Il y a 25 ans : Alesi, enfin !

Double anniversaire, Monsieur Jean Alesi ! Non seulement le pilote français fête ce jeudi ses 56 ans, mais il célèbre également les 25 ans de son unique victoire en Grand Prix.

C'était le 11 juin 1995 sur le circuit Gilles-Villeneuve, à Montréal. Parti cinquième sur la grille de départ, Jean Alesi s'imposait au terme de son 91e Grand Prix, six ans après ses grands débuts en Formule 1. Pour parvenir à ses fins, il avait pris le meilleur sur son coéquipier Gerhard Berger puis sur la Williams-Renault de Damon Hill, avant que Michael Schumacher ne soit victime d'un ennui technique.

Lire aussi :

Ce succès a-t-il, à l'époque, apporté enfin la preuve qu'Alesi était capable de gagner ? "Non, je ne l'ai jamais vécu comme ça", assure-t-il dans un entretien accordé à Motorsport.com, "parce que pour être honnête, je ne me suis jamais demandé 'est-ce que je vais réussir à gagner ?'. Quand on regarde les kilomètres que j'ai faits en tête… Dès ma première année avec Senna, j'ai déjà fait des tours en tête. Je savais que j'avais la possibilité de signer des victoires, mais le manque de fiabilité a joué contre moi. Je n'ai donc jamais eu d'amertume quant au fait de ne pas être capable ou de ne pas réussir à gagner. Je savais que je pouvais le faire, c'était donc une question technique."

Gagner le jour de ses 31 ans était idyllique pour Alesi, mais ce fut encore plus beau pour lui de réaliser l'exploit sous les couleurs de Ferrari. Un véritable rêve de gosse pour celui qui, avant d'être pilote, est un tifosi pur et dur. "Je l'ai toujours expliqué comme ça : c'est comme s'il y avait eu un tirage au sort dans une tribune à Monza pendant un Grand Prix de Formule 1, qu'ils avaient pris un fan et lui avaient dit 'c'est toi, tu es le pilote Ferrari'", décrit-il aujourd'hui. "J'ai toujours eu une passion pour les Rouges, pour l'équipe, pour son état d'esprit. C'était mon rêve, j'étais donc très excité et je me suis tout de suite trouvé en totale harmonie avec mon public, qui était celui de Ferrari."

Podium : le vainqueur Jean Alesi, Ferrari

Jean Alesi conserve l'image d'un pilote malchanceux, notamment avec la Scuderia, et pour lequel beaucoup estiment que le palmarès n'est pas la hauteur de qu'il aurait dû être. Lui résume les choses ainsi : "Les années où Ferrari ne parvenait pas à obtenir de résultats, c'était lié principalement à la fiabilité. Chez Benetton, l'équipe n'était certes plus celle de Michael [Schumacher], mais il y avait le moteur Renault qui était extrêmement fiable pour l'époque, et donc en pilotant comme je l'avais toujours fait, j'arrivais à ramener de bons résultats."

Le Grand Prix du Canada 1995 ne fut pas suivi d'autres succès pour Alesi, malgré plusieurs occasions d'y parvenir, notamment à Monaco en 1996 et à Monza en 1997. C'est sans aucun doute ce qui fait que cette date appartient plus encore à l'Histoire du sport automobile tricolore. 

Propos recueillis par Franco Nugnes et Marco Congiu  

Jean Alesi, Ferrari 412T2, remporte sa première victoire
partages
commentaires
Renault : Le moteur 2026, "prochain champ de bataille" de la F1

Article précédent

Renault : Le moteur 2026, "prochain champ de bataille" de la F1

Article suivant

L'usine qui accueillera Aston Martin F1 retardée d'un an

L'usine qui accueillera Aston Martin F1 retardée d'un an
Charger les commentaires
Ces moments de joie qui soulignent le problème majeur de la F1 Prime

Ces moments de joie qui soulignent le problème majeur de la F1

Les victoires tant attendues des anciens pilotes de Formule 1 Marcus Ericsson et Kevin Magnussen le week-end dernier, respectivement en IndyCar et en IMSA, ont rappelé à la F1 ce qui lui manque. Mais avec les nouvelles règles visant à équilibrer le plateau, l'optimisme renaît quant à la possibilité pour davantage de pilotes de lutter pour des succès autrefois inespérés.

Ces ruses autour des pneus qui vont désormais être interdites Prime

Ces ruses autour des pneus qui vont désormais être interdites

Les conclusions de Pirelli sur les défaillances des pneus à Bakou n'ont pas complètement rejeté la faute sur les équipes, mais la fermeté de la réponse de la FIA laisse peu de place au doute.

Formule 1
16 juin 2021
L'heure a sonné pour l'outil de conception le plus fiable de la F1 Prime

L'heure a sonné pour l'outil de conception le plus fiable de la F1

Le travail en soufflerie constitue le fondement du développement aérodynamique d’une Formule 1. Cependant, les progrès de la recherche virtuelle annoncent la disparition de cet outil coûteux et compliqué.

Formule 1
15 juin 2021
Comment Pérez fait face à la complexe culture Red Bull Prime

Comment Pérez fait face à la complexe culture Red Bull

Sergio Pérez a passé la majorité de sa carrière à piloter en milieu de peloton, se demandant s'il aurait un jour une chance d'accéder à une équipe de pointe. Red Bull lui a donné cette opportunité, et bien que la vie au sommet soit difficile, le vainqueur de Bakou fait tout ce qu'il faut pour s'entendre avec Max Verstappen.

Formule 1
14 juin 2021
Quand Kubica gagnait et Honda faisait d'Alonso sa cible n°1 Prime

Quand Kubica gagnait et Honda faisait d'Alonso sa cible n°1

Le Grand Prix du Canada 2008 s'était apparenté à de véritables montagnes russes en piste comme en dehors, et avait été absolument passionnant à couvrir depuis le paddock. Voici pourquoi.

Formule 1
13 juin 2021
Un calendrier de 23 Grands Prix en péril Prime

Un calendrier de 23 Grands Prix en péril

Après l’annonce de l’annulation du Grand Prix de Singapour à cause des restrictions sanitaires en vigueur, la Formule 1 cherche des alternatives pour conserver un calendrier de 23 courses. Mais ce projet audacieux est-il voué à l’échec ?

Formule 1
12 juin 2021
Quand Alesi, cheval fougueux de la F1, a rejoint le Cheval Cabré Prime

Quand Alesi, cheval fougueux de la F1, a rejoint le Cheval Cabré

Jean Alesi a immédiatement marqué la Formule 1 lors de ses débuts avec Tyrrell, mais sa décision de rejoindre Ferrari plutôt que Williams en 1991 était une erreur de jugement, dans une saison au cours de laquelle les luttes politiques internes ont miné le développement de la monoplace...

Formule 1
11 juin 2021
Riccardo Patrese, le véritable gentleman sans ego Prime

Riccardo Patrese, le véritable gentleman sans ego

Les pilotes ont tendance à être égoïste, mais pas Riccardo Patrese. Retour sur la carrière d'un véritable gentleman.

Formule 1
9 juin 2021