Vergne : "J'avais vraiment la grosse tête" à mon arrivée en F1

Huit ans après ses débuts dans la catégorie reine du sport automobile, Jean-Éric Vergne fait son autocritique avec honnêteté.

Vergne : "J'avais vraiment la grosse tête" à mon arrivée en F1

Lors de son passage en Formule 1, de 2012 à 2014 chez Toro Rosso, Jean-Éric Vergne s'était créé la réputation d'un pilote quelque peu arrogant, avec lequel il était difficile de travailler. Celui qui a rejoint le Red Bull Junior Team dès 2008 ne le nie pas, soulignant qu'il n'avait peut-être plus les pieds sur terre après des titres de vice-Champion en Formule Renault 2.0 et en Formule Renault 3.5 ainsi qu'un sacre en British F3. Ses statistiques en formules de promotion donnaient effectivement le tournis : 66 podiums dont 32 victoires en 129 courses.

Lire aussi :

"Quand j'étais jeune, j'étais énergique, je gagnais beaucoup de courses et de championnats", rappelle Vergne dans le deuxième épisode d'Access All Areas, série vidéo de la Formule E qui suit un pilote lors de chaque E-Prix – en l'occurrence, c'était à Santiago. "Je suis arrivé chez Red Bull, et la première année a été très difficile. J'avais vraiment la grosse tête, je me disais que j'étais le roi, que j'allais tuer tout le monde, battre tout le monde. La première année a été vraiment dure ; les gens me voyaient comme quelqu'un de négatif, jamais content, et c'était vrai. J'ai mis trop de temps à comprendre qu'il fallait sourire. Pendant trois ans, je n'ai pas souri."

Jean-Eric Vergne, Scuderia Toro Rosso

Vu la manière dont il l'évoque, il est clair que Vergne n'a pas apprécié son passage dans un championnat qui peut s'avérer très exigeant en matière d'image. "Toutes mes années en Formule 1, on me disait : mange comme ci, dors comme ça, fais tant d'heures de sport par jour, dis ceci, ne dis pas cela, sois comme ci, sois comme ça, ne ris pas, souris cette fois", énumère-t-il. "C'est comme être un robot. Et quand on monte dans la voiture, je ne dirais pas qu'on ne prend plus de plaisir, mais on n'est pas vraiment soi-même."

"Je veux m'amuser. J'adore ce que je fais. Alors pourquoi devrais-je me comporter différemment si je n'en ai pas envie ? J'ai besoin de m'amuser."

Vergne a connu une première déconvenue lorsque Red Bull lui a préféré Daniel Ricciardo pour remplacer Mark Webber, l'Australien ayant obtenu des résultats similaires chez Toro Rosso (30 points en 39 GP contre 29 unités pour le Français) mais ayant probablement fait preuve d'une attitude plus positive. Puis, dans un contexte où la marque au taureau avait sous son aile des talents prometteurs à foison (Max Verstappen, Carlos Sainz, Pierre Gasly, Alex Lynn), Vergne a été remercié au terme de l'année 2014.

Lire aussi :

"Quand ils m'ont appelé pour me dire au revoir, c'était très difficile", se remémore le Francilien, qui a appris la nouvelle lors de la trêve de mi-saison. "Je me rappelle, c'était l'été, j'étais avec ma famille. C'était comme si on me lançait une bombe. Tous mes rêves qui s'effondraient."

Jean-Eric Vergne, Toro Rosso STR9 Renault

"Quand j'ai quitté la F1, je n'avais plus d'argent. J'ai été stupide avec mon argent, j'ai tout dépensé – et je ne gagnais pas grand-chose chez Red Bull ! Les gens pensent que si l'on est pilote de Formule 1… Ce n'était pas beaucoup. Pourtant, je me sentais comme un millionnaire, et j'ai tout dépensé. C'était un bon moment pour tout réinitialiser dans ma vie."

La Formule E comme filet de sauvetage

Vergne s'est alors tourné vers la Formule E avec Andretti Autosport puis DS Virgin Racing, mais quatre pole positions n'ont débouché sur aucune victoire lors des deux premières saisons du championnat tout électrique.

"Cela m'a pris au moins deux ans de revenir à une mentalité normale", confie-t-il. "Mes deux premières années en Formule E, j'étais de très mauvaise humeur et j'ai attiré beaucoup de mauvaises choses autour de moi."

