Alpine et Ocon freinés par le rythme de course et la stratégie

Neuvième du Grand Prix d'Espagne, Esteban Ocon a souffert du manque de rythme d'Alpine sur les longs relais et d'une stratégie à un seul arrêt qui s'est avérée intenable.

Alpine et Ocon freinés par le rythme de course et la stratégie

Esteban Ocon estime avoir bouclé son week-end espagnol "de manière positive", même si le résultat brut du Grand Prix d'Espagne laisse forcément un goût d'inachevé dans le clan Alpine. Et pour cause, le Français avait égalé sa meilleure qualification depuis qu'il a rejoint l'écurie d'Enstone en se plaçant cinquième sur la grille de départ, mais le rythme de la monoplace bleue en course s'est avéré moins bon que sur un tour. Si l'on y ajoute le pari très risqué d'une stratégie à un seul arrêt, les deux points de la neuvième place constituent finalement une façon satisfaisante de sauver les meubles.

Parti en pneus tendres avec pour plan un passage aux mediums qu'il a ensuite fallu emmener jusqu'au bout de la course, quand la concurrence a choisi de basculer sur deux arrêts, Ocon s'est retrouvé piégé et Alpine a dû s'en tenir à sa stratégie. "J'ai presque été doublement pénalisé en devant attaquer puis rentrer au stand", résume le pilote tricolore. "Il y a des choses à revoir et certaines que nous pourrions peut-être mieux faire. C'était une bonne course d'apprentissage."

Lire aussi :

Si Alpine a confirmé une embellie en une semaine, aussi bien à Portimão qu'à Barcelone, il apparaît très clair que l'A521 doit encore progresser sur les longs relais. L'auto est-elle actuellement davantage taillée pour les qualifications que pour la course ? "C'est probablement le cas. Cela fait deux courses que nous voyons cette tendance", confirme Ocon. "Je pense que la voiture ne se comporte pas aussi bien le dimanche au niveau du rythme qu'en qualifications."

"Nous avions un peu de mal avec le rythme par rapport à Charles [Leclerc], Daniel [Ricciardo] et Sainz", poursuit-il. "Bien sûr, ne faire qu'un seul arrêt était compliqué et nous avons perdu du temps au tour en fin de course. Il y a des choses que nous devons revoir mais globalement, je crois que nous terminons ce week-end de manière positive. Compte tenu du début d'année, je pense que nous sommes beaucoup plus satisfaits désormais. Nous savons qu'il y a des domaines sur lesquels nous devons nous concentrer, et il y a clairement la course, mais nous allons rejoindre Monaco avec le sourire pour le moment, car nous avons bien travaillé."

"Il y a toujours des choses que l'on peut mieux faire, mais c'est difficile d'avoir une voiture qui se comporte bien en qualifications et qui, lorsque l'on arrive en course, a des problèmes. On ne peut pas faire grand-chose entre le samedi et le dimanche."

Avec le seul Ocon dans les points dimanche en Espagne, Alpine ne cache pas que le résultat d'ensemble est loin d'être à la hauteur de ses attentes. "Nous étions engagés dans une stratégie à un seul arrêt que nous avons essayé de faire fonctionner", admet le directeur exécutif Marcin Budkowski. "Il était cependant difficile de tenir jusqu’à l’arrivée avec le deuxième train de pneus. Esteban a réussi à sauver deux points après des derniers tours courageux. Nous n’avions pas le rythme pour nous battre avec Ferrari ou McLaren sur cette course et nous allons nous concentrer sur ce sujet pour trouver de nouvelles améliorations."

Avec 15 points inscrits en quatre Grands Prix, Alpine est déjà distancé par McLaren et Ferrari au championnat constructeurs, mais l'ambition de retrouver le podium d'ici la fin de l'année demeure, même s'il faudra pour cela des circonstances très favorables.

"Tout est possible en course", rappelle Ocon. "L'année dernière, quand Daniel a signé son podium, il s'était passé des choses en course, et lorsque j'ai fait mon podium à Bahreïn, il s'était passé des choses en course. En rythme pur, et si tout le monde reste en piste, nous ne sommes pas encore suffisamment rapides pour le podium, mais nous allons redoubler d'efforts pour que ça arrive, comme nous l'avons fait l'an passé. Ce ne sera pas facile, mais tout peut arriver."

partages
commentaires
Mercedes ne jouera pas aux "chaises musicales" avec ses pilotes
Article précédent

Mercedes ne jouera pas aux "chaises musicales" avec ses pilotes

Article suivant

Alonso : "Nous pouvons être la cinquième équipe"

Alonso : "Nous pouvons être la cinquième équipe"
Charger les commentaires
Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing Prime

Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing

Pendant de longues années, Daniel Ricciardo n'avait pas une haute estime de la course virtuelle, plus connue sous le nom de simracing. Mais le pilote McLaren a aujourd'hui un avis bien différent.

Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari Prime

Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari

S'étant établi comme vainqueur en Grand Prix lors de ses deux premières saisons en Formule 1, Jackie Stewart a connu une campagne 1967 désastreuse avec BRM, ce qui l'a mené à rencontrer Ferrari, finalement sans rejoindre la Scuderia... Il est alors devenu invincible avec Ken Tyrrell.

Formule 1
11 janv. 2022
Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin Prime

Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin

Le départ d'Otmar Szafnauer représente la fin d'une ère pour l'écurie basée à Silverstone, actuellement connue sous le nom d'Aston Martin.

Formule 1
6 janv. 2022
L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton Prime

L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton

La rivalité de Lewis Hamilton avec Max Verstappen a marqué la saison 2021. Le septuple Champion du monde a de nouveau affronté le plus célèbre des noms néerlandais en sports mécaniques, mais la première fois, c'était quand il avait onze ans, face au père de Verstappen, Jos.

Kart
4 janv. 2022
Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans Prime

Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix de Formule 1, triomphal à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans.

Formule 1
30 déc. 2021
Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1 Prime

Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix, triomphant à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans. Le Colombien revient sur ces grands succès, à commencer par ceux de son ascension vers la Formule 1.

Formule 1
29 déc. 2021
Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote Prime

Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote

Lola espérait retrouver le succès en Formule 1 en 1997 mais l'aventure, précipitée par Mastercard, a tourné au fiasco.

Formule 1
25 déc. 2021
Qu'avons-nous appris des tests des pneus Pirelli 18 pouces ? Prime

Qu'avons-nous appris des tests des pneus Pirelli 18 pouces ?

Retour en détail sur les essais des nouveaux pneus Pirelli avec Mario Isola, chef du projet F1 de la marque italienne.

Formule 1
20 déc. 2021