Brawn défend le choix de pneus de Ferrari en qualifications

Ross Brawn, manager sportif de la F1, a défendu la décision de Ferrari d'utiliser des mediums en Q2 en Azerbaïdjan, ce qui a contribué au crash de Charles Leclerc.

Brawn défend le choix de pneus de Ferrari en qualifications

Ferrari semblait être l'équipe à battre à Bakou jusqu'à la Q2 des qualifications, moment où l'écurie a tenté de qualifier ses pilotes en gommes mediums pour essayer de bénéficier d'un avantage stratégique en course. Mais cette décision s'est avérée désastreuse : Charles Leclerc s'est accidenté dans son second tour lancé en tentant d'améliorer son temps.

En plus de priver le Monégasque d'une chance de jouer la pole et de le repousser à la dixième place sur la grille (huitième avec le jeu des pénalités), le drapeau rouge brandi suite à l'accident a rallongé la séance. Déjà grandement perturbée par l'accident de Robert Kubica en Q1, elle s'est achevée aux alentours de 19h heure locale au lieu de 18h. Les températures plus basses ont alors rééquilibré le rapport de force entre la Scuderia et Mercedes, avant que l'écurie allemande ne piège Sebastian Vettel lors de la Q3, l'empêchant de profiter de la moindre aspiration.

Lire aussi :

Alors que Mercedes signait la pole et monopolisait la première ligne avant de réaliser un quatrième doublé consécutif le lendemain, beaucoup ont jugé que Ferrari avait eu tort de chausser les mediums en Q2. Pour Brawn toutefois, il s'agissait d'un bon choix qui aurait mené l'écurie à la victoire si tout s'était passé comme prévu.

"La décision d'essayer de se qualifier en Q2 avec les pneus mediums était la bonne à mon avis, parce qu'avec les tendres, Mercedes a démontré avoir un meilleur rythme de course vendredi après-midi. Si Charles avait réussi à être devant eux en Q3 – et il y avait une chance que ce soit le cas – et à faire un premier relais long, comme il l'a fait par la suite, alors il aurait eu de bonnes chances de finir en tête."

"Malheureusement pour lui, malgré une belle remontée, il a terminé cinquième, pour la troisième fois cette année. Et je doute que s'emparer d'un point supplémentaire pour le meilleur tour en course lui ait remonté le moral. Malgré tout, même après la course, il a présenté tous les signes d'un pilote sur la pente ascendante, destiné à de grandes choses."

Lire aussi :

Pour Brawn, Ferrari n'est pas encore au stade où tout est perdu en dépit d'un début de saison loin des attentes. "Alors que la première tranche de courses de ce long championnat s'est achevée à Bakou, il est possible de se demander si l'on peut s'attendre à voir au moins deux écuries se battre pour les titres."

"Pour l'instant, une réponse négative semblerait logique, étant donné que Mercedes a signé quatre doublés consécutifs, mais je pense qu'il y a encore du temps pour que Ferrari revienne, car ils ont démontré lors de deux des quatre courses qu'ils ont ce qu'il faut pour gagner. Le duel entre les deux pilotes Mercedes est assurément ouvert, Bottas et Hamilton n'étant séparés que par le point inscrit pour le meilleur tour par [le Finlandais] en Australie."

partages
commentaires
Hamilton : Senna, "le pilote le plus emblématique" de la F1

Article précédent

Hamilton : Senna, "le pilote le plus emblématique" de la F1

Article suivant

F1 GP Social Media Giveaway Contest - Terms & Conditions

F1 GP Social Media Giveaway Contest - Terms & Conditions
Charger les commentaires
Le défi colossal d'une écurie qui "mérite mieux" Prime

Le défi colossal d'une écurie qui "mérite mieux"

Qui mieux que le directeur technique d'Alfa Romeo pour décrire avec précision les enjeux majeurs auxquels est confrontée l'écurie pour préparer 2022 ? Motorsport.com s'est longuement entretenu avec Jan Monchaux.

Vettel et Schumacher, un lien fort et précieux Prime

Vettel et Schumacher, un lien fort et précieux

Mick Schumacher n'est pas le seul "fils de" à avoir atteint la Formule 1, mais il y est parvenu en l'absence de son père ces dernières années. Pour Sebastian Vettel, Michael a été une idole d'enfance puis un mentor et désormais, l'Allemand joue le rôle de "grand frère" pour Mick. Que sait-on vraiment de la place qu'il occupe dans la progression du nouveau Schumacher ?

Formule 1
19 sept. 2021
L'autre incident du GP d'Italie dont la F1 devrait se soucier Prime

L'autre incident du GP d'Italie dont la F1 devrait se soucier

Le crash de Max Verstappen et Lewis Hamilton a fait les gros titres lors du Grand Prix d'Italie. Le Halo a permis au pilote Mercedes de ne pas être blessé, mais deux jours plus tôt, la Formule 1 avait déjà échappé au pire, cette fois-ci dans la voie des stands.

Formule 1
18 sept. 2021
Daniel Ricciardo, la transformation estivale Prime

Daniel Ricciardo, la transformation estivale

Entre les difficultés du printemps et sa victoire retentissante au Grand Prix d'Italie, Daniel Ricciardo s'est transformé d'une manière quasiment inattendue.

Formule 1
16 sept. 2021
Enrique Bernoldi, le rookie oublié de la cuvée 2001 Prime

Enrique Bernoldi, le rookie oublié de la cuvée 2001

En 2001, Kimi Räikkönen, Juan Pablo Montoya et Fernando Alonso, ayant tous mis fin au règne de Michael Schumacher, ont fait leurs débuts en Formule 1. Le quatrième rookie de l'année, Enrique Bernoldi, n'a pas connu une carrière aussi heureuse.

Formule 1
15 sept. 2021
Schumacher, futur roi de la F1 dès sa première saison Prime

Schumacher, futur roi de la F1 dès sa première saison

Il y a trente ans, Michael Schumacher réalisait des débuts étincelants en F1 à Spa, avec Jordan, avant de rapidement rejoindre Benetton pour le Grand Prix d'Italie. Ce transfert allait mener l'Allemand à sa première victoire un an plus tard et poser les bases de son ascension vers le titre, qu'il décrocherait en 1994.

Formule 1
14 sept. 2021
Les notes du Grand Prix d'Italie 2021 Prime

Les notes du Grand Prix d'Italie 2021

Après le Grand Prix d'Italie, quatorzième manche de la saison 2021, nous avons attribué les notes suivantes aux pilotes.

Formule 1
13 sept. 2021
La culture de Red Bull, un poids dans sa politique Prime

La culture de Red Bull, un poids dans sa politique

La stratégie par défaut de Red Bull, qui consiste à provoquer des réactions sur les réseaux sociaux chaque fois qu'elle ne parvient pas à obtenir ce qu'elle veut, fait beaucoup de bruit, mais n'a pas vraiment généré de résultats positifs pour l'équipe. Il est temps d'essayer une meilleure tactique.

Formule 1
12 sept. 2021