Ricciardo veut être "idéalement placé" pour jouer le titre 2024

Vivant une saison difficile chez McLaren, Daniel Ricciardo pense déjà à l'avenir.

Ricciardo veut être "idéalement placé" pour jouer le titre 2024

Zak Brown l'a récemment affirmé : McLaren se devra de jouer le titre en 2024 lorsque la structure de Woking aura mis à niveau ses infrastructures, avec notamment une nouvelle soufflerie qui sera enfin opérationnelle après avoir été retardée par la pandémie. L'écurie utilise l'ancienne soufflerie Toyota, à Cologne (Allemagne), depuis une décennie environ.

"Ce que je peux dire, c'est que nous aurons rattrapé notre retard d'ici 2024 avec toutes nos infrastructures, et plus particulièrement la soufflerie. Je crois que nous n'aurons aucune excuse pour la saison 2024", a déclaré Brown, PDG de McLaren Racing.

Lire aussi :

Daniel Ricciardo suivra ce dossier de près, lui qui végète en milieu de tableau depuis qu'il a quitté Red Bull Racing fin 2018, avec seulement deux podiums à se mettre sous la dent lors des 50 derniers Grands Prix, disputés en grande partie chez Renault. Or, avec un point et demi marqué en moyenne par course en 2017, puis trois en 2018, sept en 2019, douze l'an passé et quinze cette saison, McLaren est clairement sur une pente ascendante ; l'Australien a bien l'intention d'en profiter, même si les dernières marches seront les plus difficiles à monter.

"Je suis conscient que l'équipe est sur une très bonne trajectoire, mais il reste quelques obstacles qui vont probablement nous empêcher de nous battre pour le titre l'année prochaine, voire la suivante", analyse-t-il. "Mais c'est la réalité actuelle : la soufflerie est une pièce énorme du puzzle. C'est peut-être la dernière pièce manquante du puzzle pour l'équipe."

"Mon état d'esprit actuel est vraiment d'essayer de continuer à construire sur ma situation actuelle lors des deux prochaines années avec McLaren, dans l'espoir d'être idéalement placé pour cette saison 2024. Cela paraît fou d'en parler avec tant d'avance. Mais il faut parfois réfléchir ainsi."

Daniel Ricciardo, McLaren MCL35M

Ricciardo ne cache pas avoir dû revoir ses objectifs à la baisse depuis qu'il a quitté Red Bull, lui qui n'a pas gagné depuis plus de trois ans et le Grand Prix de Monaco 2018, mais il parvient à rester motivé malgré tout. "D'une certaine manière, il faut changer un petit peu", explique-t-il. "Il faut créer différentes victoires dans son esprit, qu'une victoire ne soit pas forcément toujours la première place. L'an dernier, une victoire chez Renault, c'était faire un podium avec cette voiture. Je savais que si j'étais capable de faire ça, j'en tirerais cette satisfaction. En fin de compte, il n'y a rien de mieux que gagner, c'est pour ça que je me suis engagé là-dedans quand j'étais jeune et que j'ai essayé de faire tout ça."

"Je sais qu'on ne gagne que si on est dans ce top team ou peut-être dans ces quatre voitures par an. Sinon, il faut se fixer d'autres objectifs pour garder une cote élevée et rester motivé. C'est probablement le seul sport au monde qui ait un pourcentage de victoire si faible. Dans un sport d'équipe, on gagne 50% du temps. Alors qu'en F1, je ne sais pas, mon taux de victoire est sûrement de 2% [en réalité 3,5%, ndlr]. C'est fou. On trouve d'autres manières de prendre du plaisir, j'imagine."

Cependant, une chose est sûre : si McLaren parvient à faire son retour parmi les top teams, Ricciardo devra afficher un meilleur niveau qu'actuellement pour avoir la moindre chance de titre, puisqu'il évolue presque constamment dans l'ombre de son jeune coéquipier Lando Norris. Ce dernier a déjà marqué 113 points en onze Grands Prix ; Ricciardo, qui ne l'a dominé en performance qu'au Portugal, n'a inscrit que 50 unités en 2021. Du haut de ses 32 ans, il estime toutefois avoir la capacité mentale de gérer cette situation délicate.

"Ne vous méprenez pas, je fais de mon mieux ! Je veux toute la gloire dès maintenant !" sourit le pilote McLaren. "Mais j'imagine que cette expérience me fait comprendre que c'est un vrai processus. J'imagine qu'avec l'âge, la sagesse et probablement la maturité, je gagne en sang-froid par rapport à quand j'étais plus jeune : je m'attendais à tout avoir, et ça ne venait pas. [Avec cette mentalité], j'aurais probablement piqué quelques colères et pété les plombs, pour le dire ainsi."

