EL1 - Leclerc sur le fil, des drapeaux rouges à la pelle

Charles Leclerc (Ferrari) a signé le meilleur temps d'une séance d'Essais Libres 1 perturbée par la pluie et qui a vu plusieurs incidents déclenchant trois drapeaux rouges.

EL1 - Leclerc sur le fil, des drapeaux rouges à la pelle

La pluie tombe sur Monza et la piste est détrempée au moment d'attaquer le week-end du Grand Prix d'Italie, où il fait 16°C dans l'air et 19°C sur la piste. Les Haas sont les premières monoplaces en piste, en gommes pluie (bleues), bientôt suivies par une partie du peloton, dont les Ferrari. Vettel est d'ailleurs contraint à un tout droit dans l'échappatoire dès la sortie des stands ; il ne sera pas le seul à connaître ce sort. Verstappen quitte ensuite les stands, en intermédiaires (verts), mais y revient rapidement ; une partie de ses mécaniciens s'affaire sur l'arrière de la RB15, au niveau du moteur.

Lire aussi :

Norris est le premier pilote à signer un temps, en intermédiaires, avec 1'38"5 puis 1'36"5, au moment où Hamilton et Bottas s'aventurent sur le circuit pour un tour de découverte. Les Renault se joignent au Britannique sur la feuille des temps, avant que Kvyat ne s'empare des commandes en 1'35"8.

Trois drapeaux rouges en une demi-heure

Après 25 minutes de roulage, le drapeau rouge est brandi pour une sortie de piste, sans gravité, dans la Parabolique, de Räikkönen. Le Finlandais a perdu l'Alfa Romeo à la réaccélération avant d'aller percuter le mur par l'arrière. Le choc est relativement fort et l'aileron arrière, au minimum, est abîmé. Il est à noter qu'au moment du drapeau rouge, Sainz a été surpris à la sortie d'Ascari et a effectué un 360° sur la piste, sans dommages.

Lire aussi :

Après rapatriement de l'Alfa dans le garage, la séance reprend avec 57 minutes au compteur. Et est interrompue quasi immédiatement suite à une sortie de piste de Pérez à la sortie d'Ascari. Le Mexicain, indemne, allait à faible allure quand il a perdu le contrôle et semblait pouvoir se rattraper, à l'image de Sainz, mais finalement il a relâché les freins trop tôt et est allé percuter par l'arrière le mur de pneus à gauche de la ligne droite de retour. L'aileron arrière est détruit, tout comme le demi-train avant gauche et l'aileron avant. 

La séance reprend pour 47 minutes de roulage. Hülkenberg se hisse en haut de la feuille des temps en 1'35"5, avant que Verstappen puis Ricciardo ne passent devant. L'Australien inscrit 1'34"5 mais le Néerlandais n'a pas dit son dernier mot puisqu'il réalise 1'33"8. Peu après, Gasly subit un tête-à-queue à la sortie des stands et vient poser la Toro Rosso sur le boudin orange de la première chicane. La direction de course déclenche le drapeau rouge mais le Français parvient à se sortir de cette situation lui-même et à repartir, avec l'aide des commissaires de piste. 

La fête du slick

Le drapeau vert est de retour avec un peu moins de quarante minutes restantes. Kvyat s'empare de la tête, en 1'33"7, mais cela est de courte durée : Leclerc puis Sainz font mieux. Le Russe ne tarde toutefois pas à retrouver les avant-postes en 1'32"7. La piste s'améliore de façon notable désormais et les temps s'abaissent rapidement avec les gommes intermédiaires : Norris, Albon, Sainz puis Leclerc se succèdent au premier rang. Le Monégasque descend en 1'31"2. Hamilton, pour son tout premier tour chronométré, prend la seconde position provisoire à une demi-seconde de la Ferrari #16.

Lire aussi :

Albon améliore encore le temps de référence, avec 0"040 d'avance sur Leclerc. Mais les Mercedes font encore mieux, avec Hamilton en 1'30"7 et Bottas en 1'30"9. Bottas, sur un nouveau tour lancé, passe devant son équipier pour 0"153, mais la piste s'est grandement vidée, sans doute en raison de ces conditions intermédiaires, avec certaines portions sèches et d'autres assez détrempées, qui risquent d'user la gomme, alors que l'allocation dans ce domaine est limité.

