Grosjean encore malchanceux : "Ça fait beaucoup..."

Le Français a terminé à une anonyme 17e place en Chine, bien loin de ses espoirs et du niveau affiché jusqu'alors. La voiture de sécurité a ruiné ses espoirs de terminer dans le top 10.

Capable de se hisser en Q3 lors des qualifications, Romain Grosjean a connu une nouvelle désillusion en course ce dimanche à Shanghai. Le compteur du pilote français reste désespérément bloqué à zéro après trois Grands Prix, alors que le rythme de la VF-18 doit lui permettre de viser les points chaque week-end et que la situation semblait tourner en sa faveur en Chine. Jusqu'à l'intervention de la voiture de sécurité...

Après avoir dû s'effacer au profit de son coéquipier Kevin Magnussen en début de Grand Prix, en raison des stratégies différentes des deux pilotes de l'écurie américaine, Grosjean a mené un premier relais solide. Néanmoins, la stratégie à un arrêt sur laquelle il comptait s'est transformée en cauchemar lorsque la voiture de sécurité a fait son apparition, suite à l'accrochage entre les deux Toro Rosso. 

Au restart, Grosjean a perdu des plumes alors qu'il était en délicatesse avec son train de pneus mediums, jusqu'à glisser à la 17e place finale. 

"Il y a un chat noir !", peste-t-il au micro de Canal+ alors que Kevin Magnussen est parvenu à arracher le point de la dixième place. "Il s’est passé que j’étais sur un arrêt, c’était extrêmement dur à faire. Le premier relais se passe pas trop mal mais je repars dans le trafic et je ne passe pas la Force India devant moi. À partir du moment ou la voiture de sécurité est sortie, je savais que ce serait la catastrophe. Les pneus étaient à 50°C. Ce sont des pneus qui ne sont pas bons du tout. La voiture était inconduisible. J’étais sur un arrêt, les autres autour de moi sur deux arrêts, je savais que c’était mort."

Le début de saison rêvé, stoppé net à Melbourne suite à l'incident dans les stands, fait tourner le début d'exercice du Français au cauchemar. À chaud, il reconnaît avoir du mal à trouver des motifs d'optimisme : "Ça fait trois courses de suite que je n’ai pas de chance, ça commence à être un petit peu dur. On aurait pu faire 7 et 8 et il y a le Safety Car au mauvais moment. Ça fait beaucoup..."

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Événement GP de Chine
Sous-évènement Course
Circuit Shanghai International Circuit
Pilotes Romain Grosjean
Équipes Haas F1 Team
Type d'article Réactions
Tags shanghai