Ericsson - "Impressionnant" de sortir du crash de Silverstone sans blessure

Marcus Ericsson trouve extraordinaire le fait de s'être sorti de son spectaculaire accident lors des Essais Libres 3 du Grand Prix de Grande-Bretagne sans blessure importante, lui permettant de disputer la course du lendemain.

Ericsson - "Impressionnant" de sortir du crash de Silverstone sans blessure
Marcus Ericsson, Sauber C35, accidenté durant les EL3
Marcus Ericsson, Sauber C35, accidenté durant les EL3
Marcus Ericsson, Sauber C35, accidenté durant les EL3
Marcus Ericsson, Sauber C35, accidenté durant les EL3
Marcus Ericsson, Sauber C35, accidenté durant les EL3
Daniel Ricciardo, Red Bull Racing avec Marcus Ericsson, Sauber F1 Team et Jolyon Palmer, Renault Sport F1 Team lors de la parade des pilotes
Marcus Ericsson, Sauber F1 Team
Felipe Nasr, Sauber C35, précède son équipier Marcus Ericsson, Sauber C35
Felipe Nasr, Sauber C35, précède son équipier Marcus Ericsson Sauber C35
Kevin Magnussen, Renault Sport F1 Team RS16, et Marcus Ericsson, Sauber C35, en bagarre
Marcus Ericsson, Sauber F1 Team, Jolyon Palmer, Renault Sport F1 Team, et Kevin Magnussen, Renault Sport F1 Team, durant la parade des pilotes
La Sauber C35 de Marcus Ericsson, Sauber F1 Team est ramenée aux stands

Un peu trop optimiste à la sortie de Stowe en mordant sur l'astroturf situé juste derrière les vibreurs, le Suédois est partie en glisse avant que sa Sauber ne traverse la piste et n'aille s'encastrer dans un mur de pneus peu avant l'entrée des stands.

La violence du choc avec les pneus, proportionnelle à la vitesse atteinte à la sortie de ce virage rapide, a été suffisamment importante pour soulever des inquiétudes immédiates, la voiture étant détruite par l'impact, mais Marcus Ericsson a immédiatement été rassurant auprès des commissaires de piste et donc des observateurs.

Il a cependant dû effectuer une visite de contrôle à l'hôpital d'Oxford pour vérifier que tout allait bien. S'il a manqué les qualifications pour cette raison, le pilote au n°9 a pu prendre part à la course du lendemain dans une voiture dotée d'un châssis tout neuf. S'élançant des stands, il n'a pu aller au bout de l'épreuve en raison d'un problème électrique dès le 11e tour.

Marcus Ericsson est revenu sur cet accident en louant les dispositifs de sécurité de la F1 : "C'est assez incroyable, j'allais à 230 km/h quand j'ai perdu le contrôle et je ne pense pas que ça ait beaucoup ralenti avant que je n'heurte la barrière, et s'en sortir sans blessure est très impressionnant."

"Ça en dit beaucoup sur la sécurité en Formule 1 de nos jours, que vous puissiez vous crasher comme cela et, OK, vous vous sentez endolori et avez quelques douleurs, mais vous allez quand même bien."

Il décrit sa perte de contrôle. "Je me souviens de tout, c'était bien sûr en train de sécher en piste. Je suis juste sorti un peu large à Stowe et j'ai passé ma roue arrière gauche sur l'astro, qui était un peu humide, et dans ce virage, nous avons beaucoup de charge."

"Je ne pensais pas que j'allais l'attaquer autant, donc j'ai gardé mon pied sur l'accélérateur, l'ai touché un peu, assez pour perdre l'adhérence et ensuite ça a été tout droit dans la barrière à l'intérieur, un assez gros impact, c'était un gros crash."

Modifications de la piste

Quand Ericsson est interrogé sur une possible modification du virage de Stowe, il insiste sur le fait que l'accident est de sa responsabilité, tout en suggérant qu'il faut tout de même se pencher sur cette partie du tracé.

"Je pense que c'est l'astro [astroturf] qu'ils mettent à la sortie. Quand les conditions sont changeantes, il est assez facile de mettre une roue là, dans l'astro. Et ça vous envoie droit dans le mur à une grande vitesse. Je pense que la barrière est bonne mais peut-être qu'ils devraient réfléchir à ce qu'il faut mettre à cet endroit [où se situe l'astroturf]."

"Le vibreur est très plat aussi, peut-être qu'un vibreur plus grand ferait que vous n'allez pas si large à la sortie. Mais ensuite, vous savez, je savais que c'était là, ce n'est pas de la faute de la piste si je me suis crashé."

"C'est ma propre faute, donc je ne veux pas blâmer la piste. Nous avons vu des crashes ici avant et c'est toujours un gros crash quand quelqu'un sort donc peut-être qu'ils peuvent améliorer cela. Mais c'était mon erreur."