"C'est pourquoi être ici depuis un moment désormais m'aide un peu à respirer un bon coup, prendre du recul, passer les choses en revue et comprendre qu'il y a une raison pour laquelle ça ne se passe pas super bien en ce moment. Il faut que je trouve des réponses plutôt que de lever les bras en l'air et de laisser tomber."

Propos recueillis par Luke Smith

partages
commentaires
Red Bull ne pouvait se résoudre à sacrifier le développement 2021

Article précédent

Red Bull ne pouvait se résoudre à sacrifier le développement 2021

Article suivant

L'ambitieux plan d'Alfa Romeo peut attirer des top pilotes

L'ambitieux plan d'Alfa Romeo peut attirer des top pilotes
Charger les commentaires
Le "pas en arrière" qui sera bénéfique à la F1 Prime

Le "pas en arrière" qui sera bénéfique à la F1

Ses jours étant apparemment comptés, le MGU-H semble devoir être supprimé des futures règles moteur de la Formule 1, afin d'attirer de nouveaux constructeurs. Bien que cela puisse apparaître comme un changement de direction, les avantages pour les équipes et les fans pourraient faire de cette décision un choix judicieux.

Pourquoi le duel 2021 pour le titre est encore loin du pire Prime

Pourquoi le duel 2021 pour le titre est encore loin du pire

La Formule 1 reprend ses droits pour le Grand Prix de Russie, deux semaines après le dernier épisode du combat entre Max Verstappen et Lewis Hamilton. Alors que les incidents de Silverstone et de Monza ont suscité la controverse, ils manquaient heureusement d'un élément qui, jusqu'à présent, sépare la lutte pour le titre de 2021 des pires exemples de batailles peu glorieuses...

Formule 1
23 sept. 2021
Comment la Formule 1 s'est rendue peu attrayante pour les nouvelles équipes Prime

Comment la Formule 1 s'est rendue peu attrayante pour les nouvelles équipes

Le plafonnement des budgets en Formule 1 a été présenté comme le sauveur de plusieurs équipes et a contribué à garantir leur viabilité pour les investisseurs. Mais il existe déjà un autre mécanisme qui a eu le même effet et qui dissuade fortement ceux qui ont les moyens de créer seuls une nouvelle équipe.

Formule 1
22 sept. 2021
Le défi colossal d'une écurie qui "mérite mieux" Prime

Le défi colossal d'une écurie qui "mérite mieux"

Qui mieux que le directeur technique d'Alfa Romeo pour décrire avec précision les enjeux majeurs auxquels est confrontée l'écurie pour préparer 2022 ? Motorsport.com s'est longuement entretenu avec Jan Monchaux.

Formule 1
20 sept. 2021
Vettel et Schumacher, un lien fort et précieux Prime

Vettel et Schumacher, un lien fort et précieux

Mick Schumacher n'est pas le seul "fils de" à avoir atteint la Formule 1, mais il y est parvenu en l'absence de son père ces dernières années. Pour Sebastian Vettel, Michael a été une idole d'enfance puis un mentor et désormais, l'Allemand joue le rôle de "grand frère" pour Mick. Que sait-on vraiment de la place qu'il occupe dans la progression du nouveau Schumacher ?

Formule 1
19 sept. 2021
L'autre incident du GP d'Italie dont la F1 devrait se soucier Prime

L'autre incident du GP d'Italie dont la F1 devrait se soucier

Le crash de Max Verstappen et Lewis Hamilton a fait les gros titres lors du Grand Prix d'Italie. Le Halo a permis au pilote Mercedes de ne pas être blessé, mais deux jours plus tôt, la Formule 1 avait déjà échappé au pire, cette fois-ci dans la voie des stands.

Formule 1
18 sept. 2021
Daniel Ricciardo, la transformation estivale Prime

Daniel Ricciardo, la transformation estivale

Entre les difficultés du printemps et sa victoire retentissante au Grand Prix d'Italie, Daniel Ricciardo s'est transformé d'une manière quasiment inattendue.

Formule 1
16 sept. 2021
Enrique Bernoldi, le rookie oublié de la cuvée 2001 Prime

Enrique Bernoldi, le rookie oublié de la cuvée 2001

En 2001, Kimi Räikkönen, Juan Pablo Montoya et Fernando Alonso, ayant tous mis fin au règne de Michael Schumacher, ont fait leurs débuts en Formule 1. Le quatrième rookie de l'année, Enrique Bernoldi, n'a pas connu une carrière aussi heureuse.

Formule 1
15 sept. 2021