Key : "Ricciardo n'a plus besoin de prouver ce dont il est capable"

James Key adopte un discours à contre-courant de celui de Zak Brown, estimant que Daniel Ricciardo a simplement besoin d'une bonne monoplace pour briller chez McLaren.

Daniel Ricciardo, McLaren MCL36

Cette semaine, Zak Brown répondait aux questions de Sky Sports F1 et n'a pas mâché ses mots sur les résultats de Daniel Ricciardo, qui n'a marqué que 11 points depuis le début de la saison, face aux 39 de Lando Norris. "À part Monza [2021] et quelques autres courses, ce n'est pas au niveau de ses attentes ou des nôtres", a déclaré le PDG de McLaren Racing.

Lire aussi :

Pendant ce temps, le directeur technique James Key adopte un point de vue bien différent dans le podcast Beyond The Grid. Key connaît particulièrement bien Ricciardo pour avoir travaillé avec lui chez Toro Rosso (désormais AlphaTauri) de septembre 2012 à fin 2013, avant de renouer avec l'Australien depuis l'an dernier ; clairement, il ne tarit pas d'éloges sur son pilote.

"Depuis lors, il a remporté des victoires !" s'exclame Key au sujet de l'octuple vainqueur en Grand Prix. "Il a énormément évolué à cet égard. C'était probablement un grand soulagement pour lui, car à l'époque, il était gonflé à bloc avec l'ambition d'aller faire ses preuves avec une voiture capable de gagner. Il l'a vraiment bien fait quand il est allé chez Red Bull. Il l'a fait ici aussi, je suppose, mais il faut encore que nous lui donnions une meilleure voiture."

James Key, directeur technique, McLaren

James Key, directeur technique, McLaren

"Bref, il a beaucoup gagné en maturité. Je pense qu'il est confiant et bien plus à l'aise dans cet environnement. Avant, il voulait vraiment faire ses preuves. Il l'a fait désormais, mais il veut juste prendre du plaisir en course et avoir du succès. Il est plus détendu, mais plus ambitieux et motivé que jamais. Il a montré ce dont il est capable, il n'a plus besoin de le prouver. Il veut juste continuer, il a encore des choses à faire. Et comme à l'époque, on prend beaucoup de plaisir à travailler avec lui, et c'est quelqu'un de super en plus d'être un excellent pilote."

Au sein de la petite Scuderia, James Key a collaboré avec de nombreux jeunes loups prometteurs ; en 2015 et début 2016, il s'agissait de Max Verstappen et Carlos Sainz, deux pilotes qui évoluent désormais aux avant-postes avec Red Bull et Ferrari.

Le Champion du monde 2021 était-il réellement prêt quand il a fait ses débuts en Grand Prix à 17 ans ? "Je pense qu'il l'était, en réalité", répond Key. "Il était immensément talentueux. Je me rappelle quand nous l'avons testé – je crois que c'était au Brésil – l'année d'avant, il a eu cet énorme survirage au premier virage. On voit ça arriver avec à quelqu'un qui a 16 ans à l'époque, on se dit qu'il va partir en tête-à-queue, mais il a tenu bon et il a continué. Wow, OK, c'était pas mal du tout ! Et les chronos ont commencé à arriver. Alors je pense qu'il était [prêt], oui."

"C'est similaire pour Carlos : ils étaient tous deux incroyablement mûrs pour leur âge, mais je pense qu'ils ressentaient une énorme pression pour réussir au début. Et pour battre l'autre. La compétition entre eux était énorme." L'Anglais précise : "Max avait habituellement l'avantage en course à ce stade, et c'était un petit processus d'apprentissage pour Carlos, qu'il a certainement maîtrisé depuis. En temps au tour pur, ils étaient très proches."

Rejoignez la communauté Motorsport

Commentez cet article
Article précédent Bijoux en F1 : la FIA prolonge son exemption jusqu'à fin juin
Article suivant Les pilotes plus à l'étroit à Monaco en 2022 ?

Meilleurs commentaires

Abonnez-vous gratuitement

  • Accédez rapidement à vos articles favoris

  • Gérez les alertes sur les infos de dernière minute et vos pilotes préférés

  • Donnez votre avis en commentant l'article

Motorsport Prime

Découvrez du contenu premium
S'abonner

Édition

France France