EL2 - Vettel 0"021 devant Leclerc, Toro Rosso multiplie les ennuis

Sebastian Vettel (Ferrari) a signé le meilleur temps des EL2 du Grand Prix du Brésil 2019 de F1, d'un souffle devant son équipier Charles Leclerc. La séance a été marquée par deux drapeaux rouges et une fin de roulage très difficile pour Toro Rosso.

EL2 - Vettel 0"021 devant Leclerc, Toro Rosso multiplie les ennuis

C'est cette fois sur une piste en grande partie sèche, avec 24°C au sol et 20°C dans l'air, que les pilotes débutent la seconde séance d'essais du week-end. Le ciel reste couvert mais l'activité sur le tracé se veut importante dès les premiers instants. Giovinazzi (en pneus mediums, jaunes) fixe la première référence, en 1'11"7, rapidement devancée par Bottas, en 1'10"8 et en pneus durs (blancs).

Dès la cinquième minute de la séance, le drapeau rouge est brandi. Surpris par une zone d'humidité à l'intérieur du troisième virage, au niveau de la ligne blanche, Kubica perd l'arrière de sa Williams à l'accélération, contre-braque en coupant les gaz, reprend soudainement de l'adhérence et part définitivement en tête-à-queue vers le dégagement en herbe humide. Il percute ensuite le rail extérieur, d'abord par l'avant gauche puis par l'arrière gauche. La FW42 est détruite sur sa partie gauche et au niveau de l'aileron avant mais le pilote en sort seul, visiblement indemne. 

Lire aussi :

La séance reprend sept minutes plus tard et Verstappen ne tarde pas à se signaler avec 1'10"0, en mediums. Hamilton fait mieux, sur les mêmes gommes, en 1'09"9 ; le Britannique se plaint pourtant d'un rétrogradage agressif de la part de sa boîte de vitesses. Leclerc prend à son tour la première position, en 1'09"8, lui aussi en mediums. Vettel met tout le monde d'accord, avec 1'09"5 (mediums). En rentrant aux stands, quelques dégâts sont constatés sur l'avant du châssis de la RB15 de Verstappen, le T-tray (l'avant du fond plat) semblant touché, peut-être par un passage sur un vibreur.

Après 25 minutes, des gouttes de pluie, de plus en plus importantes, sont signalées et visibles. La piste se vide petit à petit. Après l'alerte sur le fond plat, Verstappen se retrouve seul sur le circuit à une heure de la fin de séance, dans des conditions qui semblent se stabiliser. Dans le garage McLaren, on travaille sur le capot moteur et cela fait quelques étincelles. Une fois rentré au stand, le #33 est de nouveau l'objet d'attention des mécaniciens et ingénieurs : cette fois, le DRS pose question.

Quand il y a de la gêne... 

À mi-séance, les premiers pneus tendres sont de sortie. Mais personne n'en profite chez Mercedes ou Vettel dans le premier tour : le Finlandais a gêné son équipier puis l'Allemand au début de la remontée vers la ligne droite de départ arrivée, déclenchant un mouvement d'humeur des deux Champions du monde. Leclerc n'en a cure et signe 1'09"2, mais Vettel fait ensuite mieux de 0"021 alors que Bottas est lui repoussé à un dixième. Manque de chance pour Hamilton : sur sa première véritable tentative, il rencontre un Gasly en difficulté dans le premier virage et est surpris. Il doit tirer tout droit dans l'échappatoire. Un premier virage qui a d'ailleurs piégé Kvyat quelques minutes auparavant, avec un tête-à-queue à la clé pour le Russe, sans dommages. Dans la même séquence, Verstappen s'intercale entre les Ferrari et les Mercedes, à un dixième de Vettel, alors que Hamilton finit par émarger à deux dixièmes de la tête.

Lire aussi :

À l'entame de la dernière demi-heure, on note un unsafe release de la part de Ferrari qui a relâché Leclerc alors que Bottas traversait la voie des stands. Le Finlandais a été contraint de ralentir et de faire un mouvement vers la droite. Les commissaires jugent que l'incident ne mérite pas d'action ; sans doute cet unsafe release était-il dans le fameux "seuil de tolérance" des instances. 