Volant détaché

Au moment de l'impact avec les pneus, le volant de la C35 s'est détaché de la colonne de direction, sans que le Suédois ne parvienne à trouver une explication le convaincant pleinement. "Je ne suis pas sûr de la raison pour laquelle il s'est détaché, sur la vidéo on dirait un peu que mes genoux le frappent. Mais je n'ai aucun bleu sur mes genoux, donc je ne suis pas à 100% sûr de ce qui s'est passé."

Avec Jamie Klein

partages
commentaires
Les restrictions radio agacent chez Williams

Article précédent

Les restrictions radio agacent chez Williams

Article suivant

Mercedes - Le déficit de Red Bull ne vient pas de son moteur

Mercedes - Le déficit de Red Bull ne vient pas de son moteur
Charger les commentaires
Le "pas en arrière" qui sera bénéfique à la F1 Prime

Le "pas en arrière" qui sera bénéfique à la F1

Ses jours étant apparemment comptés, le MGU-H semble devoir être supprimé des futures règles moteur de la Formule 1, afin d'attirer de nouveaux constructeurs. Bien que cela puisse apparaître comme un changement de direction, les avantages pour les équipes et les fans pourraient faire de cette décision un choix judicieux.

Formule 1
24 sept. 2021
Pourquoi le duel 2021 pour le titre est encore loin du pire Prime

Pourquoi le duel 2021 pour le titre est encore loin du pire

La Formule 1 reprend ses droits pour le Grand Prix de Russie, deux semaines après le dernier épisode du combat entre Max Verstappen et Lewis Hamilton. Alors que les incidents de Silverstone et de Monza ont suscité la controverse, ils manquaient heureusement d'un élément qui, jusqu'à présent, sépare la lutte pour le titre de 2021 des pires exemples de batailles peu glorieuses...

Formule 1
23 sept. 2021
Comment la Formule 1 s'est rendue peu attrayante pour les nouvelles équipes Prime

Comment la Formule 1 s'est rendue peu attrayante pour les nouvelles équipes

Le plafonnement des budgets en Formule 1 a été présenté comme le sauveur de plusieurs équipes et a contribué à garantir leur viabilité pour les investisseurs. Mais il existe déjà un autre mécanisme qui a eu le même effet et qui dissuade fortement ceux qui ont les moyens de créer seuls une nouvelle équipe.

Formule 1
22 sept. 2021
Le défi colossal d'une écurie qui "mérite mieux" Prime

Le défi colossal d'une écurie qui "mérite mieux"

Qui mieux que le directeur technique d'Alfa Romeo pour décrire avec précision les enjeux majeurs auxquels est confrontée l'écurie pour préparer 2022 ? Motorsport.com s'est longuement entretenu avec Jan Monchaux.

Formule 1
20 sept. 2021
Vettel et Schumacher, un lien fort et précieux Prime

Vettel et Schumacher, un lien fort et précieux

Mick Schumacher n'est pas le seul "fils de" à avoir atteint la Formule 1, mais il y est parvenu en l'absence de son père ces dernières années. Pour Sebastian Vettel, Michael a été une idole d'enfance puis un mentor et désormais, l'Allemand joue le rôle de "grand frère" pour Mick. Que sait-on vraiment de la place qu'il occupe dans la progression du nouveau Schumacher ?

Formule 1
19 sept. 2021
L'autre incident du GP d'Italie dont la F1 devrait se soucier Prime

L'autre incident du GP d'Italie dont la F1 devrait se soucier

Le crash de Max Verstappen et Lewis Hamilton a fait les gros titres lors du Grand Prix d'Italie. Le Halo a permis au pilote Mercedes de ne pas être blessé, mais deux jours plus tôt, la Formule 1 avait déjà échappé au pire, cette fois-ci dans la voie des stands.

Formule 1
18 sept. 2021
Daniel Ricciardo, la transformation estivale Prime

Daniel Ricciardo, la transformation estivale

Entre les difficultés du printemps et sa victoire retentissante au Grand Prix d'Italie, Daniel Ricciardo s'est transformé d'une manière quasiment inattendue.

Formule 1
16 sept. 2021
Enrique Bernoldi, le rookie oublié de la cuvée 2001 Prime

Enrique Bernoldi, le rookie oublié de la cuvée 2001

En 2001, Kimi Räikkönen, Juan Pablo Montoya et Fernando Alonso, ayant tous mis fin au règne de Michael Schumacher, ont fait leurs débuts en Formule 1. Le quatrième rookie de l'année, Enrique Bernoldi, n'a pas connu une carrière aussi heureuse.

Formule 1
15 sept. 2021