Haas - Le top 3 pourrait avoir 1,5s d'avance sur le reste du peloton

Pour Günther Steiner, directeur de l'écurie Haas F1, le trio composé de Mercedes, Red Bull et Ferrari pourrait disposer d'une avance de 1,5 seconde sur les autres écuries.

Les essais hivernaux sont toujours compliqués à analyser pour les observateurs et ne sont pas toujours simples à appréhender du côté des acteurs, mais ceux-ci disposent indéniablement d'informations supplémentaires avec lesquelles il est possible de mieux comprendre les dynamiques en cours.

Pour Steiner, s'exprimant ce jeudi soir, le trio magique des dernières saisons - Mercedes, Red Bull, Ferrari - disposera cette année encore d'une belle avance sur la concurrence.

"Entre le top 3 et les autres, il y a entre 1 et 1,5 seconde, je pense", explique-t-il, interrogé par Motorsport.com. Une différence significative qu'il attribue à l'aérodynamique : "C'est l'aéro, et il faut que l'on travaille dessus."

"Bien sûr, ça ne sera pas pour l'Australie, mais les grosses équipes auront toujours plus de ressources pour le faire, et c'est à attendre. Il n'y a pas de surprises sur le fait que Mercedes, Ferrari et Red Bull s'en sont mieux sortis que tous les autres. Ils ont plus de ressources pour faire plus de tests et c'est comme ça."

Quand il lui est demandé s'il pensait que cet écart allait s'agrandir tout au long de la saison, il ne se montre pas optimiste : "À mon avis, il ne va pas se réduire. Mais peut-être que les gains supplémentaires qu'ils pourront avoir seront plus minces, donc que les équipes plus petites pourront faire de plus grands progrès parce qu'elles sont plus loin derrière et que nous voyons ce que les autres font."

Williams, les meilleurs des autres

Steiner ne se risque pas à situer son écurie dans la hiérarchie très serrée du milieu de peloton, même s'il pense que Williams pourrait être la structure la plus proche du top 3. "Je pense que la Williams est un petit peu meilleure que le gros du peloton, mais il faut encore plusieurs jours pour être sûr, et en Australie nous le découvrirons."

Rob Smedley, responsable de la performance de l'écurie de Grove, se montre pour sa part plus prudent, estimant que le potentiel de développement des écuries d'ici Melbourne pourrait d'ores et déjà rebattre les cartes de l'embryon de hiérarchie.

"Je pense que ce que nous pouvons retirer du roulage de cette semaine, et c'est pourquoi nous essayons d'engranger plus de 160 tours par jour, est qu'il ne semble pas y avoir à ce stade de problème fondamental avec la voiture, que ce soit sur le plan de la performance ou sur n'importe quel autre plan. Nous en sommes heureux."

"Où nous nous situerons, nous en aurons une bonne idée en Australie. Mais nous n'aurons pas une idée vraiment bonne jusqu'à ce que nous ayons fait quatre courses."

"Mon point de vue, et je dis cela depuis un moment, est que notre situation actuellement n'est pas vraiment importante, parce que trouver de la performance, ça peut aller vite, que ce soit pour soi-même ou pour les adversaires si vous avez des problèmes. Donc je pense que le principal est d'amener du développement sur la voiture aussi rapidement que possible."

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Événement Essais de Barcelone II
Circuit Circuit de Barcelona-Catalunya
Équipes Mercedes , Williams , Ferrari , Haas F1 Team
Type d'article Actualités
Tags gunther steiner, hiérarchie, rob smedley, tests