Haas explique la mésentente entre Grosjean et Magnussen

L'écurie américaine plaide coupable pour l'incompréhension survenue en piste à Bahreïn entre ses deux pilotes.

Si elle n'a finalement pas altéré le résultat de Kevin Magnussen, cinquième à l'arrivée, cette mésentente aurait pu se payer plus cher. Directeur de l'écurie, Günther Steiner a mis en avant un problème de communication, entre le muret des stands et Romain Grosjean particulièrement, la manière d'informer le pilote français ayant visiblement manqué de clarté.

À la lutte avec Esteban Ocon devant lui, Grosjean avait vu son coéquipier surgir dans ses rétroviseurs et lui avait fermé la porte, ignorant que les deux Haas étaient sur des stratégies très différentes. À cet instant de la course, le Danois disposait de pneus plus frais après son arrêt au stand.

"Il y a eu plus qu'un petit peu de confusion !" admet Günther Steiner dans un sourire. "Ce qui s'est passé, c'est que nous n'avons pas donné d'instruction claire par rapport à ce qu'il fallait faire. Nous n'avons pas conseillé les pilotes, donc il y a eu de la confusion sur qui faisait quoi et ça s'est très mal passé. Ça venait davantage de nous, nous n'avons pas donné de véritable instruction à Romain par rapport à ce qui se passait. Il n'était donc pas conscient de ce qui se passait réellement, et il essayait de doubler l'autre [pilote] de son côté, puis soudainement Kevin s'est montré et il n'était évidemment pas content de ça. Romain s'est donc mis dans sa trajectoire."

La situation a été rapidement revue en interne et Steiner assure que tout a été aplani entre Grosjean et Magnussen. L'équipe américaine sait qu'elle doit revoir sa manière de communiquer dans ce type de cas de figure pour éviter qu'un tel incident se répète à l'avenir.

"Nous étions très bons dans ce domaine l'an dernier, et là nous avons réagi un peu lentement par rapport à ce qui se passait pour leur envoyer le message. Ce n'était pas un message direct, nous aurions dû être plus directs", précise Steiner. "Aucun des deux n'a fait quelque chose de mal, c'était plutôt de notre côté. Je ne dirais pas que c'était mal, nous devons juste être plus clairs à ce sujet."

Optimisme pour Shanghai

Très performante à Melbourne pour le Grand Prix d'ouverture, la Haas VF-18 a confirmé son niveau à Bahreïn en course, mais après des qualifications plus compliquées. L'émergence de Toro Rosso est également venue jeter le doute sur un milieu de peloton qui pourrait énormément bouger d'un week-end sur l'autre, ce qui n'inquiète pas outre-mesure dans les rangs du team américain.

La perspective du Grand Prix de Chine ne confère rien d'autre que de l'optimisme dans ses rangs, même si les conditions qui s'annoncent, avec un temps mitigé et des températures plus fraîches que lors des deux derniers Grands Prix (autour de 20°C à peine), pourraient changer la donne.

"De manière générale, nous sommes un peu plus en difficulté avec les pneus quand il fait froid, mais je reste très optimiste", assure Steiner. "Si nous amenons les pneus dans la bonne fenêtre, ça ira. Nous avons prouvé que la voiture était bonne, nous devons juste la faire fonctionner. Personne ne s'attendait à ce que Toro Rosso fasse ce qu'ils ont montré à Bahreïn, ça fait partie du sport, je n'aime pas me rendre sur un Grand Prix en disant que nous nous situons dans telle position. Nous voulons du sport, ça enthousiasme les gens s'il peut y avoir des choses différentes. En espérant être toujours les premiers !"

Avec Edd Straw et Scott Mitchell

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Événement GP de Bahreïn
Sous-évènement Course
Circuit Bahrain International Circuit
Pilotes Romain Grosjean , Kevin Magnussen
Équipes Haas F1 Team
Type d'article Actualités
Tags gunther steiner