Course - Le récital implacable de Valtteri Bottas

Valtteri Bottas a livré un Grand Prix d'Australie de toute beauté pour s'imposer avec aisance, ayant survolé la course de bout en bout et creusé un impressionnant écart sur l'ensemble du plateau, dont son équipier, le poleman Lewis Hamilton.

Course - Le récital implacable de Valtteri Bottas

Après une minute de silence tenue en la mémoire de Charlie Whiting, membre proéminent de la discipline décédé jeudi, les 20 pilotes du plateau F1 2019 ont pris place sur la grille de départ du Grand Prix d'Australie, manche d'ouverture d'une nouvelle excitante saison F1, sous la bienveillance d'un nouveau directeur de course entrant dans d'immenses chaussures, Michael Masi.

À l'âge de 34 ans, Lewis Hamilton a lancé sa campagne de défense de sa cinquième couronne mondiale par une spectaculaire pole position, signée devant son équipier Valtteri Bottas. Sur la seconde ligne de la grille de départ, Sebastian Vettel (Ferrari) et Max Verstappen (Red Bull) n'ont pas été en mesure de se mêler à la bataille pour venir troubler la domination des Flèches d'Argent, mais sont parvenus à contenir Charles Leclerc (Ferrari) et Romain Grosjean (Haas) ainsi qu'un groupe de pilotes plus serré que jamais en termes de performances.

Bottas intouchable

Au départ, Bottas prenait le commandement avec autorité dès l'abord du premier virage des mains de son équipier, bouclant le premier tour avec une seconde pleine d'avance, lui-même une seconde devant Vettel. Des premiers mètres catastrophiques pour le héros local Daniel Ricciardo (P12 sur la grille), qui perdait son aileron avant dès la ligne droite en passant très légèrement dans l'herbe alors qu'il tentait de passer la Racing Point de Sergio Pérez sur le côté droit, et tandis que Verstappen parvenait à rester intercalé entre les deux Ferrari.

 

Premier pilote de la grille parti avec les pneus mediums (C3), Antonio Giovinazzi (Alfa Romeo), passait de la 14e à la 17e place au premier tour, tandis que Pierre Gasly (Red Bull), lui aussi en mediums, ne parvenait à tirer parti d'une monoplace supérieure à celle de ses voisins de grille, et demeurait 16e. Fermant la marche depuis le début d'un week-end de retour en F1 cauchemardesque du point de vue de la performance de sa Williams, Robert Kubica touchait l'aileron de la monoplace de Gasly et pointait déjà à 70 secondes du commandement après 6 boucles et un passage aux stands.

Six boucles durant lesquelles Bottas faisait passer son avance à 2''4 sur Hamilton, disposant lui-même d'un coussin de 2''0 Vettel, installé 1''0 devant Verstappen et 4''0 devant son équipier Leclerc, vu à la faute quelques instants plus tard dans l'herbe, et encore une poignée de secondes additionnelles. Le premier représentant du "Best of the Rest", Kevin Magnussen (Haas), était déjà à 14 secondes, devant Grosjean, Hülkenberg (Renault), Räikkönen (Ferrari) et Norris (McLaren).

Sainz premier abandon, cauchemar dans les stands pour Haas

C'est au 11e passage, alors que l'avance de Bottas approchait des 4''0, et que Kubica avait déjà concédé un tour au leader, que Sainz (McLaren) voyait un début d'incendie à l'arrière de sa monoplace mettre un terme à son Grand Prix.

 

La valse des premiers arrêts aux stands débutait dans les instants suivants, lancée par Kimi Räikkönen, et alors que Hamilton alignait pour la première fois de la course un tour plus rapide que Bottas. Chez les leaders, Vettel était le premier à passer les pneus mediums au 14e passage et se relancer en piste à 31 secondes du commandement, qui alignait à son tour un meilleur chrono, en 1'28''217, tandis que Hamilton observait son arrêt dans le 15e passage. Le cauchemar des arrêts aux stands australiens reprenait chez Haas, Grosjean restant exagérément immobilisé en raison d'une roue avant gauche récalcitrante, qui le voyait libéré en piste en 14e position et devant âprement défendre face à Alexander Albon.

En contrôle absolu, le leader Bottas attendait le 23e passage pour passer aux stands, alignant toujours avec des pneus tendres usés des chronos largement plus rapides que ceux de Hamilton avec ses mediums neufs, et laissant très provisoirement les commandes à un endurant Verstappen... et au moteur Honda hybride pour la première fois ! 

 

Stratégies pneumatiques très différentes chez les top teams

Doté de ses mediums plus frais de sept boucles que ceux de Hamilton, Bottas remettait le rouleau compresseur immédiatement en marche sur trois meilleurs secteurs dès son premier tour lancé, et un impressionnant 1'27''338 plus rapide de 0''6 que le temps de Hamilton, désormais distancé de près de 15''0.