Chez Ferrari, on décide alors de chausser les pneus slicks mediums (jaunes) quand d'autres pilotes passent les tendres (rouges), à l'image des Mercedes. Les premiers tours sont compliqués sur une piste toujours humide dans certaines zones de freinage mais les temps finissent par s'améliorer. Kvyat prend la tête en 1'29"9, Sainz fait mieux en 1'29"4 puis 1'28"2. C'est finalement Leclerc qui signe le meilleur temps absolu de ces EL1, en 1'27"905, alors que derrière lui Hamilton est gêné par Vettel et ne peut qu'échouer à huit dixièmes de la Ferrari #16. Les McLaren se sont intercalées entre les deux hommes.

Italy GP d'Italie - Essais Libres 1

P. Pilote Constructeur Tours Temps Écart
1 Monaco Charles Leclerc Ferrari 20 1'27.905  
2 Spain Carlos Sainz Jr. McLaren 25 1'28.211 0.306
3 United Kingdom Lando Norris McLaren 23 1'28.450 0.545
4 United Kingdom Lewis Hamilton Mercedes 11 1'28.730 0.825
5 Thailand Alexander Albon Red Bull 19 1'29.025 1.120
6 Russian Federation Daniil Kvyat Toro Rosso 25 1'29.960 2.055
7 Netherlands Max Verstappen Red Bull 11 1'30.10 2.195
8 Germany Sebastian Vettel Ferrari 19 1'30.507 2.602
9 Finland Valtteri Bottas Mercedes 11 1'30.596 2.691
10 France Pierre Gasly Toro Rosso 26 1'30.695 2.790
11 Italy Antonio Giovinazzi Alfa Romeo 22 1'32.848 4.943
12 Canada Lance Stroll Racing Point 9 1'33.976 6.071
13 Australia Daniel Ricciardo Renault 10 1'34.528 6.623
14 Denmark Kevin Magnussen Haas 7 1'34.715 6.810
15 Germany Nico Hülkenberg Renault 10 1'35.133 7.228
16 France Romain Grosjean Haas 7 1'35.980 8.075
17 Poland Robert Kubica Williams 12 1'37.816 9.911
18 United Kingdom George Russell Williams 12 1'38.421 10.516
19 Mexico Sergio Pérez Racing Point 4    
20 Finland Kimi Räikkönen Alfa Romeo 4    
partages
commentaires
Conseiller Mercedes en F1, Aldo Costa va rejoindre Dallara
Article précédent

Conseiller Mercedes en F1, Aldo Costa va rejoindre Dallara

Article suivant

Grosjean ou Hülkenberg : "Pas une décision claire" pour Haas

Grosjean ou Hülkenberg : "Pas une décision claire" pour Haas
Charger les commentaires
Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton Prime

Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton

Juan Manuel Fangio, sans égal sur la piste et en dehors, a été le premier à définir ce qu'était un grand pilote de Formule 1. Nigel Roebuck retrace l'histoire d'un remarquable champion.

Formule 1
21 janv. 2022
Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing Prime

Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing

Pendant de longues années, Daniel Ricciardo n'avait pas une haute estime de la course virtuelle, plus connue sous le nom de simracing. Mais le pilote McLaren a aujourd'hui un avis bien différent.

Formule 1
19 janv. 2022
Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari Prime

Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari

S'étant établi comme vainqueur en Grand Prix lors de ses deux premières saisons en Formule 1, Jackie Stewart a connu une campagne 1967 désastreuse avec BRM, ce qui l'a mené à rencontrer Ferrari, finalement sans rejoindre la Scuderia... Il est alors devenu invincible avec Ken Tyrrell.

Formule 1
11 janv. 2022
Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin Prime

Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin

Le départ d'Otmar Szafnauer représente la fin d'une ère pour l'écurie basée à Silverstone, actuellement connue sous le nom d'Aston Martin.

Formule 1
6 janv. 2022
L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton Prime

L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton

La rivalité de Lewis Hamilton avec Max Verstappen a marqué la saison 2021. Le septuple Champion du monde a de nouveau affronté le plus célèbre des noms néerlandais en sports mécaniques, mais la première fois, c'était quand il avait onze ans, face au père de Verstappen, Jos.

Kart
4 janv. 2022
Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans Prime

Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix de Formule 1, triomphal à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans.

Formule 1
30 déc. 2021
Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1 Prime

Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix, triomphant à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans. Le Colombien revient sur ces grands succès, à commencer par ceux de son ascension vers la Formule 1.

Formule 1
29 déc. 2021
Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote Prime

Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote

Lola espérait retrouver le succès en Formule 1 en 1997 mais l'aventure, précipitée par Mastercard, a tourné au fiasco.

Formule 1
25 déc. 2021