Quel avenir pour un Yamamoto qui n'a pas les "critères" ?

Naoki Yamamoto pourrait-il s'octroyer un baquet en Formule 1 à l'avenir ? Christian Horner juge cette éventualité peu probable mais n'y ferme pas la porte non plus.

Quel avenir pour un Yamamoto qui n'a pas les "critères" ?

Protégé de Honda, qui motorise Red Bull Racing et la Scuderia Toro Rosso, Naoki Yamamoto est également éligible à la Super Licence grâce aux titres remportés l'an passé en Super Formula et en Super GT – et il est bien parti pour en obtenir un troisième dans le championnat de monoplace nippon, dont il est l'actuel leader. Il y avait déjà été sacré en 2013.

Lire aussi :

Le Japonais a fait ses premiers tours de roue en Formule 1 lors des Essais Libres 1 à Suzuka et s'est illustré en tournant à moins d'un dixième de son coéquipier Daniil Kvyat. De quoi susciter les louanges de Christian Horner, directeur de Red Bull Racing, qui ne manque néanmoins pas de souligner qu'à l'âge de 31 ans, sans la moindre expérience du sport automobile européen, Yamamoto ne part pas favori pour un baquet en Formule 1.

"Je ne connais pas leur programme précis, mais il est généralement similaire entre les deux voitures", a déclaré Horner quant aux chronos des Toro Rosso, au micro de Sky Sports F1 juste après cette séance. "[Yamamoto] a donc fait du très bon travail pour sa première séance dans une Formule 1, je pense qu'il s'en est très bien tiré. C'est un mec très sympa, très rapide, très talentueux. C'est un circuit qu'il connaît extrêmement bien, il a eu une carrière pleine de succès ici avec Jenson [Button] en [Super] GT. Il ne correspond pas aux critères pour l'instant, mais il mérite certainement qu'on lui donne sa chance et qu'on s'intéresse à lui aujourd'hui."

Naoki Yamamoto, Toro Rosso
Naoki Yamamoto, Toro Rosso et Pierre Gasly, Toro Rosso

Pierre Gasly, qui a été l'équipier de Yamamoto en Super Formula, confirme : rejoindre le Vieux Continent serait un défi très relevé. "En Super Formula, les pilotes sont spécialistes de cette discipline sur les circuits japonais, et je pense que venir sur les pistes européennes ne sera pas facile pour lui, mais pourquoi pas ? Il pourrait très bien s'adapter, même si ce challenge de découvrir les nouveaux circuits serait difficile", analyse le Français.

Le principal intéressé, lui, espère surtout ouvrir la voie à de nouveaux pilotes japonais : le pays du Soleil-Levant n'a plus été représenté dans l'élite depuis le départ de Kamui Kobayashi fin 2014. Yamamoto ne sait en revanche pas s'il a tapé dans l'œil de Helmut Marko lors de cette séance d'essais libres. "Il a observé mon run, je ne sais pas ce qu'il pense de moi", commente-t-il. "Mais je souhaite dire un grand merci à Marko, il m'a donné une très belle opportunité. Je suis donc content."

"Cette opportunité, ce n'est pas seulement la mienne. Il y a beaucoup de pilotes japonais rapides qui sont plus jeunes. Pour eux, peut-être que je vous montre un peu mon niveau de performance, et l'on peut espérer qu'à l'avenir, beaucoup de pilotes japonais perceront."

