L'accrochage Pérez/Ocon, "inacceptable" pour Force India

Sergio Pérez et Esteban Ocon étaient bien partis pour signer un excellent résultat d'ensemble au Grand Prix d'Azerbaïdjan, mais c'était sans compter une collision que n'a pas du tout appréciée l'état-major de Force India.

L'accrochage Pérez/Ocon, "inacceptable" pour Force India
Felipe Massa, Williams FW40, Sergio Perez, Sahara Force India VJM10 et Esteban Ocon, Sahara Force India VJM10 au restart
Carlos Sainz Jr., Scuderia Toro Rosso STR12, devant Esteban Ocon, Force India VJM10
Sergio Perez, Sahara Force India observe Esteban Ocon, Sahara Force India VJM10 après son accident
Felipe Massa, Williams FW40, devant Esteban Ocon, Force India VJM10
Sergio Perez, Sahara Force India VJM10, Esteban Ocon, Sahara Force India VJM10
Otmar Szafnauer, directeur d'exploitation Force India en conférence de presse
Sebastian Vettel, Ferrari SF70H, Felipe Massa, Williams FW40, Sergio Perez, Sahara Force India F1 VJM10 et Esteban Ocon, Sahara Force India F1 VJM10
Sergio Perez, Sahara Force India VJM10
Esteban Ocon, Sahara Force India VJM10 avec des dégâts à la suspension arrière

Les deux pilotes étaient en effet à la lutte pour le podium lorsqu'ils se sont accrochés à la sortie du virage 2, au restart du 20e tour, alors que cela avait déjà été très serré entre les deux Force India au départ de la course.

Esteban Ocon a porté une attaque sur Sergio Pérez à ce moment-là, mais a semblé se rabattre excessivement sur la monoplace de son coéquipier, le prenant en sandwich avec le mur. Pérez n'ayant nulle part où aller, un violent contact a eu lieu ; le Mexicain a souffert d'un bris de suspension et a abandonné en fin de course. Ocon, quant à lui, a subi une crevaison ainsi que des dommages au niveau du conduit de frein, du T-wing et du fond plat, même s'il est parvenu à finir sixième grâce à un drapeau rouge qui a permis à son team de réparer certains dégâts.

C'est toutefois un potentiel double podium, dans le meilleur des cas, qui a échappé à Force India. Autant dire que les dirigeants de l'écurie ne sont pas ravis d'une situation qui n'était déjà pas passée loin de se produire au Canada.

"Le pire que l'on puisse faire, c'est percuter son coéquipier, parce que cela donne à d'autres équipes des opportunités qu'elles ne devraient vraiment pas avoir", souligne Otmar Szafnauer, directeur général de Force India. "C'est très délicat parce que c'est un circuit urbain, et sur n'importe quel autre tracé, Checo aurait pu se décaler un peu et ça aurait été. Mais là, il y a un mur."

"Nous allons certainement étudier la situation de façon professionnelle, parler aux pilotes et dire que c'est inacceptable. Nous ne pouvons pas nous rentrer dedans. C'est déjà fâcheux de percuter un concurrent, car cela peut avoir un impact sur sa propre course, mais percuter son coéquipier, c'est pire, car les deux voitures peuvent abandonner. Ils le comprennent. Ils sont intelligents."

Lorsque son point de vue sur l'accrochage en lui-même lui est demandé, Szafnauer préfère rester prudent : "Je regardais les images. C'est 50/50, 55/45, il faut que je les regarde de nouveau. Mais Checo n'a pas fait le restart qu'il aurait dû prendre, Esteban en a fait un meilleur et ne lui a pas laissé assez de place."

La victoire était improbable

Grand perdant dans cet incident, Sergio Pérez était très amer à l'issue de la course, convaincu d'avoir perdu une opportunité de victoire. Était-ce là une ambition réaliste ? "Je ne pense pas", répond Szafnauer. "Je le pensais, mais j'ai changé d'avis. Vettel a eu sa pénalité à cause de ce restart, donc nous l'aurions battu. Et Ricciardo, nous l'aurions battu."

"Mais si nous n'avions pas provoqué le drapeau rouge, l'appuie-tête de Hamilton ne se serait pas détaché, donc il aurait gagné. Aurait pu, aurait dû... Nous aurions quand même fini deuxième ou troisième."

partages
commentaires
Le coup de volant de Vettel est forcément volontaire, selon Hamilton
Article précédent

Le coup de volant de Vettel est forcément volontaire, selon Hamilton

Article suivant

Sainz s'est "sacrifié" pour Kvyat au départ

Sainz s'est "sacrifié" pour Kvyat au départ
Charger les commentaires
Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton Prime

Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton

Juan Manuel Fangio, sans égal sur la piste et en dehors, a été le premier à définir ce qu'était un grand pilote de Formule 1. Nigel Roebuck retrace l'histoire d'un remarquable champion.

Formule 1
21 janv. 2022
Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing Prime

Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing

Pendant de longues années, Daniel Ricciardo n'avait pas une haute estime de la course virtuelle, plus connue sous le nom de simracing. Mais le pilote McLaren a aujourd'hui un avis bien différent.

Formule 1
19 janv. 2022
Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari Prime

Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari

S'étant établi comme vainqueur en Grand Prix lors de ses deux premières saisons en Formule 1, Jackie Stewart a connu une campagne 1967 désastreuse avec BRM, ce qui l'a mené à rencontrer Ferrari, finalement sans rejoindre la Scuderia... Il est alors devenu invincible avec Ken Tyrrell.

Formule 1
11 janv. 2022
Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin Prime

Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin

Le départ d'Otmar Szafnauer représente la fin d'une ère pour l'écurie basée à Silverstone, actuellement connue sous le nom d'Aston Martin.

Formule 1
6 janv. 2022
L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton Prime

L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton

La rivalité de Lewis Hamilton avec Max Verstappen a marqué la saison 2021. Le septuple Champion du monde a de nouveau affronté le plus célèbre des noms néerlandais en sports mécaniques, mais la première fois, c'était quand il avait onze ans, face au père de Verstappen, Jos.

Kart
4 janv. 2022
Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans Prime

Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix de Formule 1, triomphal à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans.

Formule 1
30 déc. 2021
Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1 Prime

Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix, triomphant à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans. Le Colombien revient sur ces grands succès, à commencer par ceux de son ascension vers la Formule 1.

Formule 1
29 déc. 2021
Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote Prime

Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote

Lola espérait retrouver le succès en Formule 1 en 1997 mais l'aventure, précipitée par Mastercard, a tourné au fiasco.

Formule 1
25 déc. 2021