Formule 1
19 sept.
-
22 sept.
Événement terminé
26 sept.
-
29 sept.
Événement terminé
10 oct.
-
13 oct.
Événement terminé
24 oct.
-
27 oct.
Événement terminé
01 nov.
-
03 nov.
Événement terminé
14 nov.
-
17 nov.
EL1 dans
3 jours
C
GP d'Abu Dhabi
28 nov.
-
01 déc.
EL1 dans
17 jours

Course - Radio Ga Ga et défaillance chez Ferrari, jackpot pour Hamilton !

partages
commentaires
Course - Radio Ga Ga et défaillance chez Ferrari, jackpot pour Hamilton !
Par :
29 sept. 2019 à 12:49

Lewis Hamilton a remporté un Grand Prix de Russie qui semblait pourtant promis à Ferrari, pour qui le scénario a viré au cauchemar. Mercedes s'offre un doublé, alors que Charles Leclerc n'a pu terminer que troisième.

Redoutée avant puis pendant le week-end, la pluie aura épargné Sotchi et c'est finalement par un très beau temps que se déroule ce Grand Prix de Russie. Avec une vingtaine de degrés dans l'air et une piste à 33°C, les équipes doivent même s'adapter à cette relative chaleur qui fait son retour par rapport aux séances précédentes. Aux avant-postes, on connaît la donne depuis les qualifications : les Ferrari sont en pneus tendres, les Mercedes en mediums, et c'est une clé stratégique évidente pour la suite... 

Lire aussi :

À l'extinction des feux, Charles Leclerc bondit assez bien, mais pas autant que Kimi Räikkönen, auteur d'un faux départ en fond de grille et pénalisé d'un passage par les stands. Le plus opportuniste est surtout Sebastian Vettel, parti depuis la troisième position. Après avoir avalé Lewis Hamilton, l'Allemand profite de l'aspiration pour sortir en tête à l'entrée du premier virage. Derrière, il y a du grabuge dans le peloton, à tel point que Romain Grosjean est expédié hors piste et voit sa course se terminer contre les Tecpro. Avant même la fin du premier tour, la direction de course déploie logiquement la voiture de sécurité, le temps d'évacuer la Haas du Français. Celui-ci a été accroché par Antonio Giovinazzi, pris en sandwich avec la Renault de Daniel Ricciardo, victime pour sa part d'une crevaison. L'Italien et l'Australien doivent ainsi passer immédiatement aux stands. Le pilote Renault mettra pied à terre à la mi-course, à cause d'une monoplace devenu trop peu performante.

Après trois tours de neutralisation, Vettel relance la course et, comme il l'avait fait à Singapour la semaine passée, il le fait avec beaucoup de maîtrise pour conserver les commandes. Interviennent alors des échanges radio étonnants chez Ferrari : l'équipe indique à Leclerc qu'un problème moteur a causé une chute de puissance lors du départ, puis demande à Vettel de laisser passer le Monégasque. Alors que les deux hommes sont séparés d'un peu plus d'une seconde, le quadruple Champion du monde argumente à la radio et refuse d'obtempérer, multipliant au passage les meilleurs tours en course pour asseoir sa position. Dans l'autre voiture, Leclerc s'agace et inflige à son muret des stands : "C'est vous qui m'avez mis derrière !". Ambiance... Parvenant à creuser un petit écart, Vettel obtient définitivement gain de cause en entrant dans le dixième tour. Ferrari tente de ramener de la sérénité chez Leclerc en laissant entendre une éventuelle inversion des positions plus tard dans la course.

Lire aussi :

Devant, Vettel caracole et aligne toujours les meilleurs tours, creusant peu à peu l'écart sur son coéquipier, ainsi que sur la Mercedes de Hamilton. Pendant ce temps, Verstappen a le couteau entre les dents et s'offre le scalp de Sergio Pérez puis des McLaren de Lando Norris et Carlos Sainz.. Au 23e tour, Leclerc est le premier des leaders à plonger au stand pour chausser les pneus mediums, repartant en quatrième position. Le Monégasque fait immédiatement parler la poudre avec ses enveloppes neuves, tandis que Ferrari maintient Vettel en piste malgré les messages radios du pilote pour se plaindre de ses pneus tendres en fin de vie. C'est finalement quatre boucles plus tard que la Scuderia appelle Vettel à son stand, un laps de temps qui a suffi à Leclerc pour boucher l'écart et s'emparer du leadership. L'inversion des positions promise par l'équipe italienne à son jeune pilote devient alors réalité. 