Verstappen choisissait le 25e passage pour chausser ses mediums plus frais de dix tours que ceux de Vettel, P4, derrière qui il reprenait la piste avec 2''5 de retard. Dans une stratégie aussi décalée de celle de son équipier, Leclerc était le dernier du groupe de tête à enfin s'arrêter aux stands au 29e tour, mais chaussait notablement le composé Pirelli dur, avec peu à perdre en 5e position et un gros matelas sur le "groupe B".

Il ne fallait attendre que le 31e passage pour voir Verstappen porter une attaque gagnante sur Vettel dans le troisième virage et s'emparer de la troisième position en piste, tandis que deux abandons successifs de Ricciardo -n'ayant plus rien à tirer de son GP local et appelé au garage- et Romain Grosjean (défaillance mécanique) venaient réduire le plateau. Que les amateurs de la série Netflix sur la F1 se réjouissent : le premier épisode de la saison 2 ne manquera pas de jurons de Günther Steiner !

 

Bottas fait passer l'addition à près de 20 secondes

L'impressionnante maîtrise de Bottas était illustrée par une avance passée à 19 secondes en arrivant au cap du 33e tour, tandis que Hamilton se plaignait dans sa radio du fait "de ne pas avoir de train arrière", et ne disposait plus que de 1''5 d'avance sur Verstappen et 5''5 sur un Vettel concédant de son côté du terrain. L'avance du Finlandais passait sereinement à 25 secondes à l'abord du 43e passage.

Engagé dans une longue course de remontée, Gasly était le dernier à passer par les stands après avoir fait tenir ses mediums jusqu'au 38e passage et avoir pointé P6. Mais la sortie des stands ne se passait pas comme prévu : ressorti juste devant la Toro Rosso de Kvyat, il se voyait cependant dépassé par le Russe pour la 10e position en raison d'une moins bonne sortie du virage 2. Le Français, disposant désormais des pneus tendres, se retrouvait à bouillir derrière le pilote de la junior team, sachant le groupe de la P6 à la P9 composé de Magnussen, Hülkenberg, Räikkönen et Stroll dans un delta 10 secondes devant, avant d'abdiquer et laisser de l'air à Kvyat.

 

Attaque maximale pour le point du meilleur tour ! 

Les 10 derniers tours donnent lieu à un tassement entre Vettel, contraint à la défense avec des pneus fatigués, et Leclerc, revenu dans son aspiration. Sans que les discussions radio ne soient entendues, on comprend vite la décision prise par la Scuderia lorsque Leclerc passe soudain à 3 secondes de son équipier après avoir été à quelques mètres de son aileron arrière.

Devant, c'est la démonstration de l'implacable confiance d'un Bottas contestant dans la radio le choix conservateur de son équipe à "ne prendre aucun risque" pour aller chercher le meilleur tour en course. "Est-ce que je m'arrête pour des pneus et tenter le meilleur tour ?", interroge le Finlandais à la radio, du haut de son coussin de 24 secondes d'avance. "Je veux 26 points !" Face à la négative, la réponse fuse : "OK, j'essaierai quand même [comme ça]". C'est pourtant Verstappen qui s’octroie l'accessit temporairement, au point de revenir menacer Hamilton dans les derniers kilomètres, alors que le Champion demande lui aussi de la puissance moteur avec un mode décomplexé. "J'ai besoin de ce point, mec", lance-t-il à son ingénieur.

L'impression de sérénité absolue donnée par Bottas aux commandes d'un GP qui devient sa première victoire depuis celle du Grand Prix d'Abu Dhabi 2017, il y a 22 GP, a été forte, en Australie. Finalement auteur du meilleur tour en course dans l'avant dernier passage, il ne lui aura finalement manqué ce week-end que les quelques centièmes l'ayant séparé de la pole position, samedi. Mais les 26 points inscrits ce dimanche, et la prise des commandes du championnat du monde 2019, lui ont à coup sûr déjà fait oublier cela !

