Guide F1 2017

Guide F1 2017 - Sauber, la transition permanente

Au sortir d'un exercice sauvé in extremis par les deux points du Brésil, Sauber va devoir faire face à une nouvelle année compliquée, avec la perspective de lutter en fond de peloton, armé d'un bloc moteur 2016.

Au moment d’entamer la saison 2016, l’écurie Sauber était dans une position très difficile : quasiment à court de financements, la structure n’avait pas beaucoup fait évoluer sa monoplace de la saison précédente. Aussi, le début de saison fut très compliqué en termes de résultats et il fallut attendre le rachat par Longbow Finance, au cœur de l’été, pour retrouver de quoi avancer, puis la pluie au Brésil, pour que Felipe Nasr inscrive les deux seuls points de la structure, transformant cette saison de transition vierge de tout point en une dixième place miraculeuse au classement constructeurs.

Sauber C36

L’année 2017 démarre sous de meilleurs auspices, l’avenir financier de l’écurie étant assurée et le staff ayant été significativement étoffé, avec les arrivées en fin de saison dernière de Jorg Zander, au poste de directeur technique, ou encore de Xevi Pujolar, en tant qu’ingénieur de piste en chef. Sauber peut aussi s’enorgueillir de pouvoir bâtir sur une dynamique positive, la seconde partie de saison dernière lui ayant permis d’apporter des évolutions efficaces à la C35.

Mais voilà, si la C36 est évidemment, en raison du nouveau Règlement Technique, bien loin d’une simple évolution de la monoplace précédente, elle en conserve un organe vital : son unité de puissance Ferrari 2016. Car il s’agit bien là, malgré tous les voyants qui sont au vert, d’un paramètre qui va sans aucun doute possible peser lourd, et plus encore en 2017. Monisha Kaltenborn a assuré que ce choix était lié à la volonté de l’écurie de se concentrer sur son châssis et – quelles que soient les véritables raisons derrière cette décision – c’est bien sur le plan du châssis qu’elle sera attendue, ne serait-ce que pour amortir un déficit de puissance initial qui va s’accroître au fil des évolutions techniques des autres blocs turbo hybrides.

 9. Marcus ERICSSON  94. Pascal WEHRLEIN
   
Né le 2 septembre 1990 Né le 18 octobre 1994
56 Grands Prix en F1 depuis 2014 21 Grands Prix en F1 depuis 2016
9 points marqués 1 point marqué
Saison 2016 : 22e (Sauber) Saison 2016 : 19e (Manor)

Les essais hivernaux n’ont pas semblé très prometteurs pour l’écurie d’Hinwil, qui a au moins pu enchaîner les tours lors de ces huit journées de roulage, 788 pour être précis, soit 3668 km de données accumulées qui auront leur rôle à jouer dans l’amélioration à venir de la monoplace suisse.

Cette dernière sera confiée à un duo plutôt intéressant : d’un côté Pascal Wehrlein, longtemps forfait et incertain suite à son gros accident de la Race of Champions, espoir de la discipline sans doute déçu de n’avoir pas eu l’opportunité de monter dans le train de son écurie-mère, Mercedes, et qui devra confirmer sa bonne première saison ; de l’autre Marcus Ericsson, rarement jugé positivement et souvent considéré par le prisme de son statut de pilote payant mais qui progresse toujours de façon notable en cours de saison, les points de Nasr à Interlagos l’an passé ayant quelque peu fait oublier que le Suédois l’avait mis sous l’éteignoir depuis bien des Grands Prix.

 

Conclusion

Voilà donc un cocktail aux ingrédients disparates, duquel on attend mieux sans en attendre beaucoup, apanage tout aussi inquiétant que potentiellement surprenant d’une nouvelle saison de transition à laquelle Sauber s’est contraint, pour son 25e anniversaire. Et dans ces conditions, la donne est assez simple : il faudra profiter des opportunités qui se présenteront (peut-être) en début de saison sous peine d’être, plus tard, totalement incapable de pouvoir espérer mieux qu’un miracle, ce qui, dans la Formule 1 actuelle, arrive rarement deux fois.

Points forts Points faibles
Wehrlein, étoile montante Moteur Ferrari 2016
Équipe technique renforcée Peu en vue lors des essais hivernaux
Situation financière assainie... ...mais budget limité

Marcus Ericsson, Sauber C36

Marcus Ericsson, Sauber C36
1/20

Photo de: LAT Images

Marcus Ericsson, Sauber C36

Marcus Ericsson, Sauber C36
2/20

Photo de: XPB Images

Marcus Ericsson, Sauber C36

Marcus Ericsson, Sauber C36
3/20

Photo de: XPB Images

Pascal Wehrlein, Sauber C36

Pascal Wehrlein, Sauber C36
4/20

Photo de: LAT Images

Pascal Wehrlein, Sauber C36

Pascal Wehrlein, Sauber C36
5/20

Photo de: LAT Images

Pascal Wehrlein, Sauber C36

Pascal Wehrlein, Sauber C36
6/20

Photo de: XPB Images

Pascal Wehrlein, Sauber C36

Pascal Wehrlein, Sauber C36
7/20

Photo de: XPB Images

Pascal Wehrlein, Sauber C36

Pascal Wehrlein, Sauber C36
8/20

Photo de: XPB Images

Pascal Wehrlein, Sauber C36

Pascal Wehrlein, Sauber C36
9/20

Photo de: LAT Images

Marcus Ericsson, Sauber C36

Marcus Ericsson, Sauber C36
10/20

Photo de: XPB Images

Marcus Ericsson, Sauber C36

Marcus Ericsson, Sauber C36
11/20

Photo de: XPB Images

Marcus Ericsson, Sauber C36

Marcus Ericsson, Sauber C36
12/20

Photo de: LAT Images

Marcus Ericsson, Sauber C36

Marcus Ericsson, Sauber C36
13/20

Photo de: LAT Images

Marcus Ericsson, Sauber C36

Marcus Ericsson, Sauber C36
14/20

Photo de: LAT Images

Marcus Ericsson, Sauber C36

Marcus Ericsson, Sauber C36
15/20

Photo de: XPB Images

Marcus Ericsson, Sauber C36

Marcus Ericsson, Sauber C36
16/20

Photo de: LAT Images

Pascal Wehrlein, Sauber C36

Pascal Wehrlein, Sauber C36
17/20

Photo de: LAT Images

Pascal Wehrlein, Sauber C36

Pascal Wehrlein, Sauber C36
18/20

Photo de: XPB Images

Marcus Ericsson, Sauber C36

Marcus Ericsson, Sauber C36
19/20

Photo de: XPB Images

Pascal Wehrlein, Sauber

Pascal Wehrlein, Sauber
20/20

Photo de: LAT Images
Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Marcus Ericsson , Pascal Wehrlein
Équipes Sauber
Type d'article Preview
Tags c36, hinwil, monisha kaltenborn, presentation, preview
Topic Guide F1 2017