Vingt minutes avant le drapeau à damier, Gasly est contraint d'immobiliser sa Toro Rosso en piste : le Français signale un "problème moteur" à la sortie du S de Senna, avec de la fumée qui est vite apparue à l'arrière de la monoplace. Le Virtual Safety Car est déployé mais la STR est vite mise derrière les rails. Une fin de séance décidément compliquée pour l'écurie italienne puisque Kvyat sort de piste dans le dernier freinage, si lentement qu'il n'y a quasiment aucun dégâts au moment de son contact avec les barrières de protection. Le Russe a visiblement été victime d'un problème d'alimentation au moment de tourner. L'arrière de sa voiture prend légèrement feu, mais le début d'incendie est contrôlé par les commissaires de piste. Le drapeau rouge est brandi et la séance prend fin.

Brazil GP du Brésil - Essais Libres 2

P. Pilote Constructeur Tours Temps Écart
1 Germany Sebastian Vettel Ferrari 30 1'09.217  
2 Monaco Charles Leclerc Ferrari 35 1'09.238 0.021
3 Netherlands Max Verstappen Red Bull 33 1'09.351 0.134
4 Finland Valtteri Bottas Mercedes 37 1'09.373 0.156
5 United Kingdom Lewis Hamilton Mercedes 39 1'09.440 0.223
6 Denmark Kevin Magnussen Haas 38 1'10.143 0.926
7 Australia Daniel Ricciardo Renault 32 1'10.194 0.977
8 Finland Kimi Räikkönen Alfa Romeo 39 1'10.210 0.993
9 Thailand Alexander Albon Red Bull 31 1'10.275 1.058
10 Spain Carlos Sainz Jr. McLaren 38 1'10.310 1.093
11 Germany Nico Hülkenberg Renault 31 1'10.325 1.108
12 France Pierre Gasly Toro Rosso 26 1'10.352 1.135
13 Italy Antonio Giovinazzi Alfa Romeo 36 1'10.419 1.202
14 Russian Federation Daniil Kvyat Toro Rosso 34 1'10.424 1.207
15 Mexico Sergio Pérez Racing Point 31 1'10.443 1.226
16 France Romain Grosjean Haas 38 1'10.504 1.287
17 Canada Lance Stroll Racing Point 33 1'10.568 1.351
18 United Kingdom Lando Norris McLaren 41 1'10.700 1.483
19 United Kingdom George Russell Williams 36 1'11.818 2.601
20 Poland Robert Kubica Williams 2    
partages
commentaires
Red Bull ne tient pas Albon responsable de son accident
Article précédent

Red Bull ne tient pas Albon responsable de son accident

Article suivant

Kubica : "J'ai seulement compris quand j'ai vu les images"

Kubica : "J'ai seulement compris quand j'ai vu les images"
Charger les commentaires
Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing Prime

Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing

Pendant de longues années, Daniel Ricciardo n'avait pas une haute estime de la course virtuelle, plus connue sous le nom de simracing. Mais le pilote McLaren a aujourd'hui un avis bien différent.

Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari Prime

Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari

S'étant établi comme vainqueur en Grand Prix lors de ses deux premières saisons en Formule 1, Jackie Stewart a connu une campagne 1967 désastreuse avec BRM, ce qui l'a mené à rencontrer Ferrari, finalement sans rejoindre la Scuderia... Il est alors devenu invincible avec Ken Tyrrell.

Formule 1
11 janv. 2022
Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin Prime

Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin

Le départ d'Otmar Szafnauer représente la fin d'une ère pour l'écurie basée à Silverstone, actuellement connue sous le nom d'Aston Martin.

Formule 1
6 janv. 2022
L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton Prime

L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton

La rivalité de Lewis Hamilton avec Max Verstappen a marqué la saison 2021. Le septuple Champion du monde a de nouveau affronté le plus célèbre des noms néerlandais en sports mécaniques, mais la première fois, c'était quand il avait onze ans, face au père de Verstappen, Jos.

Kart
4 janv. 2022
Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans Prime

Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix de Formule 1, triomphal à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans.

Formule 1
30 déc. 2021
Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1 Prime

Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix, triomphant à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans. Le Colombien revient sur ces grands succès, à commencer par ceux de son ascension vers la Formule 1.

Formule 1
29 déc. 2021
Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote Prime

Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote

Lola espérait retrouver le succès en Formule 1 en 1997 mais l'aventure, précipitée par Mastercard, a tourné au fiasco.

Formule 1
25 déc. 2021
Qu'avons-nous appris des tests des pneus Pirelli 18 pouces ? Prime

Qu'avons-nous appris des tests des pneus Pirelli 18 pouces ?

Retour en détail sur les essais des nouveaux pneus Pirelli avec Mario Isola, chef du projet F1 de la marque italienne.

Formule 1
20 déc. 2021