Australia GP d'Australie

  Pilote Équipe Trs Écart Pts
1 Finland Valtteri Bottas   Mercedes 58   26
2 United Kingdom Lewis Hamilton   Mercedes 58 20.886 18
3 Netherlands Max Verstappen   Red Bull 58 22.520 15
4 Germany Sebastian Vettel   Ferrari 58 57.109 12
5 Monaco Charles Leclerc   Ferrari 58 58.230 10
6 Denmark Kevin Magnussen   Haas 58 1'27.156 8
7 Germany Nico Hülkenberg   Renault 57 1 tour 6
8 Finland Kimi Räikkönen   Alfa Romeo 57 1 tour 4
9 Canada Lance Stroll   Racing Point 57 1 tour 2
10 Russian Federation Daniil Kvyat   Toro Rosso 57 1 tour 1
11 France Pierre Gasly   Red Bull 57 1 tour  
12 United Kingdom Lando Norris   McLaren 57 1 tour  
13 Mexico Sergio Pérez   Racing Point 57 1 tour  
14 Thailand Alexander Albon   Toro Rosso 57 1 tour  
15 Italy Antonio Giovinazzi   Alfa Romeo 57 1 tour  
16 United Kingdom George Russell   Williams 56 2 tours  
17 Poland Robert Kubica   Williams 55 3 tours  
18 France Romain Grosjean   Haas 29    
19 Australia Daniel Ricciardo   Renault 28    
20 Spain Carlos Sainz  McLaren 9    


partages
commentaires
LIVE F1 - Le GP d'Australie en direct

Article précédent

LIVE F1 - Le GP d'Australie en direct

Article suivant

Valtteri Bottas élu "Pilote du Jour" du GP d'Australie 2019

Valtteri Bottas élu "Pilote du Jour" du GP d'Australie 2019
Charger les commentaires
Comment Ferrari a donné tort à Charles Leclerc Prime

Comment Ferrari a donné tort à Charles Leclerc

Ferrari a impressionné en signant la pole position à Monaco et à Bakou. Voici comment la Scuderia a redressé la barre après une saison 2020 difficile.

Ces moments de joie qui soulignent le problème majeur de la F1 Prime

Ces moments de joie qui soulignent le problème majeur de la F1

Les victoires tant attendues des anciens pilotes de Formule 1 Marcus Ericsson et Kevin Magnussen le week-end dernier, respectivement en IndyCar et en IMSA, ont rappelé à la F1 ce qui lui manque. Mais avec les nouvelles règles visant à équilibrer le plateau, l'optimisme renaît quant à la possibilité pour davantage de pilotes de lutter pour des succès autrefois inespérés.

Formule 1
17 juin 2021
Ces ruses autour des pneus qui vont désormais être interdites Prime

Ces ruses autour des pneus qui vont désormais être interdites

Les conclusions de Pirelli sur les défaillances des pneus à Bakou n'ont pas complètement rejeté la faute sur les équipes, mais la fermeté de la réponse de la FIA laisse peu de place au doute.

Formule 1
16 juin 2021
L'heure a sonné pour l'outil de conception le plus fiable de la F1 Prime

L'heure a sonné pour l'outil de conception le plus fiable de la F1

Le travail en soufflerie constitue le fondement du développement aérodynamique d’une Formule 1. Cependant, les progrès de la recherche virtuelle annoncent la disparition de cet outil coûteux et compliqué.

Formule 1
15 juin 2021
Comment Pérez fait face à la complexe culture Red Bull Prime

Comment Pérez fait face à la complexe culture Red Bull

Sergio Pérez a passé la majorité de sa carrière à piloter en milieu de peloton, se demandant s'il aurait un jour une chance d'accéder à une équipe de pointe. Red Bull lui a donné cette opportunité, et bien que la vie au sommet soit difficile, le vainqueur de Bakou fait tout ce qu'il faut pour s'entendre avec Max Verstappen.

Formule 1
14 juin 2021
Quand Kubica gagnait et Honda faisait d'Alonso sa cible n°1 Prime

Quand Kubica gagnait et Honda faisait d'Alonso sa cible n°1

Le Grand Prix du Canada 2008 s'était apparenté à de véritables montagnes russes en piste comme en dehors, et avait été absolument passionnant à couvrir depuis le paddock. Voici pourquoi.

Formule 1
13 juin 2021
Un calendrier de 23 Grands Prix en péril Prime

Un calendrier de 23 Grands Prix en péril

Après l’annonce de l’annulation du Grand Prix de Singapour à cause des restrictions sanitaires en vigueur, la Formule 1 cherche des alternatives pour conserver un calendrier de 23 courses. Mais ce projet audacieux est-il voué à l’échec ?

Formule 1
12 juin 2021
Quand Alesi, cheval fougueux de la F1, a rejoint le Cheval Cabré Prime

Quand Alesi, cheval fougueux de la F1, a rejoint le Cheval Cabré

Jean Alesi a immédiatement marqué la Formule 1 lors de ses débuts avec Tyrrell, mais sa décision de rejoindre Ferrari plutôt que Williams en 1991 était une erreur de jugement, dans une saison au cours de laquelle les luttes politiques internes ont miné le développement de la monoplace...

Formule 1
11 juin 2021