, ayant fait un choix de pneus différent de celui de ses rivaux et quelques changements de set-up à l'assistance de la mi-journée. Mais l'arrivée du brouillard dans la dernière spéciale du jour (ES12), qui avait globalement épargné Loeb parti devant lui, a permis à celui qui était désormais le mieux placé des pilotes Hyundai de revenir à 5"9.

Les deux Français se sont globalement neutralisés dimanche, Loeb réduisant encore l'écart à 1"1 après l'ES13 (remportée par Meeke), mais Ogier le faisant remonter aussitôt à 5"3 dans la suivante. Le second passage dans Bio Bio, spéciale où l'Alsacien avait repris quatre secondes à Ogier le matin et qui faisait office de Power Stage, ne lui a pas permis de reprendre l'avantage. Mais il a une nouvelle fois ébahi le monde du WRC avec cinq meilleurs temps en spéciale, alors qu'il pilotait pour la première fois la Hyundai en compétition sur la terre – et après une seule journée d'essais.

La cabriole de Neuville

Le rallye a été marqué par la très violente sortie de route de Neuville, samedi matin, dans laquelle ni lui ni son équipier Nicolas Gilsoul n'a été blessé après que leur Hyundai a effectué une hallucinante série de sept tonneaux. Avant cette huitième spéciale, les Belges, en tête de la course au titre en arrivant au Chili, occupaient la troisième place du classement général à 1"4 seulement de leurs dauphins au championnat, Ogier et Julien Ingrassia.

Outre Neuville, Jari-Matti Latvala est l'autre pilote d'une WRC officielle à ne pas terminer dans les points. Alors qu'il occupait la troisième place pour laquelle il avait été en lutte avec le pilote Hyundai, justement, il a heurté un talus et a dû abandonner dans la dernière spéciale du samedi, arbre de transmission cassé. Il avait déjà déploré trop d'erreurs à son goût depuis le début du rallye.

Lire aussi :

Elfyn Evans a fini esseulé à la quatrième place devant son équipier chez M-Sport, Teemu Suninen, et celui d'Ogier chez Citroën, Esapekka Lappi. Les deux jeunes Finlandais ont éprouvé énormément de mal sur ce nouveau rallye, notamment le premier jour et une partie du deuxième, ne se sentant pas du tout en confiance avec le très bas niveau de grip.

Il faut dire que les choses avaient mal commencé pour Lappi, parti tout droit à un carrefour, ayant dû faire marche arrière et ayant perdu une vingtaine de secondes dès l'ES1, vendredi matin. Il a, comme Suninen, refait surface dimanche matin en signant quelques bons chronos quand les conditions lui convenaient mieux, mais il a commis une dernière erreur dans la Power Stage alors qu'il aurait pu signer un excellent chrono.

Plus expérimenté, Andreas Mikkelsen n'en a pas moins semblé complètement à la dérive ce week-end, visitant en prime quelques fossés au fil du rallye. Il a admis avoir pris des notes beaucoup trop agressives en reconnaissances, qui s'étaient déroulées dans le brouillard pour certaines spéciales. Devant assurer des points précieux pour Hyundai après l'abandon de Neuville, il n'a pas tenté le diable samedi après-midi et dimanche.

Rovanperä devant Østberg

Le Norvégien précède à l'arrivée Kris Meeke, auteur du meilleur temps dans l'ES1 ex æquo avec Latvala mais qui, lui non plus pas en confiance, a rétrogradé jusqu'à la cinquième place puis effectué un tonneau dans un virage lent dans la première spéciale du samedi. Ayant concédé plus de six minutes, il a repris dimanche l'avantage sur les deux premiers du WRC2 Pro, Kalle Rovanperä et Mads Østberg.

Østberg a terminé la première étape en tête du WRC2 Pro, mais une fuite au niveau des freins arrière de sa Citroën C3 R5 dans la première spéciale du samedi (ES7) l'a renvoyé derrière Kalle Rovanperä. Le Norvégien a ensuite signé la grande majorité des meilleurs temps dans la catégorie, mais n'a repris que trop peu de temps à chaque fois pour menacer le jeune pilote Skoda. Troisième larron dans la course au titre présent au Chili avec sa Ford Fiesta R5 de M-Sport, Gus Greensmith termine très loin de ses deux adversaires, en manque de rythme et en proie à des soucis techniques.

La course WRC2 a débuté par un coup de théâtre dans l'ES1, vendredi matin, le héros local et vainqueur en Argentine, Pedro Heller, faisant un tonneau éliminatoire. Son jeune frère Alberto, sur une autre Fiesta suivie conjointement par leur propre équipe et par M-Sport, a mené jusqu'à l'ES11 avant de céder face au futur vainqueur, Takamoto Katsuta sur une Fiesta du Tommi Mäkinen Racing, et il est sorti lui aussi de la route dans l'antépénultième spéciale du rallye.

Classement final provisoire

 

Pilote

Copilote

Voiture Cat.

Écarts &

intervalles

1

Estonia Ott Tänak

Estonia Martin Järveoja

 Toyota

RC1 3h15'53"8
2

France Sébastien Ogier

France Julien Ingrassia

 Citroën

RC1

23"1

23"1

3

France Sébastien Loeb

Monaco Daniel Elena 

 Hyundai

RC1

30"2

7"1

4

United Kingdom Elfyn Evans

United Kingdom Scott Martin

Ford M-Sport

RC1

1'36"7

1'06"5 

5

Finland Teemu Suninen

Finland Marko Salminen

Ford M-Sport

RC1

3'15"6

1'38"9

6

Finland Esapekka Lappi

Finland Janne Ferm

  Citroën

RC1

3'45"4

29"8

7

Norway Andreas Mikkelsen

Norway Anders Jæger

 Hyundai

RC1

4'39"0

53"6

8

United Kingdom Kris Meeke

United Kingdom Seb Marshall

 Toyota

RC1

7'33"4

2'54"4

9

Finland Kalle Rovanperä

Finland Jari Halttunen

 Škoda

RC2

7'52"5

19"1

10

Norway Mads Østberg

Norway Torstein Eriksen

 Citroën

RC2

8'16"1

23"6

Le classement complet sera disponible ici.

Article suivant
Suivez le Rallye du Chili en direct

Article précédent

Suivez le Rallye du Chili en direct

Article suivant

Championnat - Ogier et Ingrassia repassent en tête

Championnat - Ogier et Ingrassia repassent en tête
Charger les commentaires