Réactions
Formule 1 GP d'Azerbaïdjan

Hamilton testait une solution "expérimentale mais pas géniale" en EL2

Lewis Hamilton a expliqué avoir testé une solution "expérimentale" lors des EL2 du Grand Prix d'Azerbaïdjan pour lutter contre le marsouinage, sans grand succès.

Les premiers essais libres du Grand Prix d'Azerbaïdjan n'ont pas vraiment été de nature à rassurer Mercedes, deux semaines après les intempestifs rebonds de Monaco. Si, dans les rues de la Principauté, c'est la rigidité des W13 sur une piste très bosselée qui semblait particulièrement en cause, les difficultés de Bakou ont bien plus à voir avec le phénomène de marsouinage à haute vitesse qui entrave l'écurie depuis le début de saison.

Il faut dire que, pour ne citer qu'elle, la pleine charge qui fait le lien entre le dernier et le premier freinages du tracé de Bakou est l'une des plus longues de la saison. Et elle met tous les pilotes et les voitures à rude épreuve. Ce problème, constaté dès les Essais Libres 1, semble malgré toujours plus handicapant chez Mercedes. Cela a incité l'écurie à utiliser la voiture de Lewis Hamilton pour tester une potentielle solution, visiblement sans rencontrer un grand succès.

"Le plus dur aujourd'hui, c'est le rebondissement, nous atteignons des vitesses importantes à la fin de la ligne droite et la plancher tape [sur la piste]", explique Hamilton. "Nous sommes confrontés aux mêmes problèmes que lors de la dernière course. Nous avons essayé quelque chose d'expérimental sur ma voiture lors de la deuxième séance, ce n'était pas génial, mais au moins nous avons essayé et nous avons obtenu des données utiles à étudier. Nous allons probablement revenir aux réglages d'origine demain."

Toutefois, que ce soit pour le septuple Champion du monde, relégué à la 12e place à 1,6 seconde de la référence en EL2, ou pour son équipier George Russell, septième à 1,3 seconde, le temps à gagner pour s'extirper d'un milieu de peloton dense est important : "Je ne peux pas vous dire une zone spécifique qui nous coûte les 1,3 ou 1,6 secondes de différence avec les premiers, une grande partie semble être dans la ligne droite, mais nous devons nous concentrer ce soir et trouver des solutions."

C'est une situation où nous devons chercher des améliorations fondamentales plutôt que des ajustements

Andrew Shovlin

Du côté d'Andrew Shovlin, responsable de l'ingénierie de piste de Mercedes, le constat est clair : il faut à l'écurie octuple Championne du monde en titre des "améliorations fondamentales" sur la W13 pour espérer redresser une situation mal embarquée pour la suite du Grand Prix, d'autant plus que les Flèches d'Argent étaient dotées d'évolutions censées améliorer les choses.

"L'équilibre n'est pas un problème majeur mais nous manquons d'adhérence dans les virages et le pilotage dans les lignes droites est inconfortable pour les pilotes, nous devons donc y remédier cette nuit. Notre vitesse en ligne droite n'est pas non plus très bonne, mais c'est en partie dû au fait que nous tapons la piste en ligne droite."

"Nous avions de nouvelles pièces sur la voiture aujourd'hui, donc nous allons examiner si elles ont contribué à nos problèmes. Dans l'ensemble, nous ne sommes pas dans une bonne position et c'est une situation où nous devons chercher des améliorations fondamentales plutôt que des ajustements."

Lire aussi :

Rejoignez la communauté Motorsport

Commentez cet article
Article précédent Red Bull craint plus Ferrari sur un tour qu'en course
Article suivant La FIA clarifie les règles d'entrée des stands à Bakou

Meilleurs commentaires

Il n'y a pas de commentaire pour le moment. Souhaitez-vous en écrire un ?

Abonnez-vous gratuitement

  • Accédez rapidement à vos articles favoris

  • Gérez les alertes sur les infos de dernière minute et vos pilotes préférés

  • Donnez votre avis en commentant l'article

Motorsport Prime

Découvrez du contenu premium
S'abonner

Édition

France