Alpine et Ocon freinés par le rythme de course et la stratégie

Neuvième du Grand Prix d'Espagne, Esteban Ocon a souffert du manque de rythme d'Alpine sur les longs relais et d'une stratégie à un seul arrêt qui s'est avérée intenable.

Alpine et Ocon freinés par le rythme de course et la stratégie

Esteban Ocon estime avoir bouclé son week-end espagnol "de manière positive", même si le résultat brut du Grand Prix d'Espagne laisse forcément un goût d'inachevé dans le clan Alpine. Et pour cause, le Français avait égalé sa meilleure qualification depuis qu'il a rejoint l'écurie d'Enstone en se plaçant cinquième sur la grille de départ, mais le rythme de la monoplace bleue en course s'est avéré moins bon que sur un tour. Si l'on y ajoute le pari très risqué d'une stratégie à un seul arrêt, les deux points de la neuvième place constituent finalement une façon satisfaisante de sauver les meubles.

Parti en pneus tendres avec pour plan un passage aux mediums qu'il a ensuite fallu emmener jusqu'au bout de la course, quand la concurrence a choisi de basculer sur deux arrêts, Ocon s'est retrouvé piégé et Alpine a dû s'en tenir à sa stratégie. "J'ai presque été doublement pénalisé en devant attaquer puis rentrer au stand", résume le pilote tricolore. "Il y a des choses à revoir et certaines que nous pourrions peut-être mieux faire. C'était une bonne course d'apprentissage."

Lire aussi :

Si Alpine a confirmé une embellie en une semaine, aussi bien à Portimão qu'à Barcelone, il apparaît très clair que l'A521 doit encore progresser sur les longs relais. L'auto est-elle actuellement davantage taillée pour les qualifications que pour la course ? "C'est probablement le cas. Cela fait deux courses que nous voyons cette tendance", confirme Ocon. "Je pense que la voiture ne se comporte pas aussi bien le dimanche au niveau du rythme qu'en qualifications."

"Nous avions un peu de mal avec le rythme par rapport à Charles [Leclerc], Daniel [Ricciardo] et Sainz", poursuit-il. "Bien sûr, ne faire qu'un seul arrêt était compliqué et nous avons perdu du temps au tour en fin de course. Il y a des choses que nous devons revoir mais globalement, je crois que nous terminons ce week-end de manière positive. Compte tenu du début d'année, je pense que nous sommes beaucoup plus satisfaits désormais. Nous savons qu'il y a des domaines sur lesquels nous devons nous concentrer, et il y a clairement la course, mais nous allons rejoindre Monaco avec le sourire pour le moment, car nous avons bien travaillé."

"Il y a toujours des choses que l'on peut mieux faire, mais c'est difficile d'avoir une voiture qui se comporte bien en qualifications et qui, lorsque l'on arrive en course, a des problèmes. On ne peut pas faire grand-chose entre le samedi et le dimanche."

Avec le seul Ocon dans les points dimanche en Espagne, Alpine ne cache pas que le résultat d'ensemble est loin d'être à la hauteur de ses attentes. "Nous étions engagés dans une stratégie à un seul arrêt que nous avons essayé de faire fonctionner", admet le directeur exécutif Marcin Budkowski. "Il était cependant difficile de tenir jusqu’à l’arrivée avec le deuxième train de pneus. Esteban a réussi à sauver deux points après des derniers tours courageux. Nous n’avions pas le rythme pour nous battre avec Ferrari ou McLaren sur cette course et nous allons nous concentrer sur ce sujet pour trouver de nouvelles améliorations."

Avec 15 points inscrits en quatre Grands Prix, Alpine est déjà distancé par McLaren et Ferrari au championnat constructeurs, mais l'ambition de retrouver le podium d'ici la fin de l'année demeure, même s'il faudra pour cela des circonstances très favorables.