Quant à savoir si on le reverra en Formule 1 un jour, Yamamoto reste prudent : "Pour l'instant, je ne peux pas le dire. Je viens juste de finir les EL1. Je dois parler des EL1 avec l'équipe. Après, je discuterai avec quelqu'un : Honda, Red Bull ou Marko." Mais conserver un double programme en Super Formula et en Super GT n'aurait rien d'un plan B.

partages
commentaires
Ferrari s'attend à devoir encore gérer la rivalité Vettel/Leclerc

Article précédent

Ferrari s'attend à devoir encore gérer la rivalité Vettel/Leclerc

Article suivant

Bottas : Je peux m'en prendre à moi-même pour l'écart avec Hamilton

Bottas : Je peux m'en prendre à moi-même pour l'écart avec Hamilton
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1 , Super GT , Super Formula
Pilotes Naoki Yamamoto , Pierre Gasly
Équipes Red Bull Racing , AlphaTauri
Auteur Benjamin Vinel
Alonso : "Je suis content de tout ce que je vois en F1" Prime

Alonso : "Je suis content de tout ce que je vois en F1"

Lors d'une table ronde en petit comité en marge du Grand Prix du Portugal, Fernando Alonso a évoqué son retour en Formule 1, l'avenir de la catégorie reine et son évolution depuis ses débuts en 2001, entre autres. Entretien.

Pourquoi McLaren souhaite changer la façon de voter en F1 Prime

Pourquoi McLaren souhaite changer la façon de voter en F1

La semaine dernière, Zak Brown, PDG de McLaren, a écrit une lettre ouverte dans laquelle il expose en détail ses idées sur la direction que prend la Formule 1.

Les subtiles évolutions qui maintiennent Red Bull dans le coup Prime

Les subtiles évolutions qui maintiennent Red Bull dans le coup

Au Portugal, Red Bull n’a pas été à la hauteur de Mercedes. Pourtant, le résultat du Grand Prix ne reflète pas le potentiel de l’écurie. Avec de nouvelles évolutions apportées, Red Bull affiche de belles promesses pour le reste d’une saison qui s’annonce bien plus indécise que les précédentes.

Formule 1
4 mai 2021
Les notes du Grand Prix du Portugal 2021 Prime

Les notes du Grand Prix du Portugal 2021

Lewis Hamilton s'est imposé pour la deuxième fois de la saison 2021. Après le Grand Prix du Portugal, troisième manche du championnat, voici les notes attribuées aux pilotes.

Formule 1
3 mai 2021
Les données qui laissent Red Bull et Mercedes dans le doute à Portimão Prime

Les données qui laissent Red Bull et Mercedes dans le doute à Portimão

Lewis Hamilton a terminé en tête de la cruciale séance d'EL2 ce vendredi au Portugal, mais l'équipe Mercedes n'est pas certaine d'avoir l'avantage sur Red Bull. Les températures fraîches et le vent, combinés à la surface glissante du circuit de l'Algarve, offrent aux pilotes des conditions difficiles en termes de réglages et de chauffe des gommes, et tout reste à jouer.

Formule 1
1 mai 2021
Les problèmes que la F1 devra affronter avec ses Qualifications Sprint Prime

Les problèmes que la F1 devra affronter avec ses Qualifications Sprint

Annoncées en début de semaine, les Qualifications Sprint, qui seront organisées lors de trois Grands Prix en 2021, ont reçu un accueil mitigé, entre excitation et scepticisme. Mais avant de savoir quel camp aura raison, la Formule 1 doit établir ses critères de réussite pour justifier la mise en place de ce format de manière plus permanente.

Formule 1
29 avr. 2021
Le crash à un million d'euros qui met Mercedes dans l'embarras Prime

Le crash à un million d'euros qui met Mercedes dans l'embarras

Après un GP d'Émilie-Romagne en demi-teinte pour Mercedes, la principale frustration de Toto Wolff, directeur d'équipe, concerne l'accident de Valtteri Bottas et George Russell.

Formule 1
25 avr. 2021
Imola, un test "brutal" pour les pilotes ayant changé d'écurie Prime

Imola, un test "brutal" pour les pilotes ayant changé d'écurie

Cet hiver a vu de nombreux pilotes changer d'écurie. Avec un deuxième Grand Prix organisé sur le circuit piégeur d'Imola, ces pilotes sont revenus sur leur courbe d'apprentissage et le temps nécessaire pour s'adapter à leurs nouvelles montures.

Formule 1
21 avr. 2021