Le projet Techeetah s'est néanmoins avéré payant pour Vergne, qui s'est imposé à l'E-Prix de Montréal 2017 avant de devenir le premier double Champion de la discipline. Malgré un début de saison 2019-20 compliqué (il est 16e du classement général avec quatre points au compteur), il a retrouvé le goût du champagne et compte bien récidiver.

"Je veux écrire l'Histoire de mon sport. J'ai le sentiment que deux titres, ce n'est probablement pas suffisant, ce n'est pas mon objectif. J'en veux davantage. Je reste très motivé – et jeune, je n'ai même pas 30 ans. Ma priorité reste de courir en Formule E et d'essayer d'avoir du succès."

partages
commentaires
Ocon apporte une "autre dynamique" à Renault

Article précédent

Ocon apporte une "autre dynamique" à Renault

Article suivant

Le Grand Prix de France de Formule 1 crée son Club

Le Grand Prix de France de Formule 1 crée son Club
Charger les commentaires
Ces moments de joie qui soulignent le problème majeur de la F1 Prime

Ces moments de joie qui soulignent le problème majeur de la F1

Les victoires tant attendues des anciens pilotes de Formule 1 Marcus Ericsson et Kevin Magnussen le week-end dernier, respectivement en IndyCar et en IMSA, ont rappelé à la F1 ce qui lui manque. Mais avec les nouvelles règles visant à équilibrer le plateau, l'optimisme renaît quant à la possibilité pour davantage de pilotes de lutter pour des succès autrefois inespérés.

Ces ruses autour des pneus qui vont désormais être interdites Prime

Ces ruses autour des pneus qui vont désormais être interdites

Les conclusions de Pirelli sur les défaillances des pneus à Bakou n'ont pas complètement rejeté la faute sur les équipes, mais la fermeté de la réponse de la FIA laisse peu de place au doute.

Formule 1
16 juin 2021
L'heure a sonné pour l'outil de conception le plus fiable de la F1 Prime

L'heure a sonné pour l'outil de conception le plus fiable de la F1

Le travail en soufflerie constitue le fondement du développement aérodynamique d’une Formule 1. Cependant, les progrès de la recherche virtuelle annoncent la disparition de cet outil coûteux et compliqué.

Formule 1
15 juin 2021
Comment Pérez fait face à la complexe culture Red Bull Prime

Comment Pérez fait face à la complexe culture Red Bull

Sergio Pérez a passé la majorité de sa carrière à piloter en milieu de peloton, se demandant s'il aurait un jour une chance d'accéder à une équipe de pointe. Red Bull lui a donné cette opportunité, et bien que la vie au sommet soit difficile, le vainqueur de Bakou fait tout ce qu'il faut pour s'entendre avec Max Verstappen.

Formule 1
14 juin 2021
Quand Kubica gagnait et Honda faisait d'Alonso sa cible n°1 Prime

Quand Kubica gagnait et Honda faisait d'Alonso sa cible n°1

Le Grand Prix du Canada 2008 s'était apparenté à de véritables montagnes russes en piste comme en dehors, et avait été absolument passionnant à couvrir depuis le paddock. Voici pourquoi.

Formule 1
13 juin 2021
Un calendrier de 23 Grands Prix en péril Prime

Un calendrier de 23 Grands Prix en péril

Après l’annonce de l’annulation du Grand Prix de Singapour à cause des restrictions sanitaires en vigueur, la Formule 1 cherche des alternatives pour conserver un calendrier de 23 courses. Mais ce projet audacieux est-il voué à l’échec ?

Formule 1
12 juin 2021
Quand Alesi, cheval fougueux de la F1, a rejoint le Cheval Cabré Prime

Quand Alesi, cheval fougueux de la F1, a rejoint le Cheval Cabré

Jean Alesi a immédiatement marqué la Formule 1 lors de ses débuts avec Tyrrell, mais sa décision de rejoindre Ferrari plutôt que Williams en 1991 était une erreur de jugement, dans une saison au cours de laquelle les luttes politiques internes ont miné le développement de la monoplace...

Formule 1
11 juin 2021
Riccardo Patrese, le véritable gentleman sans ego Prime

Riccardo Patrese, le véritable gentleman sans ego

Les pilotes ont tendance à être égoïste, mais pas Riccardo Patrese. Retour sur la carrière d'un véritable gentleman.

Formule 1
9 juin 2021