"Tout est possible en course", rappelle Ocon. "L'année dernière, quand Daniel a signé son podium, il s'était passé des choses en course, et lorsque j'ai fait mon podium à Bahreïn, il s'était passé des choses en course. En rythme pur, et si tout le monde reste en piste, nous ne sommes pas encore suffisamment rapides pour le podium, mais nous allons redoubler d'efforts pour que ça arrive, comme nous l'avons fait l'an passé. Ce ne sera pas facile, mais tout peut arriver."

partages
commentaires
Mercedes ne jouera pas aux "chaises musicales" avec ses pilotes

Article précédent

Mercedes ne jouera pas aux "chaises musicales" avec ses pilotes

Article suivant

Alonso : "Nous pouvons être la cinquième équipe"

Alonso : "Nous pouvons être la cinquième équipe"
Charger les commentaires
Le "pas en arrière" qui sera bénéfique à la F1 Prime

Le "pas en arrière" qui sera bénéfique à la F1

Ses jours étant apparemment comptés, le MGU-H semble devoir être supprimé des futures règles moteur de la Formule 1, afin d'attirer de nouveaux constructeurs. Bien que cela puisse apparaître comme un changement de direction, les avantages pour les équipes et les fans pourraient faire de cette décision un choix judicieux.

Formule 1
24 sept. 2021
Pourquoi le duel 2021 pour le titre est encore loin du pire Prime

Pourquoi le duel 2021 pour le titre est encore loin du pire

La Formule 1 reprend ses droits pour le Grand Prix de Russie, deux semaines après le dernier épisode du combat entre Max Verstappen et Lewis Hamilton. Alors que les incidents de Silverstone et de Monza ont suscité la controverse, ils manquaient heureusement d'un élément qui, jusqu'à présent, sépare la lutte pour le titre de 2021 des pires exemples de batailles peu glorieuses...

Formule 1
23 sept. 2021
Comment la Formule 1 s'est rendue peu attrayante pour les nouvelles équipes Prime

Comment la Formule 1 s'est rendue peu attrayante pour les nouvelles équipes

Le plafonnement des budgets en Formule 1 a été présenté comme le sauveur de plusieurs équipes et a contribué à garantir leur viabilité pour les investisseurs. Mais il existe déjà un autre mécanisme qui a eu le même effet et qui dissuade fortement ceux qui ont les moyens de créer seuls une nouvelle équipe.

Formule 1
22 sept. 2021
Le défi colossal d'une écurie qui "mérite mieux" Prime

Le défi colossal d'une écurie qui "mérite mieux"

Qui mieux que le directeur technique d'Alfa Romeo pour décrire avec précision les enjeux majeurs auxquels est confrontée l'écurie pour préparer 2022 ? Motorsport.com s'est longuement entretenu avec Jan Monchaux.

Formule 1
20 sept. 2021
Vettel et Schumacher, un lien fort et précieux Prime

Vettel et Schumacher, un lien fort et précieux

Mick Schumacher n'est pas le seul "fils de" à avoir atteint la Formule 1, mais il y est parvenu en l'absence de son père ces dernières années. Pour Sebastian Vettel, Michael a été une idole d'enfance puis un mentor et désormais, l'Allemand joue le rôle de "grand frère" pour Mick. Que sait-on vraiment de la place qu'il occupe dans la progression du nouveau Schumacher ?

Formule 1
19 sept. 2021
L'autre incident du GP d'Italie dont la F1 devrait se soucier Prime

L'autre incident du GP d'Italie dont la F1 devrait se soucier

Le crash de Max Verstappen et Lewis Hamilton a fait les gros titres lors du Grand Prix d'Italie. Le Halo a permis au pilote Mercedes de ne pas être blessé, mais deux jours plus tôt, la Formule 1 avait déjà échappé au pire, cette fois-ci dans la voie des stands.

Formule 1
18 sept. 2021
Daniel Ricciardo, la transformation estivale Prime

Daniel Ricciardo, la transformation estivale

Entre les difficultés du printemps et sa victoire retentissante au Grand Prix d'Italie, Daniel Ricciardo s'est transformé d'une manière quasiment inattendue.

Formule 1
16 sept. 2021
Enrique Bernoldi, le rookie oublié de la cuvée 2001 Prime

Enrique Bernoldi, le rookie oublié de la cuvée 2001

En 2001, Kimi Räikkönen, Juan Pablo Montoya et Fernando Alonso, ayant tous mis fin au règne de Michael Schumacher, ont fait leurs débuts en Formule 1. Le quatrième rookie de l'année, Enrique Bernoldi, n'a pas connu une carrière aussi heureuse.

Formule 1
15 sept. 2021