Le coup du sort est encore plus cruel quelques instants plus tard, lorsque Vettel immobilise sa monoplace dans un dégagement. Vraisemblablement dû à un souci de MGU-K, il s'agit du premier abandon pour lui cette saison, ponctué d'un point final haut en couleur à la radio : "Remettez ces putains de V12 !". La situation tourne au cauchemar pour Ferrari, puisque l'arrêt de Vettel provoque une voiture de sécurité virtuelle, immédiatement exploitée par Mercedes pour faire rentrer simultanément Hamilton et Bottas. Avec cet arrêt effectué pendant la neutralisation, Hamilton empoche le jackpot et s'empare ainsi des commandes de la course devant Leclerc, de façon quasi-inespérée ! 

Alors que la VSC prend fin, George Russell tire tout droit dans les Tecpro suite à un possible bris mécanique. La direction de course déploie une seconde fois la voiture de sécurité, qui regroupe le peloton alors que la mi-course est allègrement dépassée. Pris au piège, Ferrari tente le tout pour le tout et fait à nouveau rentrer Leclerc au stand pendant ce Safety Car, afin de le doter de gommes tendres. Troisième derrière les deux Mercedes et avec les mêmes gommes, le Monégasque doit partir à l'abordage. 

À vingt tours du drapeau à damier, la course est relancée par Hamilton qui garde la tête devant Bottas et Leclerc. Un temps proche du Finlandais et en mesure d'activer le DRS, Leclerc ne parvient pas à prendre l'ascendant et perd ensuite le contact avec la Flèche d'Argent. Plus loin, Hamilton en profite sans sourciller et s'aménage le matelas nécessaire pour renouer avec la victoire, tandis que Leclerc revient buter de manière incessante derrière le rempart finlandais. 

Sevré de victoire depuis la trêve estivale, Hamilton retrouve le succès en remportant le 82e Grand Prix de sa carrière, et Mercedes signe son huitième doublé de l'année. Le quintuple Champion du monde, à qui tout a souri ce dimanche, s'octroie même le point du meilleur tour en course, signé dans l'antépénultième boucle ! Troisième, Leclerc aura de quoi ruminer une certaine frustration. Dans une course solide, Verstappen prend la quatrième position devant Albon, bien remonté alors qu'il était parti des stands. Sainz termine sixième devant Pérez, Norris, Magnussen et Hülkenberg, qui arrache le point de la dixième place pour Renault.

Russian Federation GP de Russie

P. Pilote Constructeur Moteur Tours Écart Points
1 United Kingdom Lewis Hamilton Mercedes Mercedes 53   26
2 Finland Valtteri Bottas Mercedes Mercedes 53 3.829 18
3 Monaco Charles Leclerc Ferrari Ferrari 53 5.212 15
4 Netherlands Max Verstappen Red Bull Honda 53 14.210 12
5 Thailand Alexander Albon Red Bull Honda 53 38.348 10
6 Spain Carlos Sainz Jr. McLaren Renault 53 45.889 8
7 Mexico Sergio Pérez Racing Point Mercedes 53 48.728 6
8 United Kingdom Lando Norris McLaren Renault 53 57.749 4
9 Denmark Kevin Magnussen Haas Ferrari 53 58.779 2
10 Germany Nico Hülkenberg Renault Renault 53 59.841 1
11 Canada Lance Stroll Racing Point Mercedes 53 1'00.821  
12 Russian Federation Daniil Kvyat Toro Rosso Honda 53 1'02.496  
13 Finland Kimi Räikkönen Alfa Romeo Ferrari 53 1'08.910  
14 France Pierre Gasly Toro Rosso Honda 53 1'10.076  
15 Italy Antonio Giovinazzi Alfa Romeo Ferrari 53 1'13.346  
  Poland Robert Kubica Williams Mercedes 28    
  United Kingdom George Russell Williams Mercedes 27    
  Germany Sebastian Vettel Ferrari Ferrari 26    
  Australia Daniel Ricciardo Renault Renault 24    
  France Romain Grosjean Haas Ferrari 0    

Article suivant
LIVE F1 - Suivez le GP de Russie en direct

Article précédent

LIVE F1 - Suivez le GP de Russie en direct

Article suivant

Hamilton "inspiré" par la force de Mercedes pour revenir

Hamilton "inspiré" par la force de Mercedes pour revenir
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Événement GP de Russie
Catégorie Course
Lieu Sochi Autodrom
Auteur Basile Davoine