Kubica : Ce qui n'a pas changé en 2 mois ne changera pas en 12h...

partages
commentaires
Kubica : Ce qui n'a pas changé en 2 mois ne changera pas en 12h...
Par :
12 avr. 2019 à 17:05

Classées en 18e et 19e position en raison du fait de n'avoir vu l'Alfa Romeo de Giovinazzi en piste que pour deux tours en EL1, les Williams ont repris le rang qui est le leur en EL2, fermant la marche de la hiérarchie F1.

Comme à Melbourne et Bahreïn, la journée de vendredi ne laisse pas espérer un week-end brillant pour les troupes de Grove, dont la première auto est reléguée à 2''791 de la référence installée par la Mercedes de Valtteri Bottas en EL2.

Pour autant, quelques signes encourageants peuvent être perçus en voyant le verre à moitié plein : tout d'abord, c'est Robert Kubica qui a pris le meilleur sur son équipier lors des deux séances, plaçant tout d'abord sa voiture sept dixièmes devant celle de George Russell en EL1, puis un petit dixième devant en EL2, alors que les pilotes tentaient d'extraire plus de performance et de maintenir le contact en pneus tendres.

Reste donc à savoir quel sera le plein potentiel de l'auto, samedi, lorsque les deux pilotes la pousseront dans son rythme théoriquement le plus rapide. Par ailleurs, l'écart séparant la première Williams de n'importe quelle autre monoplace a été notablement plus faible ce vendredi que lors des autres journées de préparation de cette saison.

Russell a testé la Mercedes en tests Pirelli à Bahreïn avant de venir en Chine et a pu constater ce qui sépare Williams de l'équipe ayant signé le doublé sur les deux premières manches de la saison. De son côté, la journée de demain laisse entrevoir des qualifications moins brutales que celles connues jusqu'à présent.

"La Mercedes est l'auto la plus rapide de la grille et la nôtre est la plus lente", commence-t-il au micro de Sky Sports. "Après avoir piloté leur monoplace, ce n'était pas un choc : j'avais déjà l'expérience de Mercedes avant et je savais que c'était une super voiture et un super team. J'ai pu voir ce qu'il faut viser. Ils ont plus d'appui, mais il y a beaucoup de choses que l'auto fait qui nous aideraient à aller de l'avant si la nôtre le faisait aussi, même avec son niveau d'appui."

Revenant sur les essais libres, le Britannique admet que les choses se sont bien déroulées compte tenu du niveau relatif de son équipe. "Ce fut pas mal. Plus positif pour le team : on semblait plus proches de tout le monde et mon rythme en longs runs était étonnement bon, mais pas celui de qualifs. On verra ce que l'on pourra faire demain."

Pour Kubica, qui peine régulièrement à montrer le même niveau d'optimisme que son jeune équipier dans le carré presse, ce fut "un vendredi habituel".

"Rien ne s'est démarqué. On essaie juste de comprendre un peu les différentes caractéristiques du circuit de Shanghai et comment notre voiture compose avec. On a fait un peu de travail avec les pneus : j'ai réalisé un long run avec le pneu dur et ça n'a pas été très bon. J'ai beaucoup souffert avec la mise en température et un sous-virage général. Les conditions fraîches n'ont clairement pas aidé."

La presse avait beau essayer de faire trouver des éléments positifs au pilote polonais en vue du reste du week-end, celui-ci peinait à positiver lorsqu'il lui était demandé si ce problème de sous-virage pouvait être corrigé en cours de week-end, allant jusqu'à suggérer que l’apparente amélioration ne résulte pas d'une trouvaille particulière.

"Je ne pense pas… Si nous ne sommes pas parvenus à faire quoi que ce soit pour inverser les choses pendant ces deux mois, il ne va rien se produire en l'espace de douze heures. Le ressenti de la monoplace est différent des deux derniers week-ends et c'est un bon signe. Maintenant, il nous faut regarder les données et quoi faire, comme l'équilibre est assez différent des deux premiers événements. Nous avons fait des changements uniquement pour comprendre des choses, pas pour progresser. Ce n'est qu'un truc que nous avons changé sur les caractéristiques de l'auto et on dirait qu'elle répond différemment", conclut celui qui s'est beaucoup plaint du côté imprévisible du comportement de sa Williams sur les premières manches de la saison.

Article suivant
Vettel : "Dommage que Leclerc n'ait pas pu faire le long relais"

Article précédent

Vettel : "Dommage que Leclerc n'ait pas pu faire le long relais"

Article suivant

Pourquoi la dernière Lotus révolutionnaire fut bannie

Pourquoi la dernière Lotus révolutionnaire fut bannie
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Événement GP de Chine
Catégorie Essais Libres 2
Pilotes Robert Kubica , George Russell
Équipes Williams
Auteur Guillaume Navarro
Soyez le premier à recevoir
toute l'actu