Formule 1
C
GP d'Émilie-Romagne
18 avr.
Course dans
40 jours
C
GP du Portugal
30 avr.
Prochain événement dans
52 jours
09 mai
Prochain événement dans
58 jours
C
GP du Canada
13 juin
Course dans
97 jours
C
GP d'Autriche
04 juil.
Prochain événement dans
114 jours
C
GP de Grande-Bretagne
18 juil.
Course dans
131 jours
C
GP de Hongrie
01 août
Course dans
145 jours
C
GP de Belgique
29 août
Course dans
173 jours
C
GP des Pays-Bas
05 sept.
Course dans
180 jours
12 sept.
Course dans
187 jours
C
GP de Russie
26 sept.
Course dans
201 jours
C
GP de Singapour
03 oct.
Prochain événement dans
205 jours
10 oct.
Course dans
215 jours
C
GP des États-Unis
24 oct.
Course dans
230 jours
C
GP de Mexico
31 oct.
Course dans
237 jours
07 nov.
Course dans
243 jours

Claire Williams : "J'ai reçu un tas d'insultes"

Claire Williams a longuement évoqué les dernières années "incroyablement difficiles" qu'elle a passées à la tête de l'écurie familiale, avant de se résoudre à une vente devenue inéluctable.

Claire Williams : "J'ai reçu un tas d'insultes"

Depuis l'été dernier, l'écurie Williams n'est plus entre les mains de la famille qui l'a fondée, même si elle en porte toujours le nom et que Dorilton Capital, nouvel actionnaire majoritaire, a promis d'en perpétuer l'héritage. Pendant plus de six saisons, Claire Williams a dirigé l'équipe en prenant le relais de son père Frank, avant de se résoudre à passer la main, principalement faute de moyens pour assurer la pérennité de la structure.

Peu de temps après la vente de l'équipe, Claire Williams a décidé de démissionner et de ne plus être impliquée dans sa gestion. Pendant de longs mois auparavant, elle s'est attiré des critiques parfois acerbes, qu'elle a toutefois toujours pris soin d'ignorer pour se concentrer sur sa tâche. Dans une longue interview accordée au magazine britannique The Spectactor, elle revient sur cette période particulièrement compliquée.

"Les trois dernières années de mon mandat ont été incroyablement difficiles", rappelle-t-elle. "Mais il y a eu des circonstances atténuantes qui expliquent pourquoi nous nous sommes retrouvés là quand j'ai pris mes fonctions. Ils oublient que lorsque j'ai pris les commandes [en 2013], j'ai hérité d'une équipe qui avait terminé les trois précédentes saisons en neuvième, huitième et neuvième position. J'avais l'équipe depuis neuf mois et j'ai réussi à la ramener en moins d'un an à la troisième place du championnat, deux saisons de suite. Et puis il y a eu deux cinquièmes places. C'est pas mal pour une équipe qui, invariablement, a toujours été l'outsider, qui avait beaucoup moins de personnel, beaucoup moins de ressources et beaucoup moins d'argent que les équipes contre lesquelles nous nous battions."

J'aurais pu le faire si j'avais eu plus de temps et si j'avais eu l'argent.

Claire Williams

Claire Williams assume le fait de s'être retrouvée en première ligne, de par ses responsabilités. Néanmoins, elle souligne l'acharnement dépassant la raison qui l'a régulièrement ciblée, tout en insistant sur le fait qu'elle n'a jamais commis l'erreur de s'attarder dessus.

"Nous avons reçu beaucoup de soutien et nous avons conservé ce soutien durant les premières années de notre chute", admet-elle. "Mais ensuite, je crois que les gens ont commencé à se retourner un peu, et particulièrement contre moi. À juste titre : j'étais la patronne. Mais l'on prend certaines décisions parce que l'on pense que ce sont les bonnes, et parfois ces décisions ne vont pas dans votre sens, c'est ce qui s'est passé pour moi. J'ai évidemment reçu beaucoup de critiques pour ça. J'ai été scrutée de près. Apparemment, j'ai reçu un tas d'insultes sur les réseaux sociaux. Mais je ne pouvais pas écouter tout ça. Cela aurait absorbé une quantité d'énergie négative, et je devais me concentrer sur l'équipe, prouver à tout le monde que je pouvais le faire."

George Russell, Williams <

"Ce qui est revenu le plus souvent : 'Oh, c'est parce que c'est une femme'. Et il y avait aussi : 'Elle est là uniquement parce que c'est la fille de Frank, mettez-là dehors'. Je sais que j'en ai reçu beaucoup. Je me fiche de ce que les gens pensent ou écrivent là-dessus alors qu'ils n'ont jamais été à ma place et ne connaissent pas la vérité. On peut me jeter autant de boue que l'on veut, ça ne me colle pas à la peau. Si l'on veut m'accuser de ça, qu'on le fasse."

"J'étais la fille de mon père et c'est l'une des raisons pour lesquelles j'étais là, Dieu soit loué, car nous sommes une équipe familiale et les gens chez Williams voulaient que la nouvelle génération s'occupe de l'équipe et que la famille reste impliquée. C'était tout l'intérêt. Alors ceux qui critiquent le fait que j'aie succédé à mon père passent complètement à côté de l'importance de la famille et des générations futures."

Si Claire Williams s'exprime assez peu depuis qu'elle a quitté l'écurie familiale, elle a toujours assumé le fait d'avoir tout tenté pour sauver l'équipe. C'est cette même volonté qui a conduit à la vente de l'écurie, et si l'histoire peut a posteriori nourrir le sentiment d'échec, elle reste convaincue que ce ne sont pas ses capacités qui sont en cause. "Je pense que j'aurais pu le faire si j'avais eu plus de temps et si j'avais eu l'argent", avance-t-elle. "Mais nous n'avions pas le luxe d'avoir un gros sponsor titre ou un constructeur injectant 100 millions dans l'équipe chaque année."

partages
commentaires
Bottas : Les "commentateurs de canapé" me motivent

Article précédent

Bottas : Les "commentateurs de canapé" me motivent

Article suivant

Une première rencontre impromtue entre Sainz et les tifosi

Une première rencontre impromtue entre Sainz et les tifosi
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Équipes Williams
Auteur Basile Davoine
Volkswagen en F1 : les raisons d'y croire (enfin) Prime

Volkswagen en F1 : les raisons d'y croire (enfin)

Pour la troisième fois en moins de dix ans, le groupe Volkswagen flirte sérieusement avec la Formule 1. Et cette fois-ci, les chances de voir le géant allemand concrétiser son projet paraissent plus élevées que jamais.

Pourquoi l'Aston Martin est plus qu'une "Mercedes verte" Prime

Pourquoi l'Aston Martin est plus qu'une "Mercedes verte"

Le lancement de la nouvelle Formule 1 d'Aston Martin était l'un des événements les plus attendus de l'intersaison, les fans se demandant quel serait le look de l'AMR21.

Formule 1
7 mars 2021
Les évolutions Williams qui pourraient inverser la tendance Prime

Les évolutions Williams qui pourraient inverser la tendance

Après avoir produit une voiture en progrès mais manqué les points l'an passé, Williams débute l'ère Dorilton Capital avec la FW43B et avec comme objectif de grimper dans la hiérarchie de la F1 dès 2021.

Formule 1
6 mars 2021
Aston Martin : plus qu'une livrée verte, une structure à la Ferrari Prime

Aston Martin : plus qu'une livrée verte, une structure à la Ferrari

La présentation de l'Aston Martin était sans doute la plus attendue cette saison, alors que les nombreux changements apportés à l'équipe s'étendent bien au-delà d'un simple travail de peinture sur la livrée. Mais il est vrai que l'équipe n'aura pas à opérer un redémarrage et peut construire sur de solides fondations.

Formule 1
4 mars 2021
Les approximations qu'Ocon devra éviter avec Alpine et Alonso Prime

Les approximations qu'Ocon devra éviter avec Alpine et Alonso

Depuis son retour en F1, Esteban Ocon a connu une période difficile. De nouveaux défis l'attendent, puisqu'il a été rejoint par le double Champion du monde Fernando Alonso dans la nouvelle équipe Alpine. STUART CODLING établit une feuille de route à suivre pour franchir ce cap avec succès.

Formule 1
3 mars 2021
L'évolution récente des volants de Formule 1 Prime

L'évolution récente des volants de Formule 1

Les volants de Formule 1 ont drastiquement changé au fil des années, les pilotes disposant désormais de plus de contrôle, ce qui leur permet d'apporter les changements les plus subtils et de prendre l'avantage sur leurs rivaux.

Formule 1
2 mars 2021
L'impact qu'ont déjà les nouveaux investisseurs de McLaren Prime

L'impact qu'ont déjà les nouveaux investisseurs de McLaren

L'accord conclu par McLaren avec MSP Sports Capital l'an dernier non seulement aide l'écurie à financer la rénovation de ses infrastructures, ce dont elle avait bien besoin, mais est également un signe de l'avenir de la Formule 1.

Formule 1
1 mars 2021
La F1 à quatre roues directrices qui a failli rouler en Grand Prix Prime

La F1 à quatre roues directrices qui a failli rouler en Grand Prix

Pour la beauté du geste avant l'interdiction définitive de nombreuses aides en 1994, Benetton voulait faire rouler en Grand Prix sa B193C en fin de saison 1993, ce qui aurait fait d'elle la première voiture à quatre roues directrices à prendre un départ en F1...

Formule 1
28 févr. 2021