Formule 1
29 août
-
01 sept.
Événement terminé
05 sept.
-
08 sept.
Événement terminé
19 sept.
-
22 sept.
Événement terminé
26 sept.
-
29 sept.
Événement terminé
10 oct.
-
13 oct.
Événement terminé
24 oct.
-
27 oct.
EL1 dans
6 jours
14 nov.
-
17 nov.
EL1 dans
27 jours
C
GP d'Abu Dhabi
28 nov.
-
01 déc.
EL1 dans
40 jours

Les Alfa Romeo rétrogradées, Hamilton et Kubica dans les points

partages
commentaires
Les Alfa Romeo rétrogradées, Hamilton et Kubica dans les points
Par :
28 juil. 2019 à 19:14

Les Alfa Romeo de Kimi Räikkönen et Antonio Giovinazzi ont été pénalisées lourdement suite à la course du Grand Prix d'Allemagne 2019 de F1. Elles sortent du top 10.

Septième et huitième à l'arrivée, les Alfa Romeo ont été sorties du top 10 par une pénalité de 30 secondes infligée par les commissaires aux deux pilotes. C'est une irrégularité dans la façon dont l'embrayage a fonctionné pendant le départ arrêté qui a été déterminée, agissant de fait comme un traction control. La pénalité infligée est en réalité l'équivalent d'un stop-and-go, sanction habituelle en cas de départ volé par exemple.

Il est à noter que Frédéric Vasseur, team principal, a indiqué à Motorsport.com que l'écurie suisse avait déjà notifié son intention de faire appel, ce qui veut dire qu'elle a désormais 96 heures pour enclencher formellement le processus d'appel. Dans un communiqué officiel, l'écurie indique en tout cas qu'elle "va faire appel".

Lire aussi :

En conséquence, Räikkönen recule au 12e rang et Giovinazzi au 13e. Le malheur des uns fait le bonheur des autres puisque Lewis Hamilton, initialement 11e, récolte les deux points de la neuvième place malgré une fin de course chaotique, et Robert Kubica, initialement 12e, s'empare du point de la dixième position. Le Polonais s'offre ainsi son premier point en Formule 1 depuis 2010 et le premier point de la saison de l'écurie Williams. Romain Grosjean et Kevin Magnussen, initialement neuvième et dixième, prennent les places et les points des Alfa.

Au championnat pilotes, l'abandon de Valtteri Bottas couplé aux deux unités inscrites par Hamilton offrent au Britannique une avance de 41 points en tête du classement.

La décision en détail

Pour rappel, il était rapproché aux deux C38 de ne pas avoir respecté l'article 27.1 du Règlement Sportif, disposant que "le pilote doit piloter sa voiture seul et sans assistance", ainsi que l'article 9 du Règlement Technique couvrant un ensemble de règles liées au "système de transmission". Dans la convocation officielle, l'article 9.3 de ce même règlement était évoqué, ce dernier étant lié aux systèmes de contrôle de la traction et disposant que : "Aucune voiture ne peut être équipée d'un système ou d'un dispositif capable d'empêcher les roues motrices de patiner sous l'effet de la puissance ou de compenser un couple excessif demandé par le conducteur. Tout dispositif ou système qui avertit le pilote du début du patinage des roues n'est pas autorisé."

Voici la décision rendue par les commissaires suite à l'audience avec les représentant d'Alfa Romeo : "L'embrayage est contrôlé de façon électronique via l'ECU standard. Cependant les écuries ont la possibilité de régler certains des paramètres de contrôle."

"Afin d'empêcher les équipes d'utiliser ce réglage pour modifier la manière dont l'embrayage s'engage au départ de la course d'une manière qui pourrait potentiellement imiter un antipatinage ou d'autres systèmes avantageux, la FIA exige que le couple de l'embrayage corresponde (dans certaines limites) à celui qui sera nécessaire au débrayage. Ceci doit se produire dans un délai de 70 millisecondes."

Lire aussi :

"Dans le cas des deux voitures d'Alfa Romeo Racing, il a fallu près de 200 millisecondes et 300 millisecondes respectivement pour que le couple s'aligne sur la demande de couple. Cela a permis une application plus graduelle du couple, ce qui, compte tenu des conditions humides, représentait un avantage potentiel. Peu importe si cela leur a offert un avantage réel ou non, les commissaires ont déterminé qu'il s'agissait d'un manquement évident aux directives données aux équipes."

"Les commissaires ont tenu une audience et examiné les données, en présence de trois membres de l'équipe, y compris des ingénieurs concernés, ainsi que du délégué technique de la FIA et de ses assistants responsables des vérifications. L'équipe a reconnu qu'elle n'était pas dans les limites requises."

"Les commissaires ont accepté l'explication de l'équipe selon laquelle la cause était qu'ils avaient été pris au dépourvu par les conditions météorologiques inhabituelles, ainsi que le fait qu'ils n'avaient pas fait d'entraînement dans ces conditions et qu'ils avaient réglé les paramètres d'une façon qui ne respectait pas les exigences."

"Cependant, les commissaires ont noté que les délégués techniques de la FIA vérifient ce paramètre sur toutes les voitures et qu'aucune autre irrégularité n'a été trouvée. L'obligation de satisfaire à ces exigences est indépendante des conditions climatiques. Par conséquent, les commissaires ont considéré qu'il y avait eu violation de l'article 27.1."

Article suivant
Pas de pénalité pour Hamilton sous Safety Car, une "anomalie" en cause

Article précédent

Pas de pénalité pour Hamilton sous Safety Car, une "anomalie" en cause

Article suivant

Hamilton : "Dur d'être performant quand on n'est pas à 100%"

Hamilton : "Dur d'être performant quand on n'est pas à 100%"
Charger les commentaires