Actualités
Formule 1 GP de Monaco

Brawn : Leclerc est "allé trop loin" lors du GP de Monaco

Pour Ross Brawn, Charles Leclerc a été victime de son impétuosité lors du Grand Prix de Monaco en tentant de gagner des positions après un départ depuis la 15e place.

Charles Leclerc, Ferrari SF90, victime d'une crevaison

Pour son premier Grand Prix à domicile sous les couleurs de la Scuderia Ferrari, Charles Leclerc aurait sans doute préféré autre scénario. Éliminé des qualifications dès la Q1, en raison d'une performance insuffisante dans un premier temps puis d'une erreur stratégique de son équipe dans un second, le Monégasque avait prévenu dès la sortie du cockpit le samedi soir. "Je vais devoir prendre des risques et même [celui] de m'accidenter, mais c'est comme ça, je vais devoir dépasser même si c'est une piste sur laquelle c'est impossible", avait-il ainsi lancé au micro de Sky Sports.

Lire aussi :

Et le lendemain, c'est exactement ce qu'il s'est passé. Après avoir pris l'avantage à l'intérieur de l'épingle du Loews sur Lando Norris dès le premier tour, Leclerc a porté sur Romain Grosjean une attaque déjà risquée à la Rascasse au septième tour, le Français étant obligé de laisser place pour éviter le contact. Au tour suivant, Nico Hülkenberg n'entendant pas céder sa position aussi facilement, il a poussé le pilote Ferrari à une faute qui n'a véritablement étonné personne. Roue arrière droite crevée, fond plat lacéré et espoirs envolés, la course s'est achevée pour lui définitivement quand il a retiré sa SF90 blessée, au 16e des 78 tours du GP.

"Pendant une poignée de tours, [Leclerc] a été vraiment spectaculaire", a pour sa part déclaré Ross Brawn, le manager sportif de la F1. "Et puis Charles est allé trop loin et il a payé cher son impétuosité. Sa réaction était toutefois compréhensible. C'est sa course à domicile et sa première tentative dans une écurie de pointe. Ça devait être un moment spécial mais ça s'est uniquement terminé en déception."

"Après des problèmes jeudi, la dernière séance d'essais libres du samedi matin avait offert un rayon de soleil en lui permettant de se classer en haut de la feuille des temps. Mais la claque est ensuite arrivée avec cette erreur stratégique en Q1, dont Mattia Binotto a totalement admis qu'il s'agissait d'un mauvais calcul de l'équipe."

Lire aussi :

"Ça a été un week-end difficile pour Ferrari, même s'il s'est terminé sur leur meilleur résultat de la saison. Malgré tout, la deuxième place de Sebastian Vettel est arrivée à la fin d'une course où il n'a pas joué de rôle clé, se trouvant derrière Verstappen mais étant dans l'incapacité de vraiment inquiéter le Néerlandais."

"Ça a reflété un week-end durant lequel la Scuderia a été la troisième meilleure équipe. C'était prévisible étant donné ce que nous avions vu à Barcelone, où la voiture avait eu du mal en particulier dans le dernier secteur de ce circuit. La saison semble s'éloigner de l'équipe de Maranello, mais ce n'est pas le moment d'abandonner et il faut apprendre de ses erreurs pour pouvoir avancer."

Rejoignez la communauté Motorsport

Commentez cet article
Article précédent Renault aurait "aisément été 4e partout" fin 2018 avec le bloc 2019
Article suivant La technologie moteur actuelle de la F1 est "trop incroyable"

Meilleurs commentaires

Il n'y a pas de commentaire pour le moment. Souhaitez-vous en écrire un ?

Abonnez-vous gratuitement

  • Accédez rapidement à vos articles favoris

  • Gérez les alertes sur les infos de dernière minute et vos pilotes préférés

  • Donnez votre avis en commentant l'article

Motorsport Prime

Découvrez du contenu premium
S'abonner

